Chipperfield accusé de complaisance avec l’architecture nazie

Rédigé par Camille SCOFFIER
Publié le 24/01/2017

Une polémique secoue le milieu architectural depuis la révélation du projet de David Chipperfield pour la Haus der Kunst (maison de l'art) à Munich. Le parvis réaménagé, débarrassé de ses arbres, dévoile l'imposante façade néo-classique aux 22 colonnes, symbole représentatif de l'architecture nazie. Un projet considéré par certains comme « un pas en arrière » dans les actions menées pour que l'Histoire ne soit pas oubliée.

Initialement appelé « Maison de l'art Allemand », par opposition à l'art désigné comme « dégénéré » par les nazis, le musée a ouvert ses portes en 1937. Il est conçu par Paul Ludwig Troost (1878-1934), architecte préféré d’Hitler, dans le but de promouvoir la vision Nationale Socialiste de l'art. Après la guerre, le bâtiment est toujours utilisé, mais ses abords sont remodelés de manière à lui faire perdre de sa superbe : les escaliers sont supprimés au profit d'une rampe, l'entrée est déportée sur le côté et une importante rangée d'arbres est plantée pour masquer la façade.


En 2012, le gouvernement Bavarois a approuvé la rénovation de la Haus der Kunst. Un concours est organisé, à l'issue duquel est retenue la candidature de David Chipperfield. Mais son projet dérange et pour cause, puisqu'il entend réhabiliter le parvis, considérant qu'un tel bâtiment ne devrait pas «se cacher derrière les buissons ».


Charlotte Knobloch, représentante de la Israelitische Kultusgemeinde (association culturelle israélite) s'indigne de ce « retour en arrière stylistique » qu'elle considère comme un « dangereux signal de reconnaissance voire de glorification des anciens bâtiments nazis ». Le journal allemand Tagesspiegel n'est pas en reste, affirmant que « tout ce qu'il manque est la Swastika ». L'architecte se défend de ces accusations à travers une lettre publiée dans The Architects' Journal. Il y rappelle que le bâtiment n'a cessé d'être en activité depuis 1946, jusqu'à devenir un monument culturel d'importance internationale. De plus, compte tenu de l'investissement d'ores et déjà mis en place pour la réhabilitation du bâtiment (78 millions d'euros), il lui semblait normal de reconsidérer les espaces extérieurs qui lui sont attenants, afin de rouvrir le bâtiment sur la ville.


Ses détracteurs restent néanmoins persuadés que d'autres alternatives, « tournées vers le futur » et non le passé, sont envisageables.

Les articles récents dans Actus brèves

Melnikov s’installe à la Villa Savoye Publié le 21/04/2017

Le Centre des monuments nationaux organise l’exposition « Melnikov/le [...]

Quels chiffres pour la pratique des architectes ? Publié le 19/04/2017

Comme chaque année, la MAF (Mutuelle des Architectes Français assurances) [...]

Un toit commun pour Rotor + Rotor DC Publié le 14/04/2017

Le collectif belge Rotor, et son antenne dédiée à la [...]

Les rendez-vous dessinés de Frédéric Chaume #10 Publié le 13/04/2017

Lorsque beaucoup attendent de contempler l’objet fini, [...]

Cohen/Gehry au Collège de France Publié le 13/04/2017

L’architecte et historien Jean-Louis Cohen, titulaire [...]

La ville d’Angers se réinvente Publié le 12/04/2017

Fédérer des groupements d’acteurs spécifiques pour un renouvellement urbain [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.