N° 252 - Avril 2017

L'équerre, le masque et la plume

S’il est un outil de conception essentiel au service de l’architecte, c’est bien celui de la fiction. Pour déterminer quel sera l’espace dans lequel pourront se déployer au mieux les usages auxquels le projet est destiné, et comment il s’intégrera dans un lieu donné, l’architecte n’a d’autres moyens que d’imaginer le scénario qui s’y déroulera. C’est ce pouvoir d’offrir des images propres à susciter le désir d’un monde à venir qu’ont bien perçu certains politiques, et c’est pourquoi ils n’hésitent pas à se servir de leur architecte pour faire voter les budgets. Mais contrairement aux romanciers ou aux scénaristes qui, sans avoir de comptes à rendre, peuvent nous envoyer sur Mars, l’architecte affronte tôt ou tard l’épreuve du réel. Si la fiction qui a déterminé son projet est trop différente de la vie qui s’y déroule finalement, le décalage peut être cruel, quelles que soient la beauté du béton et la subtilité des détails. Mais cette liberté des écrivains range-t-elle pour autant leurs histoires au rayon des futilités ? Oui, si nous les lisons en prenant leurs fictions au pied de la lettre, comme des programmes qu’il faudrait appliquer. Non, si l’on veut bien croire que l’art poétique nous fait voir, au-delà de l’immédiateté des choses, ce que l’on ne sait pas voir seuls. Non, si l’on parvient à se saisir de la puissance de détournement de perspective qu’autorise la narration romanesque. Le passionnant roman d’Aurélien Bellanger, Le Grand Paris, nous éclaire par exemple beaucoup sur les mécanismes des transformations métropolitaines à partir de données complètement fantaisistes (et assumées comme telles). Par quel subterfuge autre que la littérature pourrait-on parfois apprendre davantage dans un tel livre que dans un séminaire scientifique sur le Grand Paris ? Pour essayer de comprendre ce paradoxe, nous sommes allés interroger Aurélien Bellanger, Serge Lehman et Thomas Clerc, trois écrivains pour lesquels le territoire francilien est bien plus qu’un décor.

Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» OPUS 5, Entre Histoire et création

Photographes

» Marie Sommer : marcher, photographier

Points de vue / Expos

» Vert démago, Entretien avec Federico Ferrari
» Avis de sinistrose au travail
» Une brève histoire de l’isolation (6/10)

Concours

» Jeux de cubes - Concours pour le nouveau théâtre du Beauvaisis

Le dossier du mois

» Le Grand Paris des écrivains - Le Grand Paris ou la métropole fictionnée
» Le Grand Paris des écrivains - Le Grand Paris d’Aurélien Bellanger
» Le Grand Paris des écrivains - « Heureusement, Alexandre Belgrand n’existe pas » - Entretien avec Philippe Simon
» Le Grand Paris des écrivains - Serge Lehman : « La ville est un sujet clé pour la science-fiction »
» Le Grand Paris des écrivains - « Procurer une forme d’émerveillement plutôt que décrire un bâtiment » - Entretien avec Jacques Ferrier
» Le Grand Paris des écrivains - Thomas Clerc : « Prendre son temps pour montrer les choses »

Innovations

» Libéré, délivré - Prototype de plancher préfa bois/béton avec réseaux intégrés

Les produits de la rédaction

» DESIGN démultiplié - Entretien avec les designers de l’agence LDRP
» Constructions bois - Structures performantes et innovantes
» Produits Utiles

Questions pro

» Et si on parlait de Culture ?

Réalisations

Publiés par d'a

» Reconversion de l’Institut de génie civil, Liège
» Médiathèque François Mitterrand, quartier des Capucins, Brest
» Instituts d’urbanisme et de géographie alpine, Grenoble
» Logements collectifs à Rouen et au Grand-Quevilly

> L'Agenda

Mai 2017
 LunMarMerJeuVenSamDim
1801 02 03 04 05 06 07
1908 09 10 11 12 13 14
2015 16 17 18 19 20 21
2122 23 24 25 26 27 28
2229 30 31     

> Questions pro

Et si on parlait de

À quelques jours

Le droit d’auteur

Après notre enquête

Exploiter l’image

Que seraient Paris sans la tour Eiffel, Sydney