Demi-victoire pour Henri Ciriani à Arles

Rédigé par Jilliane POLLAK
Publié le 25/01/2013

Pour admirer une des réalisations majeures de l'architecte Henri Ciriani, il suffisait il y a peu de temps de se rendre au musée archéologique d'Arles, où l'on pouvait voir un bâtiment bleu en forme de triangle isocèle. Aujourd'hui, cette œuvre a été transformée par l'extension de 800 m² conçue en interne (pour 6 millions d'euros), sans aucune consultation préalable d'architectes. Ce sont en effet deux architectes salariés du département qui sont intervenus sur l'extension: Gérard Lafont, qui était jusqu'à peu directeur général adjoint de la construction, de l'environnement, de l'éducation et du patrimoine, et Jean-François Hérelle, responsable de l'Atelier départemental de maîtrise d'œuvre.

N'ayant pas été consulté – ni même prévenu, alors même que son projet initial prévoyait la possibilité d'une extension, l'architecte péruvien a donc attaqué en justice le Conseil général des Bouches-du-Rhône, maître d'ouvrage, via l'ordre des architectes. Par le jugement en date du 17 janvier 2013 le Conseil général des Bouches-du-Rhône a ainsi été condamné à verser 30 000€ de dommages et intérêts (auquel s'ajoutent 3000€ de remboursement de frais de justice) à l'architecte. Bien que le tribunal ait débouté l'architecte sur sa demande de remise en état, il a cependant épinglé le Conseil Général pour sa grande « négligence » : « l'extension du musée entreprise par le département des Bouches-du-Rhône a été effectuée sans accord et sans la participation de M. Ciriani. Si la volonté d'évincer M. Ciriani du projet d'extension n'est nullement établie, par contre il est certain que le Conseil général a fait preuve d'une grande négligence dans ses recherches lui permettant d'associer l'auteur de l'œuvre originelle aux travaux de modification. Cette négligence a eu pour conséquence directe d'empêcher l'auteur de faire valoir ses droits moraux sur l'œuvre en participant ou pour le moins en faisant connaître son avis sur les modifications envisagées ».

Il semblerait que Henri Ciriani ait décidé de faire appel du jugement pour obtenir la remise en état de son bâtiment originel. En tout cas, le jugement amorce la voie vers une reconnaissance d'un droit d'auteur moral d'un architecte sur son œuvre, ce qui ne manquera pas de susciter le débat.


Pour en savoir plus : http://ciriani-en-arles.blogspot.fr/


Les articles récents dans Actus brèves

Réinvention perpétuelle ? Publié le 20/07/2017

Après l’annonce des 164 finalistes… [...]

Form Follows Aktion : Bellastock part à Berlin Publié le 07/07/2017

L’association… [...]

Ornements et béton : Ando dévoile son projet pour la collection Pinault Publié le 27/06/2017

La Bourse du Commerce de Paris, emblématique … [...]

Du Street Art à la Cité U Publié le 27/06/2017

À la Cité Universitaire (Paris 14e), une centaine de street artists… [...]

Hommage : Pascal RIFFAUD, architecte-associé de l'agence BLOCK Publié le 26/06/2017

Pascal Riffaud, né en 1969, vient de s'éteindre subitement des suites… [...]

Le nouveau centre d’art par Renzo Piano ouvre ses portes Publié le 23/06/2017

L’architecte italien Renzo Piano, en collaboration avec l’agence madrilène… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Août 2017
 LunMarMerJeuVenSamDim
31 01 02 03 04 05 06
3207 08 09 10 11 12 13
3314 15 16 17 18 19 20
3421 22 23 24 25 26 27
3528 29 30 31    

> Questions pro

Le PLU, des enjeux à la mise en œuvre (volet 1)

Fruit de la loi SRU, le PLU est un outil d’urbanisme qui, malgré ses ambitions louables, suscite des interrogations et des difficultés de mise…

Les architectes menacés de phobie administrative

Comment les architectes s’organisent-ils face à la complexité croissante de la gestion des projets,…

Et si on parlait de Culture ?

À quelques jours d’une échéance présidentielle incertaine, François de Mazières, député-maire Les…