Loger le pauvre, l’immigré, le demandeur d’asile - II. Au-delà des normes ? - Mise en sécurité du foyer des Sorins à Montreuil

Rédigé par Laureline GUILPAIN
Publié le 07/02/2017

Dossier réalisé par Laureline GUILPAIN
Dossier publié dans le d'A n°251

Respecter la norme est-il plus important que de loger les personnes sans domicile ? Derrière cette interrogation rhétorique se cache pourtant la réalité de la pensée dominante du logement pour les plus précaires, restreinte aux plans insuffisants d’hébergement d’urgence. D’autres choix sont pourtant possibles, comme le montre le foyer des Sorins à Montreuil, où l’engagement municipal et les bonnes volontés collectives permettent à des hommes célibataires en attente de régularisation d’avoir un lieu de résidence qu’ils gèrent en autonomie depuis 2011.

C’est une ancienne serrurerie située rue des Papillons, dans le haut Montreuil, en Seine-Saint-Denis. Dans cette halle industrielle de 775 m2 insérée dans un tissu montreuillois typique, entre pavillons individuels, petits collectifs et locaux d’activités, vivent les membres du collectif des Sorins, 170 hommes originaires d’Afrique de l’Ouest, majoritairement sans papiers. Après une expulsion de leur précédent domicile en 2011 (...)


Lisez la suite de cet article dans : N° 251 - Mars 2017

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.