Loger le pauvre, l’immigré, le demandeur d’asile - I. La norme comme politique d’exclusion - De l’invisibilité des réfugiés syriens : le rôle des États en France et au Liban

Rédigé par Stéphanie DADOUR
Publié le 03/03/2017

En 2015, plus de 1 million de personnes sont entrées illégalement dans l’espace Schengen. La crise migratoire en Europe a débuté dans les années 2010 et s’est amplifiée avec la guerre en Syrie. Onze millions de Syriens ont quitté leurs lieux de vie. Selon les chiffres de l’UNHCR en décembre 2016, 4,8 millions d’entre eux étaient enregistrés dans les pays limitrophes. Où sont-ils aujourd’hui, notamment en France, et dans quelles conditions sont-ils « reçus » ?


par Stéphanie Dadour et Faten Kikano

Syriens au Liban 

En 2017, cinq ans après le début du conflit syrien, le Liban accueille près de 1,5 million de réfugiés syriens. On compte en plus approximativement 43 000 réfugiés palestiniens de Syrie (PRS), et 35 000 Libanais rapatriés de Syrie. Le Liban est par conséquent le pays du monde ayant la plus grande proportion de réfugiés par rapport à sa population (UNHCR). Alors que les débats politiques tendent plutôt à la fermeture des frontières et à l’arrêt des flux migratoires et que le délaissement des États se généralise, il ressort que le Liban accueille également la plus grande proportion de réfugiés syriens par rapport à sa population (une personne sur quatre). La France, quant à elle, reçoit très peu de demandes d’asile de la part des Syriens (moins de 1,5 % par rapport aux pays européens) et souffre d’une mauvaise réputation du fait de son faible engagement. Face à l’afflux des réfugiés, la première réaction du gouvernement libanais a été de garder ses frontières ouvertes et d’adopter une politique de non-encampment, de peur que l’expérience des camps palestiniens ne se répète. Tous les partis politiques se sont mis d’accord sur l’interdiction de camps pour les réfugiés syriens. Par ailleurs, le gouvernement intervient très peu sur le plan opérationnel, laissant plutôt les villes et les ONG agir. Ainsi, le premier réseau de support pour les nouveaux arrivants, ce sont les Syriens installés au Liban avant le conflit. 

 

Syriens en France 

En France, en 2016, 3 562 Syriens ont effectué une demande d’asile – ce qui les place au cinquième rang, après les Soudanais (5 868), les Afghans (5 641), les Haïtiens (4 854) et les Albanais (4 599). Les Syriens arrivent principalement de trois manières. Détenteurs par le passé d’un visa de touriste ou étudiant, ils atterrissent légalement en France et font la demande d’un changement de statut. Deuxième solution, ils procèdent à des demandes de visas d’asile vers l’Europe à partir des pays limitrophes, comme le Liban, la Jordanie et la Turquie. Dès lors, certains seront sélectionnés au titre des critères posés par les États européens (niveau d’éducation, appartenance à des minorités religieuses ou ethniques, etc.) et répondant à des quotas. Dans ces deux cas, l’État français facilite les démarches administratives, mais n’assure pas automatiquement un lieu d’accueil. Près de la moitié de ces demandes est accordée, encourageant ainsi nombre d’autres à voyager illégalement. Ce troisième type de parcours – le plus dur, le plus dangereux, le plus onéreux aussi – est celui des réfugiés empruntant les chemins « clandestins » et traversant pas moins d’une dizaine de pays avant d’arriver en France. Ceux qui sont sur le territoire français sont hébergés ou pas, en fonction de leurs parcours, de leur date d’arrivée en France, de leurs papiers et donc de leurs statuts. Les plateformes d’accueil pour deman- deurs d’asile qui sont chargées du préenregistrement des demandes (PADA) sont saturées, particulièrement à Paris, obligeant les migrants à camper plusieurs jours devant l’établissement. Une fois leur papier en main, ils auront droit au CADA, à l’HUDA, à l’AT-SA, au CMU et à l’ADA. Mais en attendant, dans ce vide juridique et social et dans l’attente d’un statut officiel, ils se retrouvent des mois entiers à la rue, sans perspective. Dans certains cas, les demandes du droit d’asile sont refusées, mais faute de papiers, l’expulsion ne peut avoir lieu et les migrants ne relèvent plus d’aucun dispositif.


Où sont les réfugiés syriens en France

Sillonnant les rues de Paris, aucun Syrien à l’horizon : ni dans les files d’attente, ni dans les campements, ni dans les rues (enfin, presque !). Leur prise en charge dépend en réalité de leur statut. Il y a ceux dont l’eldorado reste l’Allemagne ou le Royaume-Uni et qui finissent par y arriver. Ou alors, et moins nombreux, ceux qui ont des liens avec la France et qui parlent plus ou moins la langue et qui souhaitent y rester. Il y a aussi les opposants au régime qui trouvent en France divers soutiens : principalement des associations et organisations regroupant des intellectuels syriens toutes confessions et « ethnies » confondues. Pour ces derniers, contactés personnellement, l’État français semble rapidement prendre en charge l’hébergement dans l’attente de la remise d’un titre de séjour et avant de les répartir sur le territoire national. Sinon, ce sont les associations communautaires qui se chargent des nouveaux arrivants. Par ailleurs, des frictions existent entre les exilés syriens pro ou anti-régime, notamment au niveau de la reconnaissance d’un droit à l’exil. Pour plusieurs personnes anti-régime rencontrées, les pro-régime ne devraient pas avoir accès aux aides dispensées à l’exil. Ils expliquent que les Syriens mendiants dans les métros (principalement à la gare Saint- Lazare, à Stalingrad, à la Chapelle, place de Clichy et à Belleville) seraient en réalité des non-Syriens (des gitans d’Orient) à qui le régime aurait fourni des passeports afin de dévaloriser l’image de la population syrienne. Ce type de tensions est assez courant et reprend certaines divisions présentes actuellement en Syrie. Pour d’autres, résidant dans des hôtels (notamment grâce à leurs économies, aux dons des associations ou à la mendicité), ou logés dans des hôtels par le biais du 115 (Samu social), peu de portes seraient ouvertes par l’État pour l’accueil et l’hébergement. Ce dernier cas de figure renvoie à la situation connue du square Édouard- Vaillant à Saint-Ouen, l’un des seuls regroupements visibles des migrants syriens non hébergés en Île-de-France, où plus de 150 personnes ont séjourné en 2014. La plupart parlaient français, s’étaient acheté des voitures pour dormir aux alentours et, lorsqu’ils en avaient encore les moyens, passaient quelques nuits à l’hôtel. En avril 2014, le square a été cadenassé pour cause de travaux. Peu d’entre eux avaient déposé un dossier de demande d’asile mais, sous la pression des associations, un guichet unique a été mis en place à la préfecture. Pour la mairie, qui ne veut pas s’en mêler, les démarches relèvent des compétences de l’État ; sans les associations et les bénévoles, les nuances du terrain sont peu relayées aux autorités et aux migrants. Ces regroupements ponctuels confèrent un minimum de sécurité à ces populations, mais aussi une indispensable visibilité. Elle leur permet de nouer des liens avec le voisinage et de recevoir de l’aide des associations et des habitants. Aussitôt ces lieux réquisitionnés, l’arrivée dans les hôtels, qui accorde déjà une prise de contrôle aux autorités, leur rend la vie quotidienne plus difficile. Dans l’attente des papiers, ils se voient dépourvus des aides citoyennes et les associations ont plus de mal à les repérer. D’autant plus que les prises de contact et de confiance deviennent plus ardues. Alors que la majorité des Syriens du square souhaitaient séjourner en France, ceux de Calais, proportionnellement peu nombreux, de leur côté, envisageaient et revendiquaient un rapatriement légal vers la Grande-Bretagne. En septembre 2015, ils étaient un peu plus de 250 à Calais, dispersés sur trois sites (la jungle, le parvis et la gate).


La construction politique de la dissuasion 

En France, il n’existe aucune politique d’accueil d’ensemble dans la situation actuelle (hormis une charte mise en place par le ministère de l’Intérieur et le ministre du Logement sur le fonctionnement des CAO). Le fait que ce soit le ministère de l’Intérieur qui soit chargé de ce « dossier » complique la donne : certaines orientations sont teintées de couleurs politiques et portent des valeurs vis-à-vis la présence de migrants sur le territoire. Et des milliers de migrants demeurent sans toit et dans l’attente. Les rouages administratifs rendent la situation complexe : État, mairies, municipalités, associations, bénévoles, mafias, passeurs, communautés, réfugiés. La France, petite patrie des droits de l’homme, ne peut hurler son mécontentement et son mépris : elle ne peut expulser tous les migrants. Par conséquent, elle met en place une triple stratégie de dissuasion et de non-accueil : une politique de l’attente, une politique de la violence et une politique de l’invisibilité. En 2015, à Calais, le camp de regroupement était une création de l’État qui avait pour ambition de rendre invisible les migrants : « Faire disparaître les problèmes en faisant disparaître les gens des écrans, à la fois les écrans radars et les écrans de télévision. Puis, après quelques mois, face à cette célébrité inespérée du camp devenu bidonville et très visité, le démantèlement a voulu signifier, dans le contexte électoral que l’on connaît, la force de l’État, capable d’expulser des gens, de les mettre dehors et ainsi de défendre les frontières1. » Ce qui est aujourd’hui plus difficile à montrer relève des dispositifs invisibles, des non-dits, des promesses non tenues, de la violence d’action. Car si on le voulait, on le sait bien, il y aurait de la place pour tout le monde. Mais la politique ambiante tient plutôt de l’organisation du rejet, où la rhétorique de la gestion du vivant complaît à l’État. Plusieurs pays européens protègent leurs frontières et réduisent le nombre de migrants et de réfugiés. Par conséquent, les « autres » pays limitrophes de la Syrie sont débordés. Les réfugiés y vivent dans un contexte de grandes inégalités sociales, dans des milieux de vie non adaptés, incubateurs à long terme de crime et de terrorisme – des maux qu’il serait illusoire, dans une ère de globalisation, de croire qu’ils pourraient être endigués par des frontières fermées.


1. Agier Michel, « La méconnaissance de la mondialisation nourrit la xénophobie », Place Publique, no 61, janvier-février 2017, p. 21. 

Les articles récents dans Points de vue / Expos

Une brève histoire de l'isolation 8/10 Publié le 26/06/2017

Épisode 8/10 : Chronique d'avant la fin du monde L’épisode précédent a laissé… [...]

L’ADN de Ross Lovegrove Publié le 02/06/2017

Jusqu’au 3 juillet 2017, le Centre Pompidou présente «… [...]

Un nouveau temple du design pour Londres Publié le 01/06/2017

Contraint depuis 1989 dans un ancien entrepôt trop petit,… [...]

Le Corbusier, marque plébiscitée Publié le 31/05/2017

Non seulement le nom de Le Corbusier est une figure majeure… [...]

Peau de chaises Publié le 29/05/2017

Des centaines de chaises en plastique noir usagées … [...]

Paris 2017 ou la ville offensive Publié le 29/04/2017

Le mur de verre autour de la tour Eiffel incarnera … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2017
 LunMarMerJeuVenSamDim
26     01 02
2703 04 05 06 07 08 09
2810 11 12 13 14 15 16
2917 18 19 20 21 22 23
3024 25 26 27 28 29 30
3131       

> Questions pro

Le PLU, des enjeux à la mise en œuvre (volet 1)

Fruit de la loi SRU, le PLU est un outil d’urbanisme qui, malgré ses ambitions louables, suscite des interrogations et des difficultés de mise…

Les architectes menacés de phobie administrative

Comment les architectes s’organisent-ils face à la complexité croissante de la gestion des projets,…

Et si on parlait de Culture ?

À quelques jours d’une échéance présidentielle incertaine, François de Mazières, député-maire Les…