Régulariser l’informel

Rédigé par Laureline GUILPAIN
Publié le 26/02/2017

Article paru dans le d'A n°251

Pourquoi des bâtiments informels, inventifs et remplissant la fonction essentielle d’abri accèderaient-ils moins au statut d’architecture que des projets non construits mais sacralisés comme tels dès lors qu’ils sont le fruit d’une commande ou d’une production d’agence ? C’est la question que pose l’exposition de Catherine Rannou au FRAC de Dunkerque, qui, par un processus de mise aux normes de la représentation architecturale, redonne un statut officiel aux constructions invisibles des territoires.

 « L’Agence Internationale, Anne, Jean-Philippe, Richard », exposition espiègle et engagée présentée actuellement au FRAC Nord-Pas-de-Calais, interroge l’identité du projet d’architecture et la notion d’auteur par ses propres codes de représentation. Concrétisation d’une résidence de deux mois dans la ville de Dunkerque à l’invitation de la nouvelle directrice Keren Detton, l’artiste et architecte Catherine Rannou y convie (...)


Lisez la suite de cet article dans : N° 251 - Mars 2017

Les articles récents dans Points de vue / Expos

Une brève histoire de l’isolation (5/10) Publié le 24/02/2017

Episode 5/10 : Sous le soleil de Corbu, ou la tentation d'une neutralisation [...]

Architectes et paysagistes : une mutation engagée Publié le 23/02/2017

La grande lisibilité des positions défendues par les 20 équipes lauréates des [...]

Une brève histoire de l'isolation (4/10) Publié le 13/12/2016

Épisode 4/10 : L'air et la matièreLe précédent épisode du feuilleton a laissé l’industrie [...]

Luxe et charité : la rénovation du pauvre Publié le 12/12/2016

Hasard du calendrier ou derniers feux de la mondialisation heureuse, deux groupes de luxe ont [...]

Iain Sinclair, prophète du réel Publié le 02/12/2016

L’écrivain et cinéaste Iain Sinclair a situé toute son œuvre sur le territoire et dans [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.