Réveiller les belles endormies

Rédigé par Soline NIVET
Publié le 28/06/2018

Dossier réalisé par Soline NIVET
Dossier publié dans le d'A n°264

« Réveiller les belles endormies » : c’est avec cette jolie formule que l’architecte jean-Louis Maniaque évoque le potentiel des paysages fluviaux encore trop peu révélé aux habitants eux-mêmes ainsi qu’aux touristes. Le succès de la Loire à Vélo (plus de 900 000 cyclistes par an, dont un tiers d’étrangers, avec des retombées économiques avoisinant les 30 millions d’euros annuels) a pourtant incité l’état à inscrire cyclotourisme et écotourisme au cœur de son plan Tourisme, avec pour idée d’accompagner le développement des sentiers et infrastructures légères le long des berges françaises. ce type de projets, à la fois « macro » par les territoires traversés et « micro » en ce qui concerne les programmes construits, ne peut voir le jour qu’à la condition de projets politiques forts, car l’enchâssement des échelles est trop souvent contrecarré par des gouvernances éclatées. L’agence Inca a été missionnée au début des années 2010 pour le schéma de mise en valeur et d’interprétation du fleuve Rhône, sur plus de 600 km de long du lac Léman 
jusqu’à la Méditerranée. Objectif ? « Faire basculer l’image du Rhône – vécu jusque-là comme un ensemble de nuisances, d’embouteillages, de réseaux, de centrales nucléaires – et en faire le Danube ou le Rhin de demain en révélant le patrimoine existant. » ce type de réflexion, qui impliquait déjà une organisation interrégionale et interdépartementale pilotée par l’état et les régions, doit, selon gilles Marty, « s’inscrire sur un temps long de dix, quinze voire trente ans et porter un projet suffisamment réaliste pour être redimensionné dans d’autres projets à l’intérieur du projet, qui permettront phase par phase d’atteindre l’objectif global initial ». pour que sources, berges et vallées deviennent les fils d’ariane de nouveaux circuits et récits touristiques, il faut que leur valeur paysagère et leur capacité à faire converger les stratégies de développement touristiques soient portées par une culture du projet commun et inscrite dans les notes d’enjeux depuis l’échelle d’un Schéma de cohérence territoriale (ScoT) jusqu’à celle d’un plan d’aménagement de détail (paD).

1. MAISONS ECLUSIERES DE LA SOMME 
Deprick et Maniaque, architectes


À l’origine de cet aménagement des rives de la Somme entre Péronne et Abbeville, il y a un vrai choix politique porté par Christian Manable, président du département entre 2008 et 2015. Bien que la baie du Marquenterre fût prise d’assaut dès les beaux jours par les Samariens (nom des habitants du département de la Somme), les qualités paysagères et patrimoniales et le potentiel de développement touristique du fleuve Somme et de ses nombreux affluents restaient relativement méconnus du public, y compris des habitants eux-mêmes. D’ores et déjà propriétaire de six maisons éclusières, le conseil départemental a initié à(...)

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2018
 LunMarMerJeuVenSamDim
26      01
2702 03 04 05 06 07 08
2809 10 11 12 13 14 15
2916 17 18 19 20 21 22
3023 24 25 26 27 28 29
3130 31      

> Questions pro

Architecte de copropriété, une piste à ne pas négliger

Les architectes se tournent parfois vers des activités considérées comme marginales, soit par goût, soit par défaut de commande traditionnelle.…

Une nouvelle boîte à outils pour reconquérir le chantier

Proie d’un arsenal administratif pléthorique, le chantier deviendrait-il pour l’architecte le lieu de tous les dangers ? En mettant en…

Le Lab CDC Architecture de la transformation

À quels besoins d’innovation et d’évolutions réglementaires répond l’appel à projets du Lab CDC « Architecture de la…