Salle d’exposition temporaire et théâtre au château d’Hardelot, Condette, Pas-de-Calais

Rédigé par Rafaël MAGROU
Publié le 24/11/2016

À 10 miles au sud de Boulogne-sur-Mer, Hardelot a été le point de passage de Jules César et de Napoléon pour conquérir l’Angleterre. Au XIXe siècle, le château médiéval remanié devient propriété de John Whitley, fondateur des stations balnéaires de la Côte d’Opale. Dernièrement, le réalisateur Bruno Dumont y a tourné les scènes intérieures de Ma Loute, pendant qu’à l’extérieur les chantiers de la salle d’expositions temporaires des architectes Silvana Bartoli et Céline Medina et du théâtre élisabéthain de l’architecte Andrew Todd étaient en cours.


Hardelot proviendrait d’un mélange de langues germaniques et de dialectes locaux, signifiant « lieu solide ». Pour autant, c’est sur les ruines du château médiéval que le manoir néo-Tudor est érigé au XIXe siècle. Hybride par son arrangement de (...)



Maîtrise d’ouvrage : Centre culturel de l’Entente cordiale, département du Pas-de-Calais

Théâtre élisabéthain

Maîtrise d’œuvre : Studio Andrew Todd

Scénographie et acoustique : Charcoalblue

Jauge : 388 places (configuration élisabéthaine), 298 (lyrique, musique baroque), 352 (conférence)

Dimensions scène : 5,30 m de profondeur x 8 m de large

Surface : 28 mètres de diamètre (cage de bambou), 19 m (diamètre ext.), 13 m (diamètre int.)

Coût : 6 millions d’euros HT


Salle d’exposition temporaire

Maîtrise d’œuvre : Bartoli Medina architectes

BET structure : BFUHP, C&E

Acoustique : BA BAT, LASA

Scénographie : Scene

Shon : 280 m2

Coût : 1,8 million d’euros HT



Lisez la suite de cet article dans : N° 250 - Décembre 2016

Vue aérienne du site du château d'Hardelot<br/> Crédit photo : dr - Dans l’enceinte du château, la salle d’exposition temporaire s’affirme par un écran détaché des vestiges de pierre<br/> Crédit photo : DENANCÉ Michel Le paravent en fines lames de béton masque une entrée dérobée<br/> Crédit photo : DENANCÉ Michel En appui contre une allée de marronniers, le cylindre du théâtre élisabéthain présente une robe vibratile qui réagit à la lumière diurne comme à l’éclairage nocturne<br/> Crédit photo : ARGYROGLO Martin À l’intérieur, configuration et textures de la salle révèlent une atmosphère proche du sacré<br/> Crédit photo : ARGYROGLO Martin

Les articles récents dans Publiés par d'a

Cloud Atlas : Requalification de la Bibliothèque nationale Richelieu Publié le 27/11/2016

Maîtres d'ouvrages : ministère de la Culture et de la Communication, ministère de l’Éducation [...]

La stratégie du vide : Bibliothèque Alexis-de-Tocqueville, Caen Publié le 26/11/2016

Maître d’ouvrage : Communauté d’agglomération Caen-La Mer Programmiste : Café [...]

Extension du groupe scolaire Lully-Vauban à Versailles : Création du pôle danse et musique du conservatoire Publié le 25/11/2016

Maîtres d'ouvrages : communauté d’agglomération de Versailles Grand ParcMaîtres d'oeuvres : [...]

La géométrie des miracles : Mosquée Bait-ur-Rouf, Dacca, Bangladesh Publié le 28/10/2016

Maîtres d'ouvrages : Sufia Rauf P { margin-bottom: 0.21cm; } Architecte : Marina [...]

Le MusVerre, Sars-Poteries Publié le 27/10/2016

Maîtrise d'ouvrage : Conseil départemental du Nord ; Territoires Soixante-Deux, conducteur [...]

La carte et le territoire : Musée national estonien, Tartu Publié le 26/10/2016

Maîtrise d’ouvrage : ministère estonien de la Culture Maîtrise d’œuvre : DGT [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.