Transcontinental. Le parcours de l’architecte Antonin Raymond (1888-1976)

Rédigé par Guillemette MOREL-JOURNEL
Publié le 15/06/2012

Article paru dans le d'A n°210

Connaissez-vous Antonin Raymond ? Sans doute non, comme la majorité des lecteurs de d’a. Pourtant, avec son nom à la Jacques Tati, ce créateur du XXe siècle est une figure précoce et majeure du « régionalisme critique » selon Kenneth Frampton. Le livre de Christine Vendredi-Auzanneau, architecte et historienne de l’art, vient réparer l’ignorance frappant encore cet architecte globe-trotter qui a vécu en Europe, aux États-Unis et au Japon en accomplissant une mission alors inédite : la réconciliation entre la modernité et la tradition, entre le global et le local. L’auteur, qui vit et travaille aujourd’hui à Tokyo, a suivi durant de nombreuses années la trace de Raymond, de la Tchécoslovaquie au Japon en passant par les États-Unis.

Un « homme de transfert »


Dans la préface qu’il donne à ce livre passionnant – à la fois récit chronologique d’une existence peu commune et analyse d’une œuvre très originale –, l’architecte Kengo Kuma salue la spécificité de l’apport de son aîné. Elle tient selon lui à ce que Raymond n’a pas tant été un voyageur qu’un « homme de transfert » entre l’Occident et l’Orient : « Du point de vue du modernisme, Tange a appris de Raymond ce que l’on peut apprendre de l’architecture japonaise. […] Si Raymond n’existait pas, il n’y aurait ni Maekawa (1), ni Tange, et nous n’existerions pas non plus (2). »


Ce rôle de passeur bilatéral, Raymond le doit à son installation dès 1920 au Japon avec son épouse et collègue durant plus de soixante années, la Franco-Suisse Noémi Permessin. Frank Lloyd Wright, dont on sentira toujours l’influence formelle sur son propre travail, lui avait confié le chantier de l’hôtel Imperial de Tokyo. Il y vécut la plus grande partie de sa vie professionnelle (hormis un long séjour aux États-Unis durant la guerre, puis de nombreux voyages dans toute l’Asie au gré de divers chantiers). Il relevait dès 1935 l’essence de l’architecture traditionnelle japonaise, attachée à l’esprit plus qu’à la matière, à la nature plus qu’au bâti : « L’abri en lui-même n’est qu’une occasion de plus de manifester les subtilités de l’esprit. Les problèmes de fonction, forme et matière que nous travaillons pesamment à résoudre se trouvent résolus avec une aisance incomparable car ils sont appréhendés dans leur vraie perspective : l’extériorisation d’une idée (3). »


Avant-guerre, Raymond construisit surtout des maisons individuelles, plus ou moins luxueuses, au Japon. Après le conflit, il aborda des commandes plus ambitieuses et très variées : maisons toujours, mais aussi logements collectifs, immeubles de bureaux, équipements scolaires, universitaires, hospitaliers, industriels, et enfin des programmes plus originaux comme des bases militaires, des lieux de culte ou des ambassades… Le catalogue établi en fin d’ouvrage recense plus de 550 projets, dont près des deux tiers ont été réalisés, au Japon bien sûr, mais également aux États-Unis, aux Philippines, en Indonésie, en Corée, en Inde, sur l’île de Guam, en Irlande... C’est dire que l’inconnu du XXIe siècle (qui le fut aussi au XXe) ne fut pas méprisé par la maîtrise d’ouvrage ; son œuvre abondante et protéiforme en témoigne et son agence, qui comptait entre vingt et trente collaborateurs, lui permettait de suivre les variations de la commande.


Quels que soient les programmes qu’il traitait, Raymond poursuivait la quête d’un syncrétisme nippo-moderne. S’il emploie avec franchise le béton brut, parfois dans des structures apparentes très expressives comme dans le centre musical de Gunna en 1960, le bois reste l’un de ses matériaux de prédilection : il l’exploite dans ses structures (héritées de l’art traditionnel japonais de la charpente), en enveloppe et dans ses aménagements intérieurs ou son mobilier. Par ailleurs, il n’a de cesse de revisiter des dispositifs japonais : ainsi, des couvertures en chaume à larges débords, comme dans les maisons des années 1930 à Karuizawa, des prolongements au dehors des espaces intérieurs (engawa), des stores en paille (sudare), des cloisons coulissantes en papier de riz translucide (shoji) ou opaque (fusuma), des kura (espaces de stockage), des compositions réglées par la dimension des tatamis, de l’aménagement de seuils (genkan)… L’attention aux pratiques les plus quotidiennes qu’induit un tel vocabulaire fournit une porte de sortie à la modernité sèche du style international. On comprend dès lors pourquoi la nécrologie de Raymond parue dans The Architectural Review en 1976 fut écrite par Peter Smithson.


Par-delà l’intérêt du sujet, le livre est passionnant : narré comme l’aventure d’un homme loin de ses origines, il fournit au lecteur un premier contact avec une œuvre qui mérite encore un examen très attentif, tant les questions auxquelles elle cherche à apporter une réponse (place de la technique, rapport au local, à la tradition et aux usages, respect de la nature...) sont d’actualité. On pourra toutefois regretter le parti pris iconographique retenu : offrir un panorama très large de réalisations, sans s’arrêter sur aucune. Les documents graphiques reproduits, tous d’époque, n’ont pas toujours la lisibilité que des plans (et coupes ou détails) redessinés auraient permis. Après cette mise en bouche, il reste une place pour une monographie plus copieuse et précise, documents visuels à l’appui. La bonne nouvelle, c’est qu’il n’est pas si fréquent qu’un livre ait un goût de revenez-y.


Notes

(1). Kunio Maekawa, architecte japonais (1905-1986) en rupture avec l’enseignement de Tokyo, intégra l’agence de Raymond en 1930, après avoir travaillé durant deux ans dans l’atelier de Le Corbusier.

(2). « Préface », p. 10.

(3). A. Raymond, « Les résidences japonaises », texte à propos de ses maisons réalisées à Karuizawa, reproduit p. 197. L’architecte a publié plusieurs articles sur son œuvre et sur celles de ses contemporains, ainsi que cinq ouvrages, dont le mythique Architectural Details en 1938.



Christine Vendredi-Auzanneau, Antonin Raymond, un architecte occidental au Japon, 1888-1976, Paris, Picard, coll. « Architecture contemporaine », 2012. Broché, 221 pages, 120 illustrations n & b, annexes, 39 euros.

Les articles récents dans Livres

La séléction 2017 de la rédaction Publié le 07/12/2017

Comme chaque hiver, d'a publie les chroniques des livres… [...]

Habiter la planète, atlas mondial de l’architecture traditionnelle et vernaculaire Publié le 06/12/2017

Cet ambitieux et volumineux ouvrage révèle le vertigineux… [...]

Les Leçons de la terre : François Cointeraux (1740-1830), professeur d’architecture rurale Publié le 05/12/2017

Alors que les pratiques récentes d’écoconstruction en… [...]

The Structure, Works of Mahendra Raj Publié le 04/12/2017

Quasiment inconnu en France, l’Indien Mahendra Raj, né… [...]

Les Lotissements. Une histoire de l’habitat individuel groupé de 1940 à nos jours Publié le 03/12/2017

Voici un livre utile et passionnant qui relève un défi… [...]

Nouveaux logements à Zurich. La renaissance des coopératives d’habitat Publié le 02/12/2017

Il y a trois ans, Dominique Boudet nous faisait découvrir… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2018
 LunMarMerJeuVenSamDim
05   01 02 03 04
0605 06 07 08 09 10 11
0712 13 14 15 16 17 18
0819 20 21 22 23 24 25
0926 27 28     

> Questions pro

Les 300 premières agences françaises classées selon leur chiffre d'affaires

Chaque année, d’a publie un tableau des 300 agences d’architecture classées en fonction de leur chiffre d’affaires …

Des kilomètres pavés de bonnes intentions jusqu’à l’enfer des permis de construire

Alors que la loi Logement est en préparation, confrontons les ambitions du gouvernement pour pallier les difficultés qui retardent l’obtention …

Comment « assurer » sur le chantier ?

Dans un milieu professionnel qui a connu une crise sévère, des évolutions normatives et technologiques et l’avènement du BIM, peut-on faire…