Une expo béton au MAC VAL

Rédigé par Justine VIGNERES
Publié le 13/04/2018

Kader Attia a investi l’espace du MAC VAL pour l’exposition « Les racines poussent aussi dans le béton », ouverte au public jusqu’au 16 septembre 2018. Une occasion unique pour l’artiste d’exposer des travaux déjà acquis par le musée, d’en réinterpréter certains et de composer de nouvelles œuvres sur une partition qui lui permet aujourd’hui de diriger, selon ses propres termes, un « opéra en plusieurs actes ». C’est en effet une exposition de grande ampleur que les commissaires Frank Lamy et Julien Blanpied nous proposent de visiter.

Filmé, photographié, présenté, suggéré, le béton envahit les salles. Il s’agit du béton des grands ensembles que le père de l’artiste a contribué à construire, du béton chargé d’espoir d’un modernisme utopique, du béton d’une cité dortoir dans laquelle l’artiste a grandi et que l’environnement de Vitry-sur-Seine évoque immanquablement à ses yeux. L’espace du musée est d’ailleurs montré pour lui-même, une partie des cloisons restant nue. La Tour Robespierre, emblématique du site, fait également l’objet d’une vidéo dans laquelle un travelling ascensionnel s’achevant par une vue aérienne évoque bien l’idéal qui animait ces constructions.


Mais l’artiste nous propose aussi de scruter les fondations des immeubles pour y découvrir leurs racines. Décolonisant une histoire toujours écrite par les vainqueurs, Kader Attia rappelle l’influence qu’eût pour Le Corbusier la visite de la casbah d’Alger ou encore son admiration pour l’habitat m’zab, qui le conduisait même à surnommer sa Cité radieuse « ma Ghardaïa verticale ». Grande oubliée du récit national, l’Algérie trouve ici sa place. Une installation laisse entrevoir dans un disque réalisé en couscous les fondations d’immeubles apparemment disparus (pendant de son œuvre de 2009 Ghardaïa où les immeubles étaient sculptés en couscous) et souligne cette complémentarité des espaces.


Kader Attia fait le choix de placer sur le devant de la scène les acteurs de l’histoire occultés par le discours officiel. Toute son esthétique repose sur une dynamique de réparation et de recyclage. L’artiste transforme des réfrigérateurs usagés en un ensemble de gratte-ciel. Il recolle ensemble les morceaux des photographies de villes nord-africaines et françaises et montre des films qui les rapprochent (Pépé le Moko, tourné en 1937 par Julien Duvivier et dans lequel Kader Attia s’identifie à l’enfant de banlieue que Jean Gabin interprète). Il fait apparaître sur ses sculptures comme sur le sol de l’entrée du musée des balafres qui matérialisent la réparation effectuée, au lieu de la dissimuler comme tendent à le faire les pratiques occidentales de restauration. Le corps même est exploré dans la dualité qui l’habite, comme dans la figure du travesti. Osant les rapprochements géographiques et culturels comme il le fait aussi en ce moment même dans l’exposition « L’Un et l’Autre » ouverte jusqu’au 13 mai au palais de Tokyo, Kader Attia demande et obtient littéralement réparation.


Il démontre également la richesse d’une culture banlieusarde prisonnière des grands ensembles du XXe siècle et longtemps dénigrée. Explorant ses propres racines, Kader Attia n’hésite pas à diffuser l’odeur de son enfance dans une salle faite de contrastes (mère cuisinière et père ouvrier, circulaire et rectiligne, couleurs chaudes et froides, aliments qui sèchent ou se désagrègent, etc.). L’artiste se livre alors à un véritable exercice autobiographique et psychanalytique. Il met également en avant le poids politique de ces espaces ignorés, notamment à travers son œuvre Résister, c’est rester invisible, réalisée en 2011 au moment du printemps arabe.


Dans cette exposition (où Frantz Fanon est directement cité par le biais d’une œuvre vidéo) les « masques blancs » tombent, les murs de sucre s’écroulent et la végétation envahit les édifices de béton photographiés. Un rendez-vous à ne pas manquer pour revoir ses fondamentaux, et l’occasion de découvrir le nouvel accrochage du musée ainsi que la réalisation de l’artiste japonais en résidence Meiro Koizumi.


Site du MAC VAL :

Texte écrit par Kader Attia en 2009 sur Le Corbusier :

Exposition au Palais de Tokyo : <www.palaisdetokyo.com/fr/evenement/lun-et-lautre>

Les articles récents dans Actus brèves

Architecture en rase Champagne Publié le 25/06/2018

Terre fertile d’échanges entre mondes académiques, professionnels et culturels, l’université… [...]

Menace sur la Maison du Peuple de Clichy Publié le 18/06/2018

La mairie de Clichy La Garenne a annoncé il y a quelques mois le lauréat du projet de… [...]

Serpentine 2018 - from London to Beijing Publié le 12/06/2018

Le Pavillon Serpentine 2018 ouvrira ses portes vendredi prochain sur son traditionnel site… [...]

Olafur Eliasson – première architecturale Publié le 05/06/2018

L’artiste Olafur Eliasson dévoilera samedi prochain sa première réalisation… [...]

Design et décroissance ? Publié le 30/05/2018

[...]

Sortir de l'ego Publié le 30/05/2018

[...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2018
 LunMarMerJeuVenSamDim
26      01
2702 03 04 05 06 07 08
2809 10 11 12 13 14 15
2916 17 18 19 20 21 22
3023 24 25 26 27 28 29
3130 31      

> Questions pro

Architecte de copropriété, une piste à ne pas négliger

Les architectes se tournent parfois vers des activités considérées comme marginales, soit par goût, soit par défaut de commande traditionnelle.…

Une nouvelle boîte à outils pour reconquérir le chantier

Proie d’un arsenal administratif pléthorique, le chantier deviendrait-il pour l’architecte le lieu de tous les dangers ? En mettant en…

Le Lab CDC Architecture de la transformation

À quels besoins d’innovation et d’évolutions réglementaires répond l’appel à projets du Lab CDC « Architecture de la…