Une petite folie à Sevran

Rédigé par Benoit JOLY
Publié le 19/01/2017

Le début des années 1980 voit la naissance à Paris du Parc de la Villette et ses fameuses « folies », des édifices à la couleur rouge vif reconnaissables d’entre tous. Près de 35 ans plus tard, une structure aux teintes similaires s’apprête à ouvrir ses portes, mais cette fois au cœur de la Cité des Beaudottes. L’objectif : faire venir la culture dans cette enclave du 9-3 délaissée depuis trop longtemps.

L’idée d’implanter une « micro-folie » en banlieue naît en juin dernier sous l’impulsion de Didier Fusillier, directeur de la Villette. L’ambition est de lutter contre la radicalisation possible des jeunes de banlieue, quand ce n’est pas leur pure et simple exclusion. S’ils ne viennent pas à la culture, la culture se doit d’aller à eux. La ville de Sevran se porte volontaire pour ce projet de MJC 2.0 à la fois provisoire et expérimental, réalisé autant dans l’urgence qu’avec spontanéité. Sur place, on y trouve un café, un fab-lab doté d’imprimantes 3D et une scène pourvue d’un écran géant : un outil éducatif unique pour les enseignants du quartier. En effet – et c’est une grande première – huit grandes institutions disparates sont venues prêter main forte* : le Louvre, Orsay, la Philharmonie de Paris ou encore le Château de Versailles ont fourni gracieusement 250 œuvres numérisées, offrant un kit pédagogique inédit, accompagné d’autant de fiches scientifiques pouvant être triées par thématiques. Mais pour le commissaire artistique Pascal Keiser, « pas question d’imposer une culture dominante ». Afin d’éviter l’effet « art officiel » de ce musée numérique, les œuvres projetées sont systématiquement commentées par des vidéos d’artistes locaux issus du street art ou du hip hop. « Et même si tout est numérisé, l’idée est d’abord de faire venir et se rencontrer les jeunes en un même lieu », insiste-t-il. D’ailleurs, à tout moment, le grand écran peut servir de support à des jeux vidéos, et la salle de projection être transformée en salle de concert.

Et pour que ce projet puisse voir le jour en un temps record, pas de construction en dur, mais une simple tente-chapiteau, sur laquelle sont pluggés les éléments distinctifs en métal rouge des folies de la Villette. Jean-Jacques Hubert et Antoine Antoine Santiard (h2o Architectes) ont été missionné pour imaginer une signalétique simple et facilement reproductible, sous la bienveillance de l’architecte Bernard Tschumi. D’une manière ou d’une autre, selon le contexte et les opportunités, il est envisagé que cette initiative soit expérimentée ailleurs : à Denain dans la banlieue de Valenciennes, ou Montclar, une cité des quartiers sud d’Avignon. Sous la forme d’une folie ou sous une autre, le pragmatisme devant rester de mise.


La Micro-Folie de Sevran-Beaudottes ouvrira ses portes au public le week-end du 21-22 janvier. Au programme : des animations pour les enfants, des moments de dégustation avec les cuisinières sevranaises de Potenti’Elles Cités et Afrik’And, des performances graff avec des artistes sevranais, expérience de la réalité virtuelle, visite du musée numérique... Plus d'informations ici.


*Les partenaires culturels : Le Louvre, le Centre Georges Pompidou, la RMN-Grand Palais, Le Château de Versailles, la Philharmonie de Paris, Universcience, Le Musée du Quai Branly –Jacques Chirac, le Musée national Picasso et la Villette.



Les articles récents dans Actus brèves

Le nouveau centre d’art par Renzo Piano ouvre ses portes Publié le 23/06/2017

L’architecte italien Renzo Piano, en collaboration avec l’agence madrilène… [...]

Le pavillon de la Serpentine de Francis Kéré inauguré Publié le 22/06/2017

Le nouveau pavillon de la Serpentine Gallery, rendez-vous architectural… [...]

Les dernières heures des Robin Hood Gardens Publié le 21/06/2017

Inauguré en 1972 sur un projet de Alison et Peter Smithson, le complexe de logements Robin Hood… [...]

Une nouvelle chaine de vidéos d’architecture Publié le 20/06/2017

Karine DANA, architecte et… [...]

Le Meetic des architectes Publié le 19/06/2017

Si une partie de la commande, surtout privée, échappe aux architectes,… [...]

Un été à l'heure japonaise Publié le 09/06/2017

Barbican Centre, Pavillon de l’Arsenal, Centre Pompidou-Metz… L’actualité est jalonnée… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2017
 LunMarMerJeuVenSamDim
22   01 02 03 04
2305 06 07 08 09 10 11
2412 13 14 15 16 17 18
2519 20 21 22 23 24 25
2626 27 28 29 30   

> Questions pro

Les architectes menacés de phobie administrative

Comment les architectes s’organisent-ils face à la complexité croissante de la gestion des projets,…

Et si on parlait de Culture ?

À quelques jours d’une échéance présidentielle incertaine, François de Mazières, député-maire Les…

Le droit d’auteur des architectes (suite et fin)

Après notre enquête sur le coût du droit à l’image d’une œuvre architecturale (voir d’a n° 250), nous nous…