200 agences françaises classées selon leur chiffre d’affaires

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 14/12/2012

Gare du luxembourg - AREP

Article paru dans d'A n°214

Pour la deuxième année, d'a présente le tableau des deux cents plus grosses agences classées selon le chiffre d'affaires. Mais ce classement pourrait prêter à confusion, comme en témoigne la lettre d'un lecteur inquiet que nous publions dans ce dossier. C'est pourquoi un avertissement préalable s'impose. Aux étudiants en architecture, d'abord. Non, ce tableau n'est pas un guide des agences où il faut absolument postuler pour obtenir un travail intéressant et rémunérateur. Aux architectes ensuite : ce palmarès ne distingue pas la bonne architecture, qui n'est l'apanage ni de la grande, ni de la petite agence. Aux maîtres d'ouvrage enfin et surtout, qui croiraient tenir là la short list de leurs futurs maîtres d'œuvre.

Les grandes structures ont une réputation de sérieux pas toujours usurpée, mais n'ont pas pour autant le monopole de la conscience professionnelle. Les grandes agences ont d'abord été petites : l'oublier serait prendre le risque de laisser de côté des architectes talentueux, qui ont besoin également de se voir confier des commandes pour s'aguerrir et simplement exister en tant que maîtres d'œuvre. De plus, le classement ne présente qu'un reflet trouble de la réalité. Y échappent les architectes inscrits en libéraux, ceux qui ont choisi de diviser leur activité à travers plusieurs sociétés, et certaines des agences présentées exercent plusieurs métiers : l'architecture mais aussi, parfois, de l'ingénierie. On ne manquera pas d'y trouver d'autres défauts.
 
Penchons-nous plutôt sur l'intérêt de ces chiffres : évaluer la taille de la profession par rapport à ses partenaires, comprendre l'évolution du métier, connaître de nouveaux modes d'organisation. Ces questions sont soulevées par les grandes agences d'architecture, et ce n'est pas trop que de leur consacrer dix pages une fois l'an.

Retrouvez également l'article "Agence d'architecture : grandir ou périr" paru dans le d'a guide 214.

Les articles récents dans Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ? Publié le 19/10/2022

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marq… [...]

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain Publié le 05/09/2022

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la… [...]

Détruire ou non ? Publié le 28/03/2022

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent ré… [...]

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA Publié le 25/02/2022

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obére… [...]

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot. Publié le 09/12/2021

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spéci… [...]

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ? Publié le 18/10/2021

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en auto… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
05  01 02 03 04 05
0606 07 08 09 10 11 12
0713 14 15 16 17 18 19
0820 21 22 23 24 25 26
0927 28      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…