27 logements bd Léon Bureau, Nantes. Atelier Maxime Schmitt

Rédigé par les architectes
Publié le 15/12/2021

CONTEXTE

 

S'adonnant au plaisir dominical du farniente, un couple observe l'effervescence du Parvis des Nefs. Le grand éléphant quitte la Galerie des Machines. Ses engrenages animent l'imposant pachyderme et fascinent petits et grands. Les enfants jouent. Les ados s’agglutinent autour des bancs, plus loin une séance de street fitness rassemble dans l’effort une cinquantaine de personnes. A l’horizon, le carrousel des Mondes Marins et la titanesque grue jaune ponctuent le paysage de leur fascinante curiosité. De vastes espaces publics aux noms évocateurs tels le Jardin des Berges, le Jardin des Voyages, l'Esplanade des Traceurs de Coques, le Parc des Chantiers, la Terrasse des Vents composent le panorama de l’ancien site des chantiers navals de l’île de Nantes.

 

Fond de scène de cet attirant paysage, le boulevard Léon Bureau se décline dans un bâti hétérogène, riche en contrastes et surprises. Des petites maisons de type faubourien y côtoient un ancien blockhaus, de grandes emprises industrielles, témoins de l'histoire insulaire, jouxtent des nouvelles opérations tout juste sorties de terre. Les vides entre bâtis laissent deviner le dynamisme constructif du quartier de la création qui se développe dans la profondeur.

 

ENJEUX ET DEMARCHE

 

Frontière entre le nouveau quartier de la Création et le parc des Chantiers, le boulevard Léon Bureau occupe une place stratégique et développe une skyline faite d’horizontalité et d’émergences, symboles de l’île de Nantes. La parcelle Hindigo, du nom de l’entrepôt qui occupe encore le terrain, se développe dans la profondeur et offrira son petit côté au boulevard Léon Bureau permettant ainsi d’affirmer une verticalité plus marquée.

 

S’adossant à une maison faubourienne à la modénature discrète et s’écartant légèrement du blockhaus DY10, vestige reconverti de la seconde guerre mondiale, notre projet tissera un lien horizontal entre ces deux constructions iconiques et affirmera sa différence par une émergence verticale et légère. C’est là que réside notre double ambition, celle de faire une architecture forte combinée à une insertion douce.

 

Une insertion douce en reprenant la volumétrie basse des maisons de ville et du Blockhaus sur le boulevard.

Une insertion douce en utilisant des matériaux déjà présents sur le site comme le béton sombre et le bois.

Une insertion douce en travaillant un socle massif et creusé où les commerces et les halls viendront se glisser.

Une insertion douce en disposant de vastes terrasses plantées au dessus du socle où les familles pourront pleinement profiter de ce site ensoleillé.

Une insertion douce en décalant le volume haut pour qu'il apparaisse peu dans la perspective du boulevard.

 

Une architecture forte en affirmant deux volumes simples et dissociés : le socle et l’émergence.

Une architecture forte en développant des façades hautes à la modénature marquée et des façades basses lisses et discrètes.

Une architecture forte en adoptant un principe de progressivité en hauteur et en largeur des baies pour affirmer un bâtiment s’élançant vers le ciel, augmentant ainsi sa verticalité.

Une architecture forte en contenant tous les espaces extérieurs des logements dans le volume bâti par la création de jardins d’hiver.

Une architecture forte en proposant des logements au fonctionnement très ouvert et aux usages multiples autour d’un noyau humide, offrant à chacun une appropriation maximale.

 

Une architecture forte et exigeante pour que chacun puisse vivre la vie la plus douce possible.

 

 

THEMATIQUES ABORDEES

 

Le travail sur les hauteurs et la matière

Le socle, par son matériau béton et lasuré de couleur sombre, répond au blockhaus DY10. De plus, sa hauteur renvoie tout à la fois au tissu faubourien voisin et à ce vestige militaire. L'émergence, quant à elle, par son architecture tramée sobre et épurée, dialogue avec les projets contemporains situés à proximité.

 

Une morphologie de «maison de ville»

La volumétrie de la partie avant du socle (qui monte à R+1) évoque la morphologie d'une «maison de ville» et s'inscrit dans la continuité des maisons faubouriennes auxquelles il s'adosse.

 

Les terrasses habitées

Le toit-terrasse de la «maison de ville» se divise en trois vastes terrasses bénéficiant d'une vue imprenable sur le Parc des Chantiers et la Loire. Elles tissent une relation visuelle avec le boulevard et attirent les regards des passants avec leurs plantations et leur animation. On peut s'interpeller, se saluer, discuter avec son voisin et lui offrir un verre de citronnade à l'ombre d'un parasol.

 

Un rez-de-chaussée actif

Coté boulevard, le rez-de-chaussée est principalement occupé par un local de 170m² environ qui sera dédié à une activité commerciale ou de restauration. Ce programme viendra compléter et poursuivre la série de petits commerces et restaurants déjà présents sur l'îlot. Entre le rez-de-chaussée en retrait du bâtiment Harmonie Mutuelle et celui opaque du DY10, les activités de notre îlot constituent un atout essentiel pour l'animation du boulevard.

 

Le traitement soigné des angles

Les deux angles (côté boulevard Léon Bureau et côté rue Sourdeac) sont vitrés et ouverts, transparents ou opalescents. Ils laissent voir ou deviner les programmes qu'ils abritent (commerce/restaurant d'un côté, local vélos de l'autre), insufflent de la vie à l'espace public et se retournent pour suivre les cheminements des promeneurs.

 

Un passage conçu comme un lieu de rencontres

La ruelle se déploie selon la séquence suivante qui alterne transparence et opacité : local activité, bloc de services, hall d'entrée des logements, bloc de services, local vélo. Dans ce lieu de croisement des parcours quotidiens de chacun, le projet propose des porosités et des espaces qui favorisent les échanges et les discussions entre voisins.

La ruelle devient un lieu de vie, un passage habité.

 

Emergence

Les façades du volume posé sur le socle de béton sont constituées d’une colonnade épaisse en bois dur peint de couleur ocre. Cette colonnade horizontale et verticale organise toute la modénature des façades. Les façades longues sont constituées de 5 travées. Ainsi dans une travée, on passe de 6 modules en R+1 R+2 à 5 modules en R+3 R+4 et 3 modules en R+5. Cette diminution des nombres de module associée à l’augmentation des hauteurs des modules (R+1=230, R+2àR+4=280, R+5=336) donne une impression de progression vers le ciel, conférant au bâtiment un élancement et une élégance naturelle.

Ces éléments ne sont pas structurels et sont dissociés de la structure porteuse du bâtiment. Les éléments de remplissage de ces modules sont soit des vitrages toute hauteur, soit des panneaux en aluminium thermolaqué de couleur gris ombre, reprenant ainsi la couleur perçue des vitrages en journée. Un travail sur l’embrasure des baies a été effectué pour augmenter encore le principe de progressivité vers le ciel. Ainsi les embrasures des R+1 mesurent quelques centimètres, celles des R+2 R+3 environ 24 cm et celles du R+5, 53 cm. Ces embrasures sont aussi en aluminium thermolaqué de couleur gris ombre.

 

Habitabilité et usages

Les pièces de séjour (salon et cuisine) et les chambres s'organisent de part et d’autre d’un noyau polyvalent au sein duquel sont regroupées les pièces de service (salle de bain, WC, coin informatique, cellier). Les possibilités de cloisonnement ou de partition autour de ce noyau sont diverses et offrent un «espace +», que chacun peut décliner selon ses envies et ses besoins spécifiques (dressing, espace informatique, coin repassage, rangements…). Simples et fonctionnelles, ces typologies permettent des appropriations multiples, une personnalisation du logement où redisposer ses habitudes.

 

Durabilité Flexibiliité

Structure mixte en bois béton alliant les avantages des dalles de béton et la préfabrication des murs à ossatures bois, notre projet s'inscrit dans une durabilité choisie à laquelle le maitre d'ouvrage s'est laissé convaincre. Tous les séparatifs des logements sont en cloisons acoustiques légères, les bois de charpente et d'ossature des murs-manteaux semi-rideaux sont en épicéa français, les épines et corniches bois en façade sont en douglas français peint en usine sur 6 faces avec décennale. Par ailleurs, la structure poteaux-dalle (sans retombée de poutre) permet une adaptabilité importante du projet. On peut imaginer le regroupement de plusieurs appartements pour en augmenter leurs surfaces sans travaux structurels.

 

Occultations

Concernant le système d’occultation, un système de stores extérieurs à lames orientables en aluminium laqué de couleur sombre sera mis en place pour les chambres et masqué par un linteau en bois dur peint identique à la colonnade des façades. Au delà de cette fonction, ce linteau, présent devant toutes les baies (y compris celles entièrement pleines) vient souligner la modénature des façades et affirme un peu plus les horizontales tout en diminuant l’ombre portée de celles-ci. La hiérarchie entre les masses et les ombres s’organise pour offrir une façade subtile, à l’architecture douce et forte.

 

Jardins d'hiver

Des jardins d’hiver sont positionnés en prolongement des logements et notamment au niveau des angles Sud et Ouest. Ces jardins d’hiver sont traités en continuité des fenêtres des logements, et s’ouvrent en un vantail à la française (simple vitrage). En l’état d’avancement du projet, il n’est pas prévu de système d’occultation pour ces jardins d’hiver mais le linteau en bois dur peint formant modénature permettra de dissimuler un système de store si besoin dans le futur. Ces jardins d'hiver ne sont ni chauffés, ni isolés et sont ventilés naturellement.

 

Accès

Le projet compte deux halls d'entrée. Le hall d'entrée 1, accessible depuis le passage piéton Est-Ouest et la rue Sourdéac, forme un ensemble vaste où sont intégrés sur le parcours quotidien l’accès aux mobilités douces. Au pied de l’ascenseur, un local poussette permet de limiter les déplacements encombrés des jeunes parents. La circulation verticale dessert 23 logements. Les paliers des étages sont éclairés naturellement et disposent en façade d’un espace partagé, comme un jardin d’hiver, dont l’usage reste encore à définir mais qui pourrait accueillir par exemple un barbecue collectif, donc les fumées seraient rejetées en toiture. Lieu de rassemblement et de convivialité, cet espace partagé est essentiel à la vie en communauté.

Le hall 2 quant à lui est accessible depuis le boulevard Léon Bureau. Il s'agit du hall de la «maison de ville». Un  accès piéton est associé à ce hall vers le parking. Depuis la rue, l’escalier éclairé naturellement et désenfumé en façade se déploie pour arriver à l'étage qui abrite quatre appartements.

 

Stationnements

Le parking est accessible aux véhicules depuis la rue Sourdéac et possède deux accès piétons (un côté rue Sourdéac et le deuxième depuis le hall 2 au travers d’un sas). Il s'agit d'un stationnement à l'air libre protégé par l'avancée des balcons du R+1 mais aussi par la couverture en aluminium thermolaqué plus basse couvrant la circulation des véhicules. Le décalage entre les deux toitures permet de faire entrer la lumière et de ventiler le parking naturellement. Une bande plantée contre le mur mitoyen de la parcelle voisine vient compléter ce dispositif pour offrir une atmosphère végétale dans ce parking asphalté.



Maîtres d'ouvrages :  Bouygues Immobilier Atlantique
Maîtres d'oeuvres : Atelier Maxime Schmitt Architecte (Architecte Mandataire et BET Bois), Serba (BET Structure), Naonec (Economiste), Enercia (BET fluides), Linkibat (OPC)  
Surface SHON : 1500 m² de SdP, 1385 m² de Shab, 250 m² de jardins d'hiver, 180 m² de commerces

Cout : 3 340kE valeur 2019 compris démolition et fondations spéciales
Date de livraison : décembre 2019

27 logements bd Léon Bureau, Nantes. Atelier Maxime Schmitt 27 logements bd Léon Bureau, Nantes. Atelier Maxime Schmitt 27 logements bd Léon Bureau, Nantes. Atelier Maxime Schmitt 27 logements bd Léon Bureau, Nantes. Atelier Maxime Schmitt 27 logements bd Léon Bureau, Nantes. Atelier Maxime Schmitt 27 logements bd Léon Bureau, Nantes. Atelier Maxime Schmitt 27 logements bd Léon Bureau, Nantes. Atelier Maxime Schmitt 27 logements bd Léon Bureau, Nantes. Atelier Maxime Schmitt 27 logements bd Léon Bureau, Nantes. Atelier Maxime Schmitt 27 logements bd Léon Bureau, Nantes. Atelier Maxime Schmitt

VOIR ÉGALEMENT

>> Publiés par d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Choix de d'a

20 logements participatifs en volume capable sur un parking silo, Bordeaux Publié le 26/04/2022

Maîtres d'ouvrages : Le COL (Comité Ouvrier du Logement)Maîtres d'oeuvres… [...]

Réhabilitation et extension d'une ancienne ferme en haras d'élevage, Samer Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  C.C. Desvres SamerMaîtres d'oeuvres :  Charlotte… [...]

74 logements sociaux Jaurès Petit, Paris 19 Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Paris Habitat OPHMaîtres d'oeuvres :  archi5 (logements… [...]

Groupe scolaire Simone Veil, Villejuif Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Ville de VillejuifMaîtres d'oeuvres :  Dominique Coulon… [...]

Groupe scolaire du Moulon, Gif sur Yvette - plateau Saclay Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Établissement Public Paris Saclay (EPAPS)Maîtres d'oeuvres… [...]

Sciences Po, Hôtel de l'Artillerie, Paris Publié le 24/04/2022

Maîtres d'ouvrages : La Fondation Nationale des Sciences Politiques (FNSP)Maîtres d'oeuvres… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
17      01
1802 03 04 05 06 07 08
1909 10 11 12 13 14 15
2016 17 18 19 20 21 22
2123 24 25 26 27 28 29
2230 31      

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …