(5/6) Après la réforme. Entretien avec Simon Teyssou, directeur de l’ENSA de Clermont-Ferrand

Rédigé par Guillemette MOREL-JOURNEL
Publié le 05/12/2021

Dossier réalisé par Guillemette MOREL-JOURNEL
Dossier publié dans le d'A n°295

Simon Teyssou est architecte et exerce en Auvergne au sein de l’Atelier du Rouget, lauréat du prix d’architectures 2020 pour la station de pleine nature de Mandailles-Saint-Julien. Il enseigne le projet à l’ENSA de Clermont-Ferrand depuis 2004, école dont il a pris la direction en 2018 – il fait donc partie des rares architectes praticiens et enseignants à occuper cette fonction. C’est à ces titres que nous avons souhaité connaître son point de vue sur la réforme des écoles et des missions des enseignants.

D’a : Le décret de 2018 a modifié en profondeur le statut des écoles nationales supérieures d’architecture (ENSA), transformant aussi bien le fonctionnement des instances que le statut des enseignants-chercheurs. Trois ans après, peut-on faire un premier bilan de son application ?

Simon Teyssou : Le décret étend aux ENSA les grands principes et modalités de gouvernance communément appliqués dans les autres établissements d’enseignement supérieur. Reste la question des moyens affectés aux ENSA pour faire vivre cette réforme dans de bonnes conditions. En effet, calquer les modalités de gouvernance des universités et les mettre en œuvre dans les ENSA ne va pas de soi. Cela pose la question de l’échelle de nos établissements respectifs. À titre d’exemple, le recrutement des enseignants titulaires et associés relève dorénavant des ENSA. Or aucun moyen supplémentaire n’a été affecté à nos écoles pour assumer cette nouvelle charge, autrefois assumée par la centrale.

Un large consensus se dégage pourtant autour de l’idée selon laquelle le décret de 2018 est salutaire pour les ENSA. La réforme a été globalement bien acceptée, au prix néanmoins d’une complexité de mise en œuvre souvent difficile à absorber dans nos écoles, modestes en taille pour la plupart d’entre elles. Elle a nécessité un investissement considérable des personnels.


(...)

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
52      01
0102 03 04 05 06 07 08
0209 10 11 12 13 14 15
0316 17 18 19 20 21 22
0423 24 25 26 27 28 29
0530 31      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…