69 logements 1 gymnase, passage Delessert - AAVP

Architecte : Vincent Parreira Atelier Architecture
Rédigé par les architectes
Publié le 02/05/2016

L’amplificateur urbain


C’est en 1891 que la Ville de Paris enregistra la voie de 100 mètres ouverte deux ans auparavant sur les terrains du sieur Delessert, entre la rue Pierre-Dupont et le quai de Valmy. À l’extrémité orientale, le canal Saint-Martin, aujourd’hui un lieu de promenade et de villégiature, à l’époque une artère conduisant au bassin de la Villette, quatrième port industriel français après Marseille, Le Havre et Bordeaux. Une activité intense dont le souvenir persiste à travers quelques grands bâtiments industriels : la cité Clémentel, l’ancienne centrale électrique de la Compagnie d’air comprimé, ou d’autres, plus discrets sur rue. Appréhendant le contexte comme le mélange de populations, de mémoires, d’activités et de multitudes d’expressions bâties coexistant au sein d’un même lieu, l’opération comporte un gymnase, vendu en VEFA à la ville de Paris, sur lequel se posent 69 logements sociaux. Elle entend d’abord croiser la grande échelle de l’industrie avec l’échelle intime de l’habitation. L’immeuble prend position le long du passage, tient l’angle des deux rues avant de se retourner sur la rue Pierre-Dupont. Il développe un même motif de loggia en mélèze répété sur cinq niveaux, sans volonté d’effacer ou d’amoindrir sa présence et le bouleversement suscités par son arrivée sur la dernière parcelle vide du quartier, un bucolique terrain vague longtemps occupé par un préfabriqué et une « bulle » gonflable abritant un court de tennis désaffectés. 


L’adieu difficile à ce dernier bout de campagne à Paris, la densification d’un espace ouvert explique le recours collectif de 180 riverains enregistrés lors de la phase du dépôt de permis. La densification s’accompagne néanmoins d’une diversification de programme qui profite à l’ensemble du quartier, et d’une obligation de mixité programmatique inscrite au PLU. Implanté le long du passage Delessert dans un volume semi-enterré, l’équipement induit des contraintes qui fondent les particularités du projet. La majeure partie des logements repose sur la structure du gymnase, une série de portiques franchissant plus de 20 m de portée, dont les poutres forment des refends du premier niveau de logement, et déterminent la trame des voiles porteurs supérieurs. Une faille verticale sépare un premier complexe gymnase/logement d’un plot de moindre dimension, comprenant des logements en étage ainsi qu’une série de locaux de service en rez-de-chaussée : accueil gardien, locaux de stockage divers, accès parkings, etc. 


L’accès à chaque logement est une promenade particulière qui débute dans le hall principal, ouvert sur un jardin semi-privatif, suivant un dispositif inspiré de ceux que l’on trouve dans les immeubles d’habitation parisiens des années 60-70, âge d’or en la matière. Du marbre posé suivant un calepinage en point de Hongrie accueille le visiteur et l’habitant, volonté d’offrir dans le secteur social une qualité habituellement réservée aux programmes haut de gamme. L’utilisation de matériaux bruts dans la plupart des circulations autorisait l’emploi ponctuel de matériaux symboliquement luxueux, aussi pérenne qu’une pierre sans générer de surcoût. Une fois passé le hall, l’habitant rejoint son appartement en empruntant une longue coursive implantée à cinq mètres des façades arrière. Ultime seuil, une courte passerelle individuelle qui donnera accès à un logement toujours traversant, complété d’une terrasse paysagère posée sur le socle du gymnase pour tous les appartements en R+1. La superstructure des coursives métalliques forme un paysage en soi au cœur de l’îlot, un balcon filant donnant en surplomb sur un jardin conçu par l’agence Roberta. Chaque logement est doté d’une loggia individuelle, dont la profondeur variable est calculée pour laisser à l’occupant sa légitime intimité. Au rez-de-chaussée, une résille métallique filtre la lumière pour ne pas gêner la pratique sportive, réduit l’exposition des sportifs et danseurs du regard des passants. 


Loggias, coursives, passerelles, escaliers, espace tampon des jardins : l’opération ménage l’intimité mais multiplie les transparences et les porosités visuelles, quitte à aller à l’encontre d’une manie contemporaine qui voudrait que la finalité d’une construction soit d’isoler totalement tout un chacun de la vue de l’autre. La descente aux salles semi enterrées est magnifiée par un escalier central multipliant les transparences dans les quatre grandes directions cardinales. Les héberges des mitoyens deviennent un spectacle qui se déploie au cheminement de l’habitant, littéralement projeté dans un univers pluriel de cours arrière et courettes bruissants de destins pluriels. 


Regardant plutôt du côté des pittoresques parcours domestiques de « Mon Oncle » de Jacques Tati, ou des ambiances de « Fenêtre sur cour » d’Alfred Hitchcock, le bâtiment se veut autant une machine à habiter qu’une machine à voir. Rue, ville, passant, cœur d’îlot, voisin, tout se voile et se dévoile tour à tour au gré du déplacement, ces visions fugaces amplifiant le potentiel des rencontres, magnifiant la diversité et l’énergie qui font le meilleur des métropoles.





Maîtres d'ouvrages : ICF La Sablière
Maîtres d'oeuvres : AAVP Architecture
Économie du bâtiment : Bureau Michel Forgue - Bureau d'ingéniérie des structures : EVP - Bet Fluides & SSI : Louis Choulet - Bet hqe : Oasiis - Bet acoustique : Altia - Paysagiste : Atelier Roberta
Surface de plancher : 6445 m2
Cout :14,87 M€ HT
Date de livraison : Avril 2016

<br/> Crédit photo : DR  <br/> Crédit photo : DR  plan R -1<br/> Crédit photo : DR  plan Rdc<br/> Crédit photo : DR  plan R +2 <br/> Crédit photo : DR  plan R +4 <br/> Crédit photo : DR  élévation<br/> Crédit photo : DR  <br/> Crédit photo : BOEGLY Luc <br/> Crédit photo : DR  <br/> Crédit photo : DR  <br/> Crédit photo : BOEGLY Luc <br/> Crédit photo : BOEGLY Luc <br/> Crédit photo : BOEGLY Luc

VOIR ÉGALEMENT

>> Publiés par d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Choix de d'a

Centre culturel Clément David, Roquevaire (13) Publié le 05/07/2023

Maîtres d'ouvrages : Commune de RoquevaireMaîtres d'oeuvres : Huitetdemi (mandataires… [...]

Parcours couvert du forum antique de Bavay (59) Publié le 28/06/2023

Maîtres d'ouvrages : Département du NordMaîtres d'œuvres : Explorations ArchitectureEn… [...]

CO’Met - Arena, centre de congrès et parc des expositions Publié le 06/06/2023

Maîtres d'ouvrages : Orléans MétropoleMaîtres d'oeuvres : Ferrier Marchetti StudioEntr… [...]

Extension et rénovation partielle d'une maison familiale à Mantes-la-Jolie Publié le 16/12/2022

Maîtres d'ouvrages : privéeMaîtres d'oeuvres : Bérénice Curt Architecture, co-traitants : … [...]

Le Majestic - Scène de Montereau Publié le 23/11/2022

Maîtres d'ouvrages : Ville de Montereau-Fault-YonneMaîtres d'oeuvres : Atelier Novembre … [...]

CasArts - Grand Théâtre de Casablanca Publié le 23/06/2022

Maîtres d'ouvrages : Casablanca Aménagement S.A. / Egis Bâtiments InternationalMaîtres d'oeuvres… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mars 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
09    01 02 03
1004 05 06 07 08 09 10
1111 12 13 14 15 16 17
1218 19 20 21 22 23 24
1325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…

Quelle importance accorder au programme ?

Avant tout projet, la programmation architecturale décrit son contenu afin que maître d’ouvrage et maître d’œuvre en cernent le sens et les en…

L’architecture au prisme des contraintes environnementales : le regard singulier de Gilles Perraud…

Si les questions environnementales sont de plus en plus prégnantes, les labels et les normes propres à l’univers de la construction garantissent…