74 logements sociaux et 3 commerces, Paris 17ème

Rédigé par les architectes
Publié le 28/09/2018

Ancienne emprise ferroviaire située entre le faisceau ferré de la gare Saint Lazare et le boulevard Pereire, le secteur Saussure est aujourd’hui défini par la rue de Saussure, le boulevard Pereire et la rue Marie Georges Picquart. Le secteur Saussure fait partie de l’ensemble plus vaste de la ZAC de Clichy-Batignolles. Il en constitue la bordure Sud, et est connecté au reste de la ZAC par deux passerelles qui enjambent aujourd’hui les voies ferrées.


L’immeuble de « 74 logements sociaux et 3 commerces » s’appréhende par les parcours qu’il offre et par la façon dont il révèle son environnement. Sa forme est complexe mais ici naturelle. Son vocabulaire est radical et puise dans des registres classiques et la matérialité de ses façades est brute.

 

Rôle urbain :


Articulation urbaine, le projet répond de deux façons à son implantation dans un îlot ouvert au sein du paysage varié qu’est le secteur Saussure. Par sa volumétrie spécifique, d’une part, des percées visuelles et des jours urbains sont créés en profondeur dans la séquence construite de la rue. D’autre part, l’écriture forte du projet assure de réaliser l’articulation entre les deux tissus urbains que tout semble opposer : contemporain et hybride d’un côté et haussmannien de l’autre.

 

Flux :


Le rez-de-chaussée du bâtiment constitue le point de départ d’un parcours sensible qui débute depuis l’espace public, en passant par les porches, les passages en double hauteur aux plafonds de bois, puis les parties communes en étage éclairées naturellement. Elle aboutit aux cadrages de vues proposés dans les logements. Les flux sont organisés suivant des séquences claires composant un paysage intérieur au bâtiment qui prolonge les deux niveaux de références : celui de la rue, et celui du jardin plus haut, et visible depuis la rue. Les locaux vélos disposés à l’arrière prolongent les espaces extérieurs en de véritables halls d’entrées de l’immeuble. Un jeu de clairevoies renforce la sensation réelle de pénétrer dans l’immeuble tout en prolongeant la perception du paysage extérieur. Des brèches dans la volumétrie de cette masse de béton ouvrent le ciel dès le cinquième étage et trois entités y émergent. Ce volume reprend finalement l’ordonnancement vertical des immeubles haussmanniens.

 

Appartements :


Les 74 logements sont organisés selon trois niveaux courants prolongés par les trois derniers niveaux de couronnement. L’ensemble étant disposé sur un soubassement de deux niveaux, le rez-de-chaussée avec les commerces, locaux communs et le premier étage, les logements sont conçus spécifiquement. La composition classique du plan a été revisitée pour offrir, aux habitants et aux voisins, différentes expériences. Mais aussi certaines pièces ont des angles précisément étudiés ouvrant des vues cadrées qui préservent l’intimité. Des séquences d’entrées depuis la rue et vers les logements sont composées selon une succession de liens visuels sensibles. Les logements sont dans leur grande majorité pluri-orientés. Ils disposent de généreux espaces extérieurs, en balcons, loggias ou terrasse.

 

Matérialité :


C’est aussi dans notre interprétation du rapport qu’entretient le projet avec les immeubles haussmanniens qui lui font face qu’ont été puisés les points fondateurs de l’écriture du bâtiment. Les façades sont appareillées comme le sont les façades en pierre de taille des immeubles parisiens. Le béton des façades du bâtiment est réellement brut, sans protection ou finition. Il est coulé en place pour affirmer et faire ressentir son rôle double : celui de peau, et de structure. L’écriture des façades s’appuie sur les joints des banches des voiles béton, et sur un fond de coffrage, que l’on appelle matrice, qui révèle les vibrations que peut avoir le béton gris foncé des façades aux multiples facettes, selon différents éclairages. La texture de cette matrice est inspirée des tableaux iconiques de Pierre Soulages, les OutreNoir. Et ce travail met en exergue la volonté finale sur cette façade foncée, un état de surface spécifique, créant un jeu de lumière, en perpétuelle variation, fait de contrastes et d’ombres.




Maîtres d'ouvrages : Traa architectes (mandataires)/ 

Maître d'oeuvre : ICF Habitat la sablière

Entreprises : Tekhne (BET généraliste)/ Légendre (entreprise générale)/ Atelier Jour (paysagiste)

Surface SHON : 5 709 m2

Cout : 9.05 M  HT

Date de livraison : 2018

Matérialité de la façade, appareillage du béton<br/> Crédit photo : Houot Antoine Vue des trois plots de logement depuis la rue<br/> Crédit photo : Houot Antoine Vue des balcons des logements<br/> Crédit photo : Houot Antoine Vue depuis le passage <br/> Crédit photo : Thibaut Robert Architectes & Associés - Vue depuis le hall d'entrée<br/> Crédit photo : Thibaut Robert Architectes & Associés - Vue de l'intérieur d'un logement<br/> Crédit photo : Thibaut Robert Architectes & Associés - Vue de l'intérieur d'un logement<br/> Crédit photo : Thibaut Robert Architectes & Associés - Plan de situation<br/> Crédit photo : Thibaut Robert Architectes & Associés - Plan de masse<br/> Crédit photo : Thibaut Robert Architectes & Associés - Plan du rez-de-chaussé<br/> Crédit photo : Thibaut Robert Architectes & Associés - Plan du deuxième étage<br/> Crédit photo : Thibaut Robert Architectes & Associés - Plan du cinquième étage Coupe sur un passage<br/> Crédit photo : Thibaut Robert Architectes & Associés - Appareillage du béton<br/> Crédit photo : Thibaut Robert Architectes & Associés -

VOIR ÉGALEMENT

>> Publiés par d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Choix de darchitectures.com

TRACKS - École maternelle de Perthes-en-Gâtinais Publié le 16/01/2019

Maîtres d'ouvrage : Ville de Perthes-en-GatinaisMaîtres d’œuvre : Tracks… [...]

Observation Deck, étape finale de la Tour MahaNakhon de Bangkok, Büro Ole Scheeren Publié le 29/11/2018

Maîtres d'ouvrage : PACE Development Co., LtdMaîtres d'oeuvre : Buro Ole Scheeren Group… [...]

Théâtre Andon Z. Çajupi Publié le 20/11/2018

Maîtres d'ouvrages : Municipalité de KorçaMaîtres d'oeuvres : BOLLES+WILSON / Dea… [...]

KAAI 37 à ANVERS Publié le 31/10/2018

Maître d'ouvrage :   TV PROJECT² et BERMASO commandé par KAAI 37 Bouw en… [...]

Shaker studio Publié le 10/10/2018

Maître d'oeuvre : Ariel ClaudetEntreprise : SergelecSurface SHON : 22 m²Date de… [...]

Conservatoire à rayonnement départemental, Orsay Publié le 09/10/2018

Maîtres d'ouvrages : Communauté Paris-SaclayMaître d'oeuvre : Atelier Novembre… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
01 01 02 03 04 05 06
0207 08 09 10 11 12 13
0314 15 16 17 18 19 20
0421 22 23 24 25 26 27
0528 29 30 31    

> Questions pro

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…

Loi ELAN: comment produire un habitat frugal dont la valeur perçue ne soit pas celle du low cost?

Bernard blanc est directeur général d’aquitanis, l’office public de l’habitat de bordeaux métropole. Ce bailleur très engagé a déjà…