Alessandro Imbriaco, Tommaso Bonaventura : Vista Nostra

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 01/07/2014

Alessandro Imbriaco, Tommaso Bonaventura, Vista Nostra

Article paru dans d'A n°228

Comment représenter des phénomènes aussi omniprésents mais invisibles par nature que le crime organisé ? Deux photographes romains sont partis de l'observation du territoire pour montrer les mutations et l’emprise de la mafia dans la société. Une partie de ce travail est présentée dans la Corderie de l’Arsenal, dans le cadre de l’édition 2014 de la Biennale d’architecture.

Sur l’image en noir et blanc, trois femmes se tiennent dans une rue de Palerme, au pied du cadavre de Benedetto Grado, victime d’un règlement de compte de la Cosa Nostra. Dans la flaque de sang qui coule sous la bâche se reflète le visage d’une de ces veuves noires siciliennes. La photographie, choquante et brutale, tirée d’une série de reportages de Franco Zecchin et Letizia Battaglia, est le point de départ du travail d’Alessandro Imbriaco et Tommaso Bonaventura.

« Nous voulions renouveler l’iconographie de la mafia, très marquée par ces images faites dans les années 1980-1990, expliquent les deux photographes. En vingt ans, la mafia a évolué considérablement : elle n’a recours à la violence qu’en cas d'extrême nécessité et s’est fondue dans la société. Selon les spécialistes, le crime organisé est devenu “liquide”, impalpable. Nous nous demandions comment représenter ce phénomène invisible » (...)


«Immediate surroundings» volet de la série Corpi di Reato portant sur les villas des parrains maffieux, est présenté dans l’exposition Monditalia de la Biennale de Venise, site de l’Arsenal, jusqu’au 23 novembre prochain.


Lisez la suite de cet article dans : N° 228 - Juillet 2014

Les articles récents dans Photographes

Julien Guinand. Two Moutains : Ashio, Kumano Publié le 20/06/2022

Au Japon, deux montagnes, deux régions éloignées l’une de l’autre, toutes deux victimes de… [...]

Carleton Watkins : Le regard du mammouth Publié le 05/05/2022

Le « mammouth » désignait l’énorme chambre photo­ graphique que Carleton Watkins emportait … [...]

Julien Gracq : L’œil géographique Publié le 29/03/2022

Le grand écrivain était géographe. Dans les années 1950, il entreprit plusieurs voyages en E… [...]

Thomas Henriot : Frontières invisibles Publié le 25/02/2022

Issu d’une grande maison de champagne, Thomas Henriot a entrepris d’explorer le fuseau septentri… [...]

Eric Tabuchi et Nelly Monnier / Atlas des régions naturelles, Vol. 1 Publié le 09/12/2021

Une exposition au Centre d’art GwinZegal de Guingamp, dans le Trégor, rend compt… [...]

Eugène Atget, Voir Paris Publié le 16/11/2021

La Fondation Henri Cartier-Bresson a consacré cet été une expos… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Décembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
48   01 02 03 04
4905 06 07 08 09 10 11
5012 13 14 15 16 17 18
5119 20 21 22 23 24 25
5226 27 28 29 30 31  

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…