Arrêt de mort d'une création. Lettre de l'architecte Thierry Delaballe.

Rédigé par Thierry DELABALLE
Publié le 20/12/2011

Jardin des halles

Le jardin des Halles de Paris de l'architecte Louis Arretche.

Voici quelques années, pour les 80 ans de Louis Arretche, le siège de l'école des Beaux-Arts de Paris était en fête. Plusieurs centaines d'élèves, dont certains ont aujourd'hui une réputation nationale et internationale, étaient venus témoigner leur reconnaissance à l'homme qui leur avait appris à développer leur esprit créatif et, en architecture comme dans la vie, leur sens de l'émotion.

Chacun se souvenait que Louis Arretche était à l'origine de la reconstruction de villes comme Saint Lo et Saint Malo, et de la réalisation des pôles universitaires et hospitaliers de Nantes et de Rennes, de l'ensemble, internationalement connu et visité, du Vieux Marché et de l'église Jeanne d'Arc à Rouen, comme de celle de la remarquable Place de l'Hôtel de Ville; qu'enfin on lui devait, à Paris, le Pont Charles de Gaulle et ses abords, avec la prolongation du paysage des quais jusqu'au ministère des Finances; et, au cœur de la capitale, le Jardin des Halles...

Louis Arretche n'est plus, et l'actuel maire de Paris a décidé d'illustrer son mandat par la création d'un nouvel espace vert... à l'emplacement exact du Jardin des Halles. Rien ne doit rester de celui-ci: abattage de 348 arbres en pleine maturité; suppression du vaste tapis vert qui les bordait, remplacé par un grand passage minéral, destiné à densifier en zone centrale le nombre des piétons, qu'Arretche avait pris soin de cantonner sur les côtés du jardin, afin de préserver dans celui-ci une atmosphère de repos; enfin, suppression du cœur de l'actuel jardin: la place René Cassin, théâtre favorisant le rassemblement et le recueillement à la fois, dans un cadre idéal, face à l'église Saint-Eustache, et autour de la belle sculpture de Henri Miller.

La démolition et la re-création d'un jardin de 4 hectares a un coût - environ 80 millions d'euros - très lourd, surtout en période de graves difficultés économiques. Mais pourquoi cette politique de la table rase alors qu'il existait un jardin parfaitement accompli? Ne s'agit-il pas d'effacer la trace d'une réalisation dont pouvait s'enorgueillir son promoteur, Jacques Chirac, alors maire de Paris, pour la remplacer par la sienne propre? On peut le craindre...

Il convient d'ajouter que - déférence pour l'homme "en place", souci de mélanger des intérêts matériels? - la profession des architectes presque toute entière a entouré cette affaire du plus profond silence... Silence, donc, de ceux qui fêtaient Louis Arretche, qui lui doivent leur formation et leur réussite; bel exemple de gratitude !

Lettre rédigée par Thierry Delaballe, ancien collaborateur de Louis Arretche.

Les articles récents dans Points de vue / Expos

L'architecture ou l'art de transformer le réel. Par Philippe Prost Publié le 19/10/2022

Si hier encore, à la fin du XXe siècle, patrimoine rimait avec vieilles pierres et monuments hist… [...]

Exposition : Le double pouvoir de l’architecte et l’habitant Publié le 05/09/2022

Dirigé depuis avril 2021 par Fabrizio Gallanti, le centre d’architecture arc en rêve laisse pe… [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (7/9) « Re » comme leitmotiv Publié le 05/09/2022

À la charnière des années 1970 et 1980, alors que fonctionnalisme et style international sont … [...]

Vingt ans pour un bouleversement Publié le 29/06/2022

Sélectionner vingt architectures parmi des milliers d’autres, c’est générer plus de frustr… [...]

Vingt architectures entre singularité et exemplarité Publié le 28/06/2022

Les palmarès sont toujours pris entre deux impératifs contradictoires : couronner l’exception … [...]

Une anamorphose éloquente Publié le 27/06/2022

De quelle situation la vingtaine de réalisations jugées les plus remarquables des vingt derniè… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
44 01 02 03 04 05 06
4507 08 09 10 11 12 13
4614 15 16 17 18 19 20
4721 22 23 24 25 26 27
4828 29 30     

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…