Au sujet de l'avenir des CAUE

Rédigé par Marguerite PIERRE
Publié le 13/12/2017

L'Association des professionnels de l'architecture, de l'urbanisme, de l'environnement et du paysage tire la sonnette d'alarme sur la dégradation de la situation des CAUE (Conseil de l'Architecture, de l'Urbanisme, de l'Environnement et du paysage) notamment dans la région des Pays de la Loire.

Certains Conseils départementaux par lesquels transitent les ressources des CAUE, ont engagé une action de diminution des budgets alloués à ces derniers.

 

C’est dans ce contexte que les organisations représentatives des professionnels dénoncent une remise question de l’autonomie et des conditions d’exercice de ces organismes et appellent les autorités locales et étatiques à agir.

 

Les organisations rappellent que les CAUE sont des organismes autonomes qui ont un rôle d’animation et de sensibilisation et une mission d’accompagnement et de conseil des collectivités et des particuliers. Une réduction des budgets serait selon elles, une menace pour la « qualité de l’aménagement et de la construction en France et le cadre de vie de chacun ».

 

L’Association des professionnels de l’urbanisme, de l’architecture et du paysage nous a transmis une tribune libre au sujet de « l’avenir des CAUE » :

 

 

 

Tribune libre

Association des professionnels de l’urbanisme de l’architecture et du paysage

Au sujet de l’avenir des CAUE[1]

 

Les organisations représentatives des professionnels de l’architecture, de l’urbanisme, de l’environnement et du paysage, font cause commune au sujet de leur grande inquiétude sur des évolutions qui menacent la qualité de l’aménagement et de la construction en France, et plus particulièrement dans la région des Pays de la Loire.

En effet nous, urbanistes, architectes et paysagistes concepteurs, sommes très préoccupés par la réduction drastique des budgets alloués aux CAUE dont la mission première est le conseil auprès des particuliers et des communes qui ne peuvent pas se doter de services adéquats. Pour rappel les CAUE sont des organismes autonomes chargés de missions essentielles : Le conseil aux particuliers, un rôle culturel d’animation et de sensibilisation auprès de tous, un rôle de conseil et d’accompagnement des collectivités.

Plusieurs Conseils départementaux, collectivités par lesquelles transitent les ressources des CAUE, ont engagé une action visant à diminuer drastiquement la part majeure de financement des CAUE qui transite par eux, au mépris parfois de leur obligation d’affectation de ces recettes ; certains remettent en question une partie de leurs missions, certains leur contestent leur autonomie, gage d’indépendance.

Les conditions d’exercice de ces organismes –et en particulier leur autonomie- sont essentielles à l’accomplissement de ces missions, conférées par la loi de 1977 sur l’architecture[2] et confirmées par la loi CAP de 2016[3]. Leur dégradation met gravement en question la qualité de l’aménagement et de la construction, et ainsi le cadre de vie de chacun.  Dans une région qui compte deux départements littoraux, la Loire et ses affluents, et dont les qualités des paysages sont une composante majeure de l’attractivité et de l’activité touristique locale, il est suicidaire de laisser au fil de l’eau le développement du territoire sans le conseil que peuvent apporter les CAUE. En conséquence nous estimons, nous professionnels de l’aménagement et de la construction, indispensable d’alerter les élus de nos territoires à ne pas sacrifier les missions des CAUE mais au contraire à valoriser leurs actions, et à confirmer l’impératif d’autonomie de ceux-ci.

Nous nous inquiétons de la faible réaction des autorités tant locales qu’étatiques, soucieuses de ne voir que le volet comptable de la situation. Nous affirmons au contraire que l’économie des finances publiques – vraie préoccupation - exige précisément de répondre aux difficultés par une vision d’ensemble, une vision de projet, bien absente des débats.

 

Le conseil aux particuliers est d’autant plus important en milieu rural que les collectivités sont plus démunies en ingénierie spécialisée. La mise en œuvre d’une culture commune en faveur de la qualité du cadre de vie donne une dimension culturelle essentielle à l’action des acteurs publics comme privés, la sensibilisation à l’innovation souvent irremplaçable. Elle est indissociable du développement de la participation citoyenne. Enfin, la présence auprès des collectivités, en leur fournissant un accompagnement méthodologique ou de conseil,  participe à la qualité de la commande publique. La réforme territoriale en cours suscite particulièrement ce soutien.

C’est pourquoi trois associations professionnelles et l’ordre des architectes ont décidé de se grouper pour exprimer leur inquiétude et demander de vraies réponses à cette situation.

Les architectes : Conseil Régional de l’Ordre des Architectes des Pays de la Loire (CROAPL)

                 Délégation 44 de l’Union Nationale des Syndicat Français d’Architectes

Les urbanistes : Association des Urbanistes du Grand Ouest (AUGO)

Les paysagistes : Fédération Française du Paysage du Grand Ouest (FFP GO)



[1] CAUE Conseil de l’Architecture de l’Urbanisme et de l’Environnement et du paysage)

[2] Loi de 1977 voir Loi n° 77-2 du 3 janvier 1977

[3] Loi Création Architecture et Patrimoine Voir loi n° 2016-925 du 7 juillet 2016

 

 

Les articles récents dans Actus brèves

Grand Débat National : la voix des architectes Publié le 25/03/2019

Le Conseil national de l’Ordre a publié 155 propositions pour l’architecture et l’urbanisme… [...]

Les fantasmes modernistes de Shanon Bool au CCC Publié le 18/03/2019

Le Centre culturel canadien à Paris présente la première exposition monographique consacrée à … [...]

La TINY [BAU]HAUS, en tournée pédagogique Publié le 18/03/2019

Première étape de l’exposition itinérante pour le centenaire du Bauhaus à Paris, du 19 mars au… [...]

ALA pour le Learning center de l’Université Lyon 2 Publié le 13/03/2019

Le groupement mené par les finlandais ALA, associés à l’architecte Nicolas Favet, les… [...]

Deux tours en une : 51 N4E et l’AUC pour le ZIN de Bruxelles Publié le 13/03/2019

Bruxelles aussi rafraîchit ses monolithes noirs. Les agences bruxelloises 51N4E et Jaspers-Eyers,… [...]

Bruneseau : Un Nouvel R déjà entendu Publié le 12/03/2019

Le Pavillon de l'Arsenal a présenté lundi soir, le groupe Nouvel R, lauréat de l’appel à… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mars 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
09    01 02 03
1004 05 06 07 08 09 10
1111 12 13 14 15 16 17
1218 19 20 21 22 23 24
1325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Transmettre ou ne pas transmettre son agence

En société ou libéral, quelles sont les questions qu’un architecte doit se poser en matière de transmission ? Daniel Seddiki, expert-comptable…

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…