"Aujourd'hui, Jean Prouvé n'aurait pas fait ça" - Un pavillon Métropole à l'épreuve des normes actuelles

Rédigé par Coraline BLAISE
Publié le 18/08/2017

-

Article paru dans le d'A n°256

Vilogia, groupe privé d’immobilier social basé à Villeneuve-d’Ascq, entreprend de mettre au goût du jour la maison Métropole, dont il a la propriété. L’idée : commercialiser des pavillons auprès d’une future jeune clientèle tout en rendant hommage au génie de Prouvé. Entourés d’une équipe pluridisciplinaire, Jean-Charles Huet, architecte, et Patrick D’Hermy, chef de projet chez Vilogia, adaptent actuellement, non sans soulever quelques questions, un prototype pour le rendre conforme aux normes et contraintes d’aujourd’hui.  


En 1952, Vilogia, à l’époque nommé CIL, se voit offrir par le ministère de la Reconstruction deux des quatorze pavillons Métropole, comptant parmi les démonstrations les plus abouties du travail de Jean Prouvé au profit de l’habitat à bas coût et du logement modulaire. Après avoir engagé dès 1991 un processus de réhabilitation des deux œuvres architecturales, le bailleur et constructeur Vilogia pilote un projet de prototype depuis 2014. Avec le soutien de la famille Prouvé, il constitue une équipe de conception dans le but d’aboutir à un néo-pavillon commercialisable. De Prouvé, c’est l’intelligence de la construction, modulaire, industrialisable et rapide d’exécution qui retient l’attention des concepteurs, souhaitant développer un habitat à prix abordable adressé à des primoaccédants. « On a gardé le système constructif », explique Jean-Charles Huet qui révèle que, lors de la fabrication d’un prototype, les éléments constitutifs du pavillon sont conservés : les deux portiques, la poutre faîtière, les poutres pignons et l’alternance de panneaux pleins et percés entre lesquels se glisse le jardin d’hiver. Le processus de montage est également préservé au maximum et le démontage reste possible. En revanche, au regard des normes actuelles liées à l’acoustique et la thermique, le compromis est inévitable sur certains points. Les fenêtres à guillotines et les panneaux à hublots n’ont, par exemple, pas pu être adaptés pour atteindre l’objectif RT 2012 fixé tout en rentrant dans un budget serré. De 8 cm, les panneaux de façade passent à 24 cm d’épaisseur grâce à un complexe double de panneau métallique extérieur et acoustique isolé intérieur. En toiture, la fine tôle d’aluminium pliée est remplacée par un complexe léger pré-isolé et une membrane d’étanchéité. Le pavillon est décliné en deux versions : surélevé sur un socle maçonné comme à l’origine, ou de plain-pied, comme l’avait d’abord prévu Jean Prouvé. 

 

Que reste-t-il de l’esprit Prouvé ? 

Si la démarche est vertueuse, elle se heurte à plusieurs limites. Puisque seuls deux prototypes sont en jeu, l’industrialisation des éléments constructifs, qui permettrait une baisse de coût, et la mise en place d’un chantier sec ne s’avèrent pas encore totalement possibles. Ces paramètres dépendent de l’engouement futur du public visé pour la construction modulaire et les structures métalliques. Ce dernier pourrait être séduit par les qualités spatiales du pavillon : sa grande surface – par rapport à un logement conventionnel de même typologie – ou la lumière naturelle qui y pénètre généreusement. Autre atout : la « personnalisation » qui passerait par l’orientation du pavillon, le positionnement de ses baies ou le dessin du plan, tous trois adaptables. Mais la signature Prouvé saura-t-elle résonner auprès d’un public pas nécessairement sensibilisé à l’architecture ? Les modifications inévitables des éléments d’origine, remplacés, épaissis, respectent-elles ou trahissentelles le modèle ? « La grande difficulté est d’arriver à tenir un projet comme celui-là sans le dénaturer, sans être caricatural », reconnaît l’architecte. Qu’il s’agisse d’une évolution, réinterprétation ou de tout autre chose encore, le prototype Vilogia est en tout cas remarquable pour ce qu’il transpose au monde actuel les valeurs portées par Jean Prouvé. 

 

 [ Maître d’ouvrage : Vilogia – Maître d’oeuvre : Jean-Charles Huet – BET : Verdi – Ingénierie structure : François Cahour – Entreprise : Métal Création – BET acoustique : Akoustik Ingénierie & Conseils ] 

> Photos

> Autres produits dans la même catégorie

À Croissy-Beaubourg, le…

Les autoconstructeurs et bâtisseurs de maisons…

Béton de chanvre :…

Lorsqu’ils conçoivent ce projet en 2015 pour…

Impression 3D : La…

Depuis la petite dizaine d’années que…

Réemploi in situ : Une…

Quand en 1992 l’agence SCAU remporte le…

De la tuile solaire à…

Après des décennies de développement, la…

Bétons immergés : des…

Le 21 septembre dernier, dans la rade de…

Des ailes pour…

Est-il révolu, le temps où il fallait, dans…

Rendez-vous en bauge…

Comparée au pisé ou aux adobes qui ont fait …

Design itératif : «…

La récente exposition consacrée à…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Le Grand Entretien
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

À Croissy-Beaubourg, le premier ERP en parpaing de chanvre Publié le 18/10/2021

Les autoconstructeurs et bâtisseurs de maisons écologiques sont porteurs d’innovation et de… [...]

Béton de chanvre : l’isolation comme acte d’architecture Publié le 03/09/2021

Lorsqu’ils conçoivent ce projet en 2015 pour Paris Habitat, les architectes Thibaut Barrault et… [...]

Impression 3D : La fabrication additive, toujours d'actualité ? Publié le 23/03/2021

Depuis la petite dizaine d’années que l’impression 3D fait des émules sur le marché… [...]

Réemploi in situ : Une façade en granite transformée en terrazzos Publié le 28/02/2021

Quand en 1992 l’agence SCAU remporte le concours pour la construction du siège de… [...]

De la tuile solaire à l'enveloppe du bâtiment : "Le moment est venu" Publié le 06/01/2021

Après des décennies de développement, la production d’énergie solaire est en train de faire… [...]

Bétons immergés : des infrastructures portuaires biomimétiques Publié le 09/11/2020

Le 21 septembre dernier, dans la rade de Cherbourg, on pouvait assister à l’immersion de… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
4401 02 03 04 05 06 07
4508 09 10 11 12 13 14
4615 16 17 18 19 20 21
4722 23 24 25 26 27 28
4829 30      

> Questions pro

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…