Bad archi in the U.K. : la Coupe du furoncle !

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 05/03/2007

Bad archi in the U.K. : la Coupe du furoncle !

Article paru dans d'A n°162

La lutte fut féroce, mais seuls dix bâtiments ont accédé au podium de la Carbuncle Cup, décernée par le journal britannique Building Design*. On doute cependant que les lauréats se soient bousculés pour recevoir ce trophée, puisqu'il distingue les dix bâtiments les plus laids construits dans l'année sur le territoire du Royaume-Uni. Dans un océan de récompenses, un prix négatif peut-il avoir des vertus pédagogiques ?

Les architectes sont des humains comme les autres : ils aiment les prix qui regonflent leur orgueil et leur apportent une reconnaissance. Qui n'a pas rêvé, au moins une fois, d'être lauréat du grand prix de Rome, pardon, du Pritzker, souvent présenté comme le prix Nobel en architecture ? Ce Graal étant hors de portée du commun des mortels, il existe fort heureusement d'autres récompenses plus accessibles : un César par exemple, l'Équerre d'argent, réservée à l'Hexagone mais difficile à décrocher malgré tout. Autant se rabattre sur les prix du public, le prix de la meilleure maison verte, du meilleur bâtiment en vitre teintée, du mieux chauffé, de l'architecte le plus sexy, etc., pour accéder enfin à la distinction. Ces différentes récompenses ont un point commun : décernées par les architectes eux-mêmes ou par le public dont on aura au préalable guidé la main, elles distinguent dans leurs meilleures cuvées l'élève hors pair, celui dont le talent inimitable écœure ou éblouit, ou les mauvaises années le moins mauvais, le bon élève, le bâtiment sage qui, à défaut d'avoir brillé, a fait ce qu'on attendait de lui.

Le fond du propos est bien de distinguer le bon goût pour tendre vers l'exemplaire. Mais le mauvais goût alors ? Il est rarement primé ou discuté – par charité, on ne se moquera pas du malchanceux ou on le couvrira d'un silence réprobateur. L'hebdomadaire britannique Building Design a décidé de passer outre à cette règle de bienséance en décernant sa Carbuncle Cup for crimes against architecture – Coupe du furoncle pour les crimes contre l'architecture – récompensant les dix bâtiments les plus terribles construits au Royaume-Uni au cours de l'année 2006 – seul prix négatif parmi plus de deux cents trophées recensés cette année sur ce territoire.

Les heureux vainqueurs ont été choisis dans une liste de bâtiments nominés par les lecteurs. On retrouve dans ce palmarès deux habitués des revues d'architecture « comme il faut » : Richard Rogers, pour un immeuble de bureaux à Londres, et Rem Koolhaas, pour le pavillon Serpentine. Le jury s'est justifié en ces termes :
« Cru et sans joie, carrossé comme une grosse tranche de Panettone mais malheureusement incomestible – assurément tiré de la liste C des projets » pour Rogers. Ou « une mauvaise réédition de l'architecture gonflable des années 1960 – il réussit à être à la fois plus lourd que l'air et pesant » pour Koolhaas. D'autres collègues « star-chitectes » auraient sans doute pu prétendre au prix ! Ils se sont abstenus de manifester leur mécontentement de ne pas figurer dans la liste…

À côté de ces deux outsiders, le reste des lauréats est composé d'agences d'architecture qui occupent une part considérable de la production dans le domaine du logement, de l'hospitalier et de l'urbanisme commercial. Souvent implantées dans plusieurs pays, ces firmes comptent leurs employés par dizaines, les mètres carrés par centaines. Le winner : l'agence Chapman Taylor, avec ses antennes en Pologne, aux États-Unis et… en France. Elle coiffe au poteau tous ses adversaires avec un centre commercial à Plymouth. Pudique et modeste, elle s'abstient de montrer sur son site Internet cette collision de vagues de matériaux. Reste à se fier à l'explication du jury pour comprendre les raisons d'un tel honneur :
« Est-ce la pire monstruosité jamais faite pour défigurer un centre-ville ? Peut-être pas. Mais un parfait exemple de comment une mauvaise architecture et un mauvais urbanisme peuvent se combiner pour former un ensemble aussi horrible – il méritait la Coupe ».

On peut avoir également un faible pour le St George Wharf de Londres, réalisé par l'agence Broadway Malyan, un grand peigne aux dents larges qui dresse ses tiges ébouriffées vers le ciel. Ou pour le University College London Hospital, de Llewelyn Davies, dont la tour gonflée constitue pour le lecteur une métaphore de l'obésité qui frappe les jeunes Anglais.

Un tel prix est-il utile ? Les auteurs des objets seront peut-être attristés de leur nomination, mais on doute qu'ils fassent rédemption et s'écartent subitement d'une pratique architecturale dont le principal intérêt est ouvertement commercial. Nominer ces édifices dont la médiocrité, à deux exceptions près, n'est un secret pour personne, n'est-ce pas se refaire à peu de frais une bonne conscience architecturale ? Peut-être, mais en choisissant quelques édifices dans un immense corpus rarement publié par les revues d'architecture, la Carbuncle Cup a le mérite de nous obliger à regarder ces bâtiments et, pourquoi pas, d'en discuter les qualités, ou de cristalliser notre capacité d'indignation qui s'émousse à force de côtoyer d'innombrables déchets spatiaux qui font notre ordinaire.

La Carbuncle Cup redonne une utilité réelle à ces bâtiments qui n'ont souvent que leur fonction pour pâle alibi : nous amuser de notre malheur ! L'édition 2007 est en route. Certaines agences construisant en France, on peut même espérer avoir un lauréat près de chez nous…

* Building Design, 13 octobre 2006.
<www.bdonline.co.uk>.

Les projets lauréats :

1. Drake Circus Shopping Centre, Plymouth. Architectes : Chapman Taylor. Choisi par Daniel Atkins, de PDP Green Consulting.
2. Lough Road Housing, Londres. Architectes : CZWG. Choisi par Richards Partington, de Richards Partington Architects.
3. Nexus One, Swiss Cottage, Londres. Architectes : S&P Architects. Choisi par Tom Dyckhoff.
4. St George Wharf, Londres. Architectes : Broadway Malyan. Choisi par Nigel Coates.
5. Serpentine Pavilion. Architecte : OMA/Rem Koolhaas. Choisi par Hugh Pearman, rédacteur en chef du journal du Riba.
6. University College London Hospital. Architectes : Llewelyn Davies. Choisi par Alison Brooks et Peter Stewart, ancien directeur du magazine Design Review.
7. BBC Radio, Paradise Street, Liverpool. Architectes : Page & Park. Choisi par David Dunster, directeur de la Liverpool School of Architecture.
8. Moor House Office Development, Londres. Architectes : Foster & Partners. Choisi par Guy Appleton.
9. Ibis Hotel, Harbourside, Bristol. Architectes : Faulkner Browns. Choisi par George Ferguson.
10. St. George's Island, Castlefield, Manchester. Esquisse de John McAslan réalisée par le promoteur Dandara. Choisi par un anonyme.

Les articles récents dans Points de vue / Expos

L'architecture ou l'art de transformer le réel. Par Philippe Prost Publié le 19/10/2022

Si hier encore, à la fin du XXe siècle, patrimoine rimait avec vieilles pierres et monuments hist… [...]

Exposition : Le double pouvoir de l’architecte et l’habitant Publié le 05/09/2022

Dirigé depuis avril 2021 par Fabrizio Gallanti, le centre d’architecture arc en rêve laisse pe… [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (7/9) « Re » comme leitmotiv Publié le 05/09/2022

À la charnière des années 1970 et 1980, alors que fonctionnalisme et style international sont … [...]

Vingt ans pour un bouleversement Publié le 29/06/2022

Sélectionner vingt architectures parmi des milliers d’autres, c’est générer plus de frustr… [...]

Vingt architectures entre singularité et exemplarité Publié le 28/06/2022

Les palmarès sont toujours pris entre deux impératifs contradictoires : couronner l’exception … [...]

Une anamorphose éloquente Publié le 27/06/2022

De quelle situation la vingtaine de réalisations jugées les plus remarquables des vingt derniè… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
44 01 02 03 04 05 06
4507 08 09 10 11 12 13
4614 15 16 17 18 19 20
4721 22 23 24 25 26 27
4828 29 30     

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…