#BalanceTonCorb

Rédigé par Guillemette MOREL-JOURNEL
Publié le 03/12/2018

Article paru dans le d'A n°268

Trois ans après la polémique qui a voulu faire de Le Corbusier un néo-nazi, les principaux acteurs de la kabbale remettent le couvert, avec les mêmes méthodes discutables : décontextualisation, citations tronquées, approximations voire déformations historiques, lectures partiales des faits, surinterprétations des écrits, sur fond de rancœur tenace contre Le Corbusier, en particulier, et contre l’architecture moderne, en général. Bien sûr, toute personne tempérant leurs accusations sera immédiatement taxée d’idolâtrie ou d’être à la solde de quelque secte corbusophile.

On se souvient que 2015, qui s’annonçait comme une année de célébrations à la gloire du Grand Architecte à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa mort, tourna en annus horribilis pour la mémoire de Le Corbusier : trois livres revenaient sur son parcours, en se concentrant sur les années 1930 et 1940, insistant sur ses propos antisémites et totalitaires, sa proximité avec des personnalités notoirement fascistes, et les dix-huit mois qu’il a passés à Vichy. La presse généraliste, alléchée par l’odeur de charogne, s’empara avec énergie de cette « découverte ». Le point Godwin explosa, au point qu’un ancien ministre de l’Éducation nationale alla jusqu’à fustiger, dans un magazine supposé sérieux, un « nazillon de la pure espèce ». La rumeur battait son plein. À la faveur d’un bon mot, de « fada », Corbu était devenu « facho».


Ladite découverte n’en était pourtant pas une, puisque personne n’avait attendu ces héros en quête de « vérité » honteuse pour savoir que, contrairement à la quasi-totalité des Français (n’est-ce pas ?), Le Corbusier ne fut pas un grand résistant. Ni un homme clairvoyant et cohérent du point de vue de son (non)engagement politique. Mais encore moins un collaborateur(...)

Les articles récents dans Points de vue / Expos

La politique de l’architecture après la Covid-19 Publié le 12/10/2020

Nombreux sont ceux qui naturellement ont imaginé que l’architecture devait proposer ses… [...]

Si l’échec est un but, la transition écologique du BTP pourrait être un chef-d’œuvre Publié le 12/10/2020

Des conflits d’intérêts, Une « task force », Un rapport secret, Une… [...]

« Frémissements » : Susanna Fritscher au Centre Pompidou-Metz Publié le 25/08/2020

L’installation de Susanna Fritscher investit de ses fils blancs l’intérieur de l’un des … [...]

L’habitat collectif en zugzwang Publié le 25/08/2020

Le zugzwang est une situation du jeu d’échecs dans laquelle le joueur est contraint de jouer… [...]

Miroir grossissant Publié le 30/06/2020

Le confinement fut propice aux imaginaires du monde d’après. Avec le déconfinement, c’est… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Décembre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
49 01 02 03 04 05 06
5007 08 09 10 11 12 13
5114 15 16 17 18 19 20
5221 22 23 24 25 26 27
5328 29 30 31    

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…