#BalanceTonCorb

Rédigé par Guillemette MOREL-JOURNEL
Publié le 03/12/2018

Article paru dans le d'A n°268

Trois ans après la polémique qui a voulu faire de Le Corbusier un néo-nazi, les principaux acteurs de la kabbale remettent le couvert, avec les mêmes méthodes discutables : décontextualisation, citations tronquées, approximations voire déformations historiques, lectures partiales des faits, surinterprétations des écrits, sur fond de rancœur tenace contre Le Corbusier, en particulier, et contre l’architecture moderne, en général. Bien sûr, toute personne tempérant leurs accusations sera immédiatement taxée d’idolâtrie ou d’être à la solde de quelque secte corbusophile.

On se souvient que 2015, qui s’annonçait comme une année de célébrations à la gloire du Grand Architecte à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa mort, tourna en annus horribilis pour la mémoire de Le Corbusier : trois livres revenaient sur son parcours, en se concentrant sur les années 1930 et 1940, insistant sur ses propos antisémites et totalitaires, sa proximité avec des personnalités notoirement fascistes, et les dix-huit mois qu’il a passés à Vichy. La presse généraliste, alléchée par l’odeur de charogne, s’empara avec énergie de cette « découverte ». Le point Godwin explosa, au point qu’un ancien ministre de l’Éducation nationale alla jusqu’à fustiger, dans un magazine supposé sérieux, un « nazillon de la pure espèce ». La rumeur battait son plein. À la faveur d’un bon mot, de « fada », Corbu était devenu « facho».


Ladite découverte n’en était pourtant pas une, puisque personne n’avait attendu ces héros en quête de « vérité » honteuse pour savoir que, contrairement à la quasi-totalité des Français (n’est-ce pas ?), Le Corbusier ne fut pas un grand résistant. Ni un homme clairvoyant et cohérent du point de vue de son (non)engagement politique. Mais encore moins un collaborateur(...)

Les articles récents dans Points de vue / Expos

L’art du chantier Publié le 03/12/2018

Dans la tradition des arts libéraux, depuis Alberti, les architectes considèrent que l’œuvre… [...]

Gio Ponti, une modernité italienne Publié le 03/12/2018

On connaît surtout de Ponti le gratte-ciel Pirelli de Milan (1956-1960), la villa Planchart à… [...]

Jean-Jacques Lequeu, l'insaisissable Publié le 30/11/2018

Regain de flamme pour l’obscur et extravagant Jean-Jacques Lequeu (1757-1826), à l’occasion… [...]

Robert Venturi, le vilain petit canard Publié le 02/11/2018

L’architecte Robert Venturi est décédé le 18 septembre dernier à l’âge de 93 ans à… [...]

Entretien avec Paul Robbrecht - Un sol pour la sculpture, un mur pour la peinture Publié le 02/11/2018

Paul Robbrecht nous reçoit dans un ancien dépôt de bois de la périphérie de Gand, où… [...]

Entretien avec Hans Kollhoff Publié le 03/10/2018

Hans Kollhoff nous reçoit dans son bureau lambrissé de la Reinhardtstrasse à Berlin au cœur de… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
01 01 02 03 04 05 06
0207 08 09 10 11 12 13
0314 15 16 17 18 19 20
0421 22 23 24 25 26 27
0528 29 30 31    

> Questions pro

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…

Loi ELAN: comment produire un habitat frugal dont la valeur perçue ne soit pas celle du low cost?

Bernard blanc est directeur général d’aquitanis, l’office public de l’habitat de bordeaux métropole. Ce bailleur très engagé a déjà…