Balkrishna Vithaldas Doshi : Pritzker 2018

Rédigé par Claire DE BOISGELIN
Publié le 08/03/2018

L’architecte indien de 90 ans a reçu le Prix Pritzker 2018 le 7 mars dernier et devient ainsi le nouveau doyen des lauréats de ce « nobel de l’architecture ». La fondation Hyatt et son jury, présidé par l’architecte australien et lauréat du Prix en 2002, Glenn Murcutt, ont souhaité récompenser Balkrishna Doshi afin de « rendre hommage au caractère exceptionnel de son architecture, dont rendent compte plus d’une centaine de bâtiments qu’il a réalisés, à son engagement et son dévouement envers son pays et les communautés qu’il a servies, ainsi qu’à son influence en tant qu’enseignant »

Balkrishna Doshi est né à Pune, grande métropole indienne située dans la région de Maharashtra, en 1927, dans une famille de tradition hindoue faisant commerce dans le mobilier. Rapidement initié à l’architecture pour avoir montré dès son plus jeune âge un intérêt pour l’art et un sens des proportions, il commence sa formation à l’école d’architecture Sir JJ de Bombay à 20 ans, en 1947, l’année de l’indépendance indienne.

Il part ensuite à Londres afin de rejoindre le Royal Institute of British Architects puis s’installe à Paris où il travaille chez Le Corbusier. En recevant le Prix Pritzker, il insiste sur l’apport de ce dernier : « Je dois ce prix prestigieux à mon gourou, Le Corbusier. Ses enseignements m’ont amené à questionner l’identité et m’ont poussé à découvrir de nouvelles expressions contemporaines adoptées régionalement pour un habitat holistique durable. » Il retourne en 1954 en Inde où Le Corbusier le charge d’implanter ses projets à Chandigarh et Ahmedabad. A partir de 1962, il travaille également avec Louis Kahn sur le projet de l’institut de gestion situé à Ahmedabad. En 1956, il crée sa propre agence, Vastushilpa, aujourd’hui renommée Vastushilpa Consultants et qui compte aujourd’hui soixante employés et a, à son actif, plus d’une centaine de réalisations.

Parmi ses constructions majeures, qui s’étendent des projets de logements à des institutions, son agence d’architecture a sans doute été l’un des projets qu’il a le plus chéris. Construite en 1980 à Ahmedabad, Sangath, dont le nom en sanskrit signifie « mise en mouvement d’un corps par participation », associe différents héritages et s’inspire notamment des styles du Corbusier, de Louis Kahn ou encore d’Alvar Aalto. Le bâtiment est constitué de voûtes en grande partie végétalisées et de fontaines. Une attention toute particulière a été portée sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Voulant créer une architecture « personnelle et humaine », Doshi a cherché à concilier, tout au long de a carrière, son admiration pour Le Corbusier et la culture orientale, particulièrement sensible aux forces de la nature et aux enjeux environnementaux.

Balkrishna Doshi s’est également intéressé à l’urbanisme et à l’enseignement de l’architecture. Il a fondé et dirigé l’école d’architecture et d’urbanisme d’Ahmedabad de 1966 à 2012, renommée CEPT University en 2002. Il demeure directeur émérite et réside toujours à Ahmedabad. Doshi a enseigné dans un grand nombre d’universités du monde entier, notamment au Massachusetts Institute of Technology, à l’université de Pennsylvanie ainsi qu’à Hong Kong. Particulièrement engagé pour l’éducation, il a pris part à rédaction de la charte internationale de l’enseignement de l’architecture, soutenue par l’union internationale des architectes ainsi que l’UNESCO en 1995.

Cette récompense couronne ainsi un engagement dans l’architecture et son enseignement et vient s’ajouter à la reconnaissance nationale et internationale déjà acquise par Balkrischna Doshi, qui avait notamment reçu la médaille d’officier de l’ordre des arts et des lettres en France en 2011. Le Prix lui sera remis à Toronto le 16 mai prochain au musée Aga Khan.

Les articles récents dans Actus brèves

Les fantasmes modernistes de Shanon Bool au CCC Publié le 18/03/2019

Le Centre culturel canadien à Paris présente la première exposition monographique consacrée à … [...]

La TINY [BAU]HAUS, en tournée pédagogique Publié le 18/03/2019

Première étape de l’exposition itinérante pour le centenaire du Bauhaus à Paris, du 19 mars au… [...]

ALA pour le Learning center de l’Université Lyon 2 Publié le 13/03/2019

Le groupement mené par les finlandais ALA, associés à l’architecte Nicolas Favet, les… [...]

Deux tours en une : 51 N4E et l’AUC pour le ZIN de Bruxelles Publié le 13/03/2019

Bruxelles aussi rafraîchit ses monolithes noirs. Les agences bruxelloises 51N4E et Jaspers-Eyers,… [...]

Bruneseau : Un Nouvel R déjà entendu Publié le 12/03/2019

Le Pavillon de l'Arsenal a présenté lundi soir, le groupe Nouvel R, lauréat de l’appel à… [...]

Stefano Boeri au CAUE Rhône métropole Publié le 11/03/2019

Depuis le 29 janvier et jusqu'au 13 avril 2019, l’exposition « Forêts verticales et métropoles… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mars 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
09    01 02 03
1004 05 06 07 08 09 10
1111 12 13 14 15 16 17
1218 19 20 21 22 23 24
1325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Transmettre ou ne pas transmettre son agence

En société ou libéral, quelles sont les questions qu’un architecte doit se poser en matière de transmission ? Daniel Seddiki, expert-comptable…

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…