Bernard Desmoulin-MVRDV, Rudy Riciotti, Franck Gehry : nouveautés atlantiques, méditerranéennes et d’outre-manche

Rédigé par Marie-Anne DUCROCQ
Publié le 13/02/2019

Un parking de centre commercial, une bâtisse du XIXe siècle à Rennes, des coteaux corses : ce sont trois sites bien différents que ces  équipes d’architectes sont mises au défi de réinventer, dans des projets qui verront le jour d’ici quelques années.


Renaissance rennaise

Bernard Desmoulin se voit investi de la transformation du Palais du Commerce de Rennes aux côtés de l’agence néerlandaise MVRDV. 

L'architecte français accumule un certain nombre d’interventions dans des bâtiments historiques : les ruines de l’Abbaye de Cluny, le Grand Commun du Château de Versailles, les réserves du musée Rodin, et plus récemment le musée de Cluny dont les façades aux reflets cuivrés lui ont valu une nomination au prix Mies van der Rohe. L’architecte devra encore prouver son habileté à faire du neuf avec l’ancien, dans une bâtisse classée du XIXe siècle. L’agence MVRDV, plus familière des grosses opérations dans les métropoles américaines, asiatiques, et du nord de l’Europe, travaille en France sur la rénovation du centre commercial de la Part-Dieu à Lyon, et a élaboré le plan directeur de la presqu’île de Caen. Le résultat de cette association inédite a de quoi susciter la curiosité. L’équipe a remporté le concours face à  l’agence François Chatillon associée à Snøhetta, ainsi que l’agence Perrot-Richard. OMA et ALL Architectes avaient quant à eux quitté la compétition en cours de consultation

Le Palais du Commerce, bâtisse de 12 000 m², située place de la République, se destinera à un usage essentiellement commercial. Il accueillera 5000 m² de commerces, 4000 m² de bureaux et d’espaces de co-working, un hôtel de 105 chambres, 7 cafés et restaurants, ainsi qu’une école de cuisine et d’hôtellerie tournée vers la réinsertion professionnelle. La Poste qui investissait jusqu’ici les lieux y gardera ses services, tout en implantant de nouveaux  locaux comme une conciergerie numérique et un espace de logistique urbaine. Le projet devrait être livré fin 2022.

 

Minéralité insulaire

À Ajaccio, le Conservatoire de musique, de danse et d’art dramatique Henri Tomasi qui prendra place dans le futur écoquartier Finosello sera réalisé par Rudy Riciotti et Amélia Tavella. Il s'insert dans le programme d’aménagement « Ajaccio 2030 », qui vise à rendre la ville plus attractive sur le plan économique et touristique.

En octobre 2017, la Ville d’Ajaccio délivrait un mandat à la SPL Ametarra pour la réalisation de ce projet. Cette opportunité est intervenue dans le cadre d’une opération de rachat d’une emprise foncière appartenant à la Collectivité de Corse. Le nouveau Conservatoire permettra de rassembler en un seul bâtiment pouvant accueillir 600 élèves, les trois unités actuellement dispersées dans la ville. 

« Leur proposition a fait l’unanimité auprès de la Ville car il mettait en lien non seulement l’intégration et le respect du bâtiment au site mais il a été pensé aussi avec le futur projet d’écoquartier du Finosello », explique Sophie Boyer de la Giroday, directrice de la SPL Ametarra.

Le conservatoire, situé sur un terrain très pentu, sera très étroitement intégré dans la topographie du lieu. Il assurera un rôle de pivot entre deux quartiers, les Cannes et les Salines. Les architectes ont souhaité rendre hommage au compositeur d’origine corse, Henri Tomasi, qui a donné son nom au conservatoire. Ils disent vouloir faire des brise-soleils des façades, de fines lames verticales légèrement ondulées, « une transcription littérale d’une partition représentative de l’œuvre de Tomasi ». Les monolithes granitiques témoigne de l’attachement du compositeur pour la « minéralité insulaire », traits verticaux qui ne sont pas sans rappeler ceux de la Bibliothèque de Rouen ou du MUCEM.

Le coût du projet s’élèvera à 8 millions d’euros, et sera financé à 63 % par l’État, 20 % par la ville d’Ajaccio, et 17 % par la Collectivité de Corse. Le bâtiment abritera les locaux du conservatoire : un pôle d'art dramatique, et un pôle de danse, l’école de musique municipale, et un auditorium ouvert au public.


Wimbledon : Gehry remporte le tournoi

On découvrait, il y a un mois, les images du Barbican de Londres qui sera réalisé par l’agence Diller Scofidio+Renfro. Une seconde salle de concert sortira de terre dans la banlieue londonienne, à quinze kilomètres de la première, dans le quartier de Wimbledon, internationalement connu pour son tournoi de tennis. Franck Gehry qui avait été présélectionné pour le projet du Barbican, mais non lauréat, trouvera dans la conception du Wimbledon Concert Hall une consolation, bien que cette seconde salle soit dans ses dimensions plus modeste que la première, et prenne place dans une situation urbaine plus délicate. 

Anthony Wilkinson organise depuis dix ans le Wimbledon International Music Festival, mais jusqu’ici les concerts prenaient place, pour la plupart, dans les églises de la ville. Il  voulait offrir à cet évènement annuel un unique bâtiment. Le quartier londonien bénéficiait anciennement d’une salle de concert, détruite en 1987 pour laisser place à un centre commercial, et ’ambition de lui redonner vie mûrissait déjà depuis quelques années. Le nouveau projet prendra place sur le parking d’un centre commercial, avec lequel il devrait dialoguer. Franck Gehry, qui a déjà réalisé le Disney Hall à Los Angeles, et le Pierre Boulez Saal à Berlin, déclare aimer l’idée d’être dans un centre commercial. Il voit dans cette situation inédite un enjeu stimulant qui rendra cette salle de concert unique.  Le complexe accueillera un programme éclectique : des concerts de musique pop aussi bien que classique, des groupes locaux comme des ensembles internationaux.

 

 

Les articles récents dans Actus brèves

Les fantasmes modernistes de Shanon Bool au CCC Publié le 18/03/2019

Le Centre culturel canadien à Paris présente la première exposition monographique consacrée à … [...]

La TINY [BAU]HAUS, en tournée pédagogique Publié le 18/03/2019

Première étape de l’exposition itinérante pour le centenaire du Bauhaus à Paris, du 19 mars au… [...]

ALA pour le Learning center de l’Université Lyon 2 Publié le 13/03/2019

Le groupement mené par les finlandais ALA, associés à l’architecte Nicolas Favet, les… [...]

Deux tours en une : 51 N4E et l’AUC pour le ZIN de Bruxelles Publié le 13/03/2019

Bruxelles aussi rafraîchit ses monolithes noirs. Les agences bruxelloises 51N4E et Jaspers-Eyers,… [...]

Bruneseau : Un Nouvel R déjà entendu Publié le 12/03/2019

Le Pavillon de l'Arsenal a présenté lundi soir, le groupe Nouvel R, lauréat de l’appel à… [...]

Stefano Boeri au CAUE Rhône métropole Publié le 11/03/2019

Depuis le 29 janvier et jusqu'au 13 avril 2019, l’exposition « Forêts verticales et métropoles… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mars 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
09    01 02 03
1004 05 06 07 08 09 10
1111 12 13 14 15 16 17
1218 19 20 21 22 23 24
1325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Transmettre ou ne pas transmettre son agence

En société ou libéral, quelles sont les questions qu’un architecte doit se poser en matière de transmission ? Daniel Seddiki, expert-comptable…

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…