Biodiversarium de Banuyls-Sur-Mer - Agence Tectoniques

Architecte : Agence Tectoniques
Rédigé par les architectes
Publié le 13/11/2017

À Banuyls-Sur-Mer, le centre d'hébergement de l'observatoire océanologique des architectes Fernandez et Serres avait fait l'objet d’un article publié dans le d'a n°223 (décembre 2013).

http://www.darchitectures.com/gorgones-centre-hebergement-de-observatoire-oceanologique-de-banyuls-sur-mer-a1608.html

L’agence Tectoniques vient de livrer à quelques mètres le Biodiversarium. Elle présente elle-même son projet:

 

Vue mer

 

Le port de Banyuls-Sur-Mer est un lieu unique d’exploration et de connaissances de la biodiversité marine des Pyrénées Orientales. Sous la mer, une réserve naturelle d’une particulière richesse s’étend sur 650 hectares. Sur terre, l’observatoire océanologique, connu d’abord sous le nom de "Laboratoire Arago", massif bâtiment construit en 1882, tient la baie. Aujourd’hui, il est devenu un important centre de recherche de l’Université Pierre et Marie Curie / La Sorbonne (plus de deux cent chercheurs), adossé au groupe de pharmacie et cosmétique Pierre Fabre.

Le Biodiversarium vient donner une nouvelle lisibilité à l’institution. Il occupe la place d’anciens logements étudiantschercheurs démolis et reconstruits sur un site voisin par les architectes Fernandez et Serres.

Les deux projets, de même gabarit et placés identiquement, face au port, forment dorénavant un duo contemporain qui actualise le paysage de Banyuls.

 

Glissé entre falaise et quai, le site du Biodiversarium est exceptionnel mais contraint. Sa capacité constructive limitée impose un bâtiment dense, relativement compact, mais largement ”sublimé” par sa position en front de mer.

La nature complexe du programme et la volonté de ne pas afficher un objet trop spectaculaire dans un site déjà colonisé par des architectures éclectiques, se traduit par une forme assez abstraite et plutôt silencieuse. Seule la peau en plis d’aluminium perforé, légèrement irisée et changeante suivant l’ensoleillement, affiche une singularité qui devrait solliciter la curiosité du public.

 

Salles blanches – salles noires

 

Le Biodiversarium abrite un programme singulier, partagé en deux mondes. Il héberge d’abord un espace ouvert au public qui présente la faune et la flore sousmarines du biotope méditerranéen et l’état des recherches du laboratoire sur ce sujet. Une vingtaine d’aquariums de toutes tailles (150 000 litres d’eau), équipés d’outils multimédias, composent une scénographie ludique et pédagogique, notamment pour les jeunes et scolaires. Ceux sont principalement des salles noires. Adossé à cet équipement, le bâtiment abrite un monde plus confidentiel: celui des chercheurs. Leurs espaces, essentiellement des laboratoires, sont traités en salles blanches et en éclairage naturel. Ils profitent largement de la vue sur la mer et occupent principalement le dernier niveau.

 

Entre les deux, des interfaces laissent apercevoir par endroits le travail laborantin ou certains lieux accueillent des rencontres entre publics et chercheurs dans l’esprit d’un partage d’expériences. C’est le cas, par exemple, des ateliers pédagogiques de la salle polyvalente.

 

Une équerre de bois sur une boite en béton

 

Techniquement aussi cette bipolarité est perceptible: le projet est constitué d’une boite de béton recouverte d’une équerre en bois. La boite en béton, face à la falaise, contient les éléments les plus lourds. Elle accueille des laboratoires, une pépinière ouverte aux jeunes chercheurs, une salle de e-learning, un espace conférence et les aquariums. L’équerre en bois (poteauxpoutres en lamellé collé) abrite au contraire les éléments plus légers et plus transparents. La partie verticale, côté mer, accueille les escaliers et les circulations du public, très ouvertes et largement vitrés sur le port. Le dernier étage est entièrement occupé par des laboratoires, double-orientés.

 

Les aquariums

 

Les aquariums s’installent sur trois niveaux dans une bande de 11 m de large. La visite est programmée comme une plongée dans les profondeurs sous-marines. Une ambiance sombre accompagne cette mise en abime. Elle est compensée par l’ambiance plus douce des panneaux d’épicéa qui habillent tous les espaces de distribution. Des vues cadrées sur la mer offrent des points lumineux ponctuels.

D’un point de vue scénographique, des dispositifs interactifs et évolutifs créent des parcours en parallèle des bassins. Les verres des aquariums sont posés au nu des murs finis comme des tableaux vivants. Les aquariums sont alimentés par de l’eau de mer, chauffée par géothermie.

Les décors sont réalisés par les Ateliers Coutant à La Rochelle. D’abord, l’artiste les sculpte en résine de béton par couches successives. Après une phase de coloration, la mise en eau permet une colonisation progressive des végétaux naturels qui doivent prendre le temps de s’acclimater. In fine, les poissons sont introduits progressivement. Ce n’est que plusieurs mois plus tard que le public pourra découvrir les aquariums.

 

 

Une façade en mouvement

 

Le bâtiment présente l’originalité de n’avoir qu’une seule façade, face à la mer et orientée au Nord. En effet, il s’insère, sur le quai, entre deux édifices existants et s’encastre à l’arrière contre une falaise rocheuse. Comme indiqué plus haut, cette unique façade est caractérisée par sa peau en aluminium anodisé. Elle a l’avantage de résister à la corrosion agressive du sel marin mais forme surtout un rideau filtrant au service de la protection solaire et des besoins de la scénographie.

L’effet de micro-perforation généralisé sur toute la façade agit le jour comme une glace sans tain. De l’intérieur les visiteurs perçoivent une surface transparente alors qu’elle paraît pratiquement opaque depuis l’extérieur. Ce dispositif s’inverse en période nocturne pour afficher une présence plus organique, en dévoilant sur l’espace public une épaisseur et un jeu complexe d’entrelacs. Les formes courbes du projet et l’irisation de l’aluminium anodisé font implicitement référence aux ambiances marines et établissent un lien physique avec l’architecture nautique et les bateaux du port. Dans ce contexte, les bateaux, alignés et flottants le long des quais, rangés par taille et catégories, forment une forêt de mats et de drisses qui façonne un paysage architectural plus riche, plus typique et plus inspirant que les constructions néo-provençales voisines.



Nom du programme :

Biodiversarium

Localisation :

BanyulsSurMer (66)

Maître d’ouvrage : Université

Pierre et Marie Curie / UMPC – Paris Sorbonne

Architectes mandataires,

ingénieurs et économistes :

Tectoniques

Architectes associés:

Architecture et

environnement

BET :

Structure Bois :

Anglade Structures Bois

VRD, GO, Fluides : IGBAT

Aquariums:

ITF / Ateliers Coutant

Environnement : Inddigo

BE Contrôle : Veritas

Coordination SPS : Socotec

Total SDP : 2400 m2

Coût travaux : 7,4 M € H.T.

Photographes : Tectoniques

L'agence Tectoniques vient de livrer le Biodiversarium sur le port de Banyuls-Sur-Mer.<br/> Crédit photo : Tectoniques - Glissé entre falaise et quai, le site du Biodiversarium est exceptionnel mais contraint.<br/> Crédit photo : Tectoniques - Le port de Banyuls-Sur-Mer est un lieu unique d’exploration et de connaissances de la biodiversité marine des Pyrénées Orientales.<br/> Crédit photo : Tectoniques - Un bâtiment dense, relativement compact, mais largement ”sublimé” par sa position en front de mer.<br/> Crédit photo : Tectoniques - Le Biodiversarium héberge d’abord un espace ouvert au public qui présente la faune et la flore sous‑marines du biotope méditerranéen.<br/> Crédit photo : Tectoniques - Le projet est constitué d’une boite de béton recouverte d’une équerre en bois.<br/> Crédit photo : Tectoniques - Le dernier étage est entièrement occupé par des laboratoires, double-orientés.<br/> Crédit photo : Tectoniques - Le bâtiment présente l’originalité de n’avoir qu’une seule façade, face à la mer et orientée au Nord.<br/> Crédit photo : Tectoniques - Plan masse Coupe longitudinale Plan 1 Plan 2 -<br/> Crédit photo : Tectoniques - -<br/> Crédit photo : Tectoniques - -<br/> Crédit photo : Tectoniques - -<br/> Crédit photo : Tectoniques - -<br/> Crédit photo : Tectoniques -

VOIR ÉGALEMENT

>> Publiés par d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Choix de d'a

20 logements participatifs en volume capable sur un parking silo, Bordeaux Publié le 26/04/2022

Maîtres d'ouvrages : Le COL (Comité Ouvrier du Logement)Maîtres d'oeuvres :  Lemé… [...]

Réhabilitation et extension d'une ancienne ferme en haras d'élevage, Samer Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  C.C. Desvres SamerMaîtres d'oeuvres :  Charlotte Siwiore… [...]

74 logements sociaux Jaurès Petit, Paris 19 Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Paris Habitat OPHMaîtres d'oeuvres :  archi5 (logements … [...]

Groupe scolaire Simone Veil, Villejuif Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Ville de VillejuifMaîtres d'oeuvres :  Dominique Coulon … [...]

Groupe scolaire du Moulon, Gif sur Yvette - plateau Saclay Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Établissement Public Paris Saclay (EPAPS)Maîtres d'oeuvres : … [...]

Sciences Po, Hôtel de l'Artillerie, Paris Publié le 24/04/2022

Maîtres d'ouvrages : La Fondation Nationale des Sciences Politiques (FNSP)Maîtres d'oeuvres :… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
44 01 02 03 04 05 06
4507 08 09 10 11 12 13
4614 15 16 17 18 19 20
4721 22 23 24 25 26 27
4828 29 30     

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…