Bourbouze & Graindorge : Logements sociaux à Montoir-de-Bretagne

Rédigé par Karine DANA
Publié le 03/05/2016

Par son implantation morcelée et perméable, cette opération défend une manière relationnelle d’apporter de la densité en lisière de campagne. Elle questionne ainsi les limites liées aux modes de production courants du logement collectif pour parvenir à inventer de nouveaux rapports au sol, aux habitants et au logement.


Dans la ZAC de L’Ormois à Montoir-de-Bretagne (44), non loin de Saint-Nazaire et à proximité des marais de la Brière, cet ensemble de 48 logements sociaux profite d’un paysage préservé. Du calme, des vues directes sur la campagne à 2 kilomètres du centre-ville, tout en ouvrant sur des perspectives de promenade en pleine nature. Un contexte suburbain idéal.

Ces contingences offrent aux architectes l’opportunité de développer un système spatial générateur de relations spécifiques entre paysage, individus et usages. Sur une parcelle de 25 mètres de profondeur, ils disposent de 16 bâtiments, pensés comme des unités de voisinage à R+2. Les deux rangées de huit plots écartés de quelques mètres deviennent ainsi perméables aux vues et au parcours : au nord sur les champs et au sud sur un lotissement de maisons individuelles. « Des bâtiments trop espacés créent difficilement une qualité urbaine intéressante. Fragmenter l’opération nous a également conduits à réfléchir sur la promiscuité et sur le statut de l’espace public en pied de logements. Nous cherchons à donner la possibilité aux habitants de vivre ensemble plutôt que les uns à côté des autres », explique Gricha Bourbouze.


Ni barre ni maison

Il ne s’agit pas ici de fantasmer un univers par trop convivial, mais de déterminer les conditions d’une vie partagée tout en préservant la part nécessaire d’intimité domestique. L’alternance de constructions et d’espaces non bâtis traduit une volonté d’intériorité à l’extérieur même des bâtisses. Celles-ci interpellent par leur échelle et leur forme archétypique : entre la ferme familiale et la mansion. Ni barre ni maison, elles proposent une catégorie intermédiaire puisant ses qualités dans le collectif et l’individuel. Par l’introduction d’un imaginaire bâti traditionnel, Cécile Graindorge et Gricha Bourbouze cherchent une résonance avec la notion de « suburbanité ». Quelque chose de l’ordre de l’hybridation, mais une hybridation inhibée. « Nous sommes intervenus sur les stéréotypes de manière abstraite, par soustraction. Il n’y a pas de balcons mais des loggias creusées dans la masse, pas de gouttière suspendue mais des chéneaux encaissés. Les matériaux hétéroclites se déclinent en une écriture très minérale – enduit taloché, pâte de verre, garde-corps en galva, plaques de ciment enduites en sous-face des loggias, polycarbonate blanc en clôture, lés de PVC en toiture –, mais nous leur avons donné une tonalité proche, épousant une volumétrie simple. Ces variations tout en neutralité nous poussent à revisiter le standard de la maison suburbaine. »


À la limite du système

Le système constructif est constitué d’une structure périphérique porteuse en briques monomur avec porte-à-faux, chapeautée d’une charpente en lamellé-collé avec noyau de circulation verticale et dalles pleines de 30 cm. Il confère une liberté aux plans du fait de l’absence de porteurs intérieurs. La mise en œuvre de ce principe structurel peu standard et le parti de morceler l’opération tout en aménageant ses abords comportait un risque : le contexte conventionnel de production de logements collectifs pouvait-il autoriser une double ambition architecturale et urbaine ? « Le choix de disperser les 48 logements en 16 unités a évidemment engendré un coût supplémentaire, mais ce parti pris urbain nous a semblé capital. Nous aurions pu réaliser une seule barre ou deux entités de 24 logements, ce qui aurait certes conduit à une organisation plus collective et compacte (et qui aurait donc limité le linéaire de façades), mais on ne pouvait pas intervenir dans ce contexte comme en milieu urbain. Comment alors maintenir des ambitions architecturales et un bon niveau d’exécution de détails ? » se demande Gricha Bourbouze. Les architectes reconnaissent en effet avoir poussé un peu loin les limites du système qu’ils ont eux-mêmes généré.

Assez audacieux, les porte-à-faux de 2 mètres libérant des loggias sur trois côtés nécessitaient ainsi des chaînages spécifiques. La non-verticalité des angles maçonnés a par ailleurs rendu problématique la jonction de l’enduit avec la pâte de verre. « D’une manière générale, constatent les architectes, et particulièrement dans les opérations de logements collectifs dont le système de production est fondé sur la supposée polycompétence des entreprises générales, on attend des architectes qu’ils n’approfondissent pas les études. Nous devions ainsi nous reposer sur l’expertise des entreprises, et ne pas travailler sur des solutions techniques non standards avec les entreprises locales (15 sur ce projet). Il nous a donc fallu surinvestir la phase d’étude. » Bourbouze et Graindorge rêvent que soient accordé plus de responsabilités et de confiance constructives aux architectes, à l’instar de la Belgique ou de la Suisse, où on investit davantage dans les phases d’études.

Ce chantier témoigne une fois de plus de la complexité pour l’architecte de mettre en place un mode de production spatial intelligent, attentif et reproductible dans un contexte trop rarement favorable à l’architecture.


Ce texte a été publié dans le n° 244 de d’a. Une erreur s’y est malheureusement glissée; le texte de la page 85 a été interverti avec celui de la page 86. Le texte ci-dessus est rétabli dans sa forme intégrale et originale.




[ Maîtres d’ouvrage : Silène – Maîtres d’œuvre : Bourbouze & Graindorge architectes ; études : Nacho Hervias, Pierre Ewald ; Chantier : Maxime Retailleau – Programme : 48 logements sociaux et stationnements – Aménageur : Sonadev – Économiste : CMB – BET structure : AIA associés – BET fluides : AREA – Entreprises : VRD : SBTP ; réseaux souples : ETDE ; gros œuvre : Gueno ; charpente : IC bois – étanchéité : SMAC – enduit : Embell façade ; pâte de verre : Vinet ; menuiseries extérieures : Sermat ; menuiseries intérieures : CMBS – Paysage : Althea Nova – Label : BBC effinergie-RT2005 – SDP : 4 700 m2 – SHAB : 3 155 m2 – Coût : 4,9 millions d’euros HT – Calendrier : lauréat du concours, 2011 ; livraison, 2015 ]

vue d'ensemble de l'opération<br/> Crédit photo : RUAULT Philippe plan masse<br/> Crédit photo : dr - <br/> Crédit photo : RUAULT Philippe <br/> Crédit photo : RUAULT Philippe <br/> Crédit photo : dr -

VOIR ÉGALEMENT

>> Choix de d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Publiés par d'a

Habiter le sol : 20 logements collectifs, rue de la Cour-des-Noues, Paris 20e Publié le 04/05/2021

 Maîtrise d’ouvrage : Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP)Maîtrise… [...]

House of Cards : Institut méditerranéen du risque, de l'environnement et du développement durable, Nice Publié le 04/05/2021

Maîtres d'ouvrages : Université Côte d'AzurMaîtres d'oeuvres : Atelier marc Barani,… [...]

À la recherche du temps perdu : aménagement de l'îlot B2, Lyon-Confluence Publié le 04/05/2021

Maîtrise d’ouvrage : OGIC Lyon Rhône-AlpesMaîtrise d’œuvre : Clément Vergély… [...]

Quand Piranèse s’invite chez Staline : Institut Mines-Télécom, université Paris-Saclay, Palaiseau Publié le 02/04/2021

Maîtres d'ouvrages : Institut Mines-TélécomMaîtres d'oeuvres… [...]

Une organicité bien tempérée : logements en accession et résidence pour l’Arche, Strasbourg Publié le 24/03/2021

Maîtres d'ouvrages : CDC Habitat Maîtres d'oeuvres : Vincen Cornu,… [...]

Architecture de réparation : pôle communautaire de services, de santé et d’archéologie, Thérouanne, Pas-de-Calais Publié le 23/03/2021

Maîtres d'ouvrages : communauté d’agglomération du Pays de Saint-Omer Maîtres… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
22 01 02 03 04 05 06
2307 08 09 10 11 12 13
2414 15 16 17 18 19 20
2521 22 23 24 25 26 27
2628 29 30     

> Questions pro

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en…

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité architecturale du logement social. Pour la première fois ce…