Bruno Reichlin : La boîte à outils du projet

Rédigé par Catherine DUMONT D'AYOT
Publié le 05/04/2023

Bruno Reichlin

Article paru dans d'A n°306

S’il est en France surtout connu des chercheurs, l’architecte Bruno Reichlin, né à Lucerne en 1941, est sans doute aujourd’hui l’un des plus grands intellectuels et critique d’architecture. Enseignant ayant eu une influence considérable, il a été marqué dès la fin des années 1960 par sa rencontre avec les architectes et intellectuels italiens et par sa collaboration avec Aldo Rossi qu’il a fait venir à l’ETH de Zurich. À l’occasion de la sortie cette année du premier volume de ses œuvres consacré à Le Corbusier, Catherine Dumont d’Ayot, qui en a supervisé l’édition, l’a interrogé sur sa vie d’architecte et d’intellectuel. Christian Sumi livre également en introduction une brève analyse du livre Le Corbusier, De la solution élégante à l’œuvre ouverte. EC

Un livre, de multiples lectures
par Christian Sumi

Ce livre qui réunit les textes de Bruno Reichlin sur Le Corbusier est le résultat de longues années de recherche, mue par sa curiosité insatiable et son impertinence à vouloir voir les choses telles qu’elles sont – et non telles qu’on voudrait qu’elles soient. Deux volumes à paraître seront consacrés aux textes qui abordent des thèmes fondamentaux de l’architecture du XXe siècle : la spatialité, la fonction et la tectonique et réunira, entre autres, ses textes sur Eileen Gray, Jean Prouvé, Max Bill, Philip Johnson, les frères Perret ou encore Carlo Mollino ou Luigi Moretti.
L’architecte Bruno Reichlin est l’un des théoriciens de l’architecture les plus influents de ces dernières années. Lors de ses collaborations successives avec Fabio Reinhart, puis avec Eraldo Consolascio, Marie-Claude Bétrix et Santiago Calatrava, il a également construit des bâtiments reconnus par la critique internationale : la casa Tonini à Torricella (1972-1974), la transformation et l’extension de l’usine Sferax à Cortaillod, le bâtiment industriel Berani à Uster (1982) ou encore le centre de distribution d’Ernsting’s family à Coesfeld (1985).
En parallèle, Reichlin a théorisé sans complaisance, au plus près de la profession. Les méthodes de projet sont analysées en tant qu’instruments critiques, elles sont généralisées, étayées par un édifice théorique largement fondé dans la critique artistique et littéraire et dans les sciences humaines. Il a ainsi incité toute une génération d’architectes à se confronter à des questions théoriques.
Le titre de l’ouvrage, la « solution élégante », renvoie au mathématicien Henri Poincaré (1854-1912). Une démonstration mathématique est élégante lorsqu’elle emprunte le chemin le plus court, sans détour superflu. La notion d’« œuvre ouverte » empruntée à l’écrivain et sémioticien Umberto Eco (1932-2016) décrit la relation de l’œuvre d’art à son récipiendaire. Dans un sens plus étroit, transposé à l’architecture, cela signifie par exemple le passage d’une structure contraignante à une structure ouverte. Le concept d’intertextualité est lui emprunté à la critique littéraire et notamment aux essais de Roland Barthes (1915-1980). Bruno Reichlin applique ce concept à l’architecture et démontre que l’œuvre « s’inscrit toujours dans le contexte d’autres artefacts », comme dans le cas de l’hôpital de Venise, projet pour lequel l’intertextualité recouvre non seulement la pratique autoréflexive de Le Corbusier, mais aussi l’ensemble de son atelier et de ses jeunes collaborateurs et de leur proximité au Team 10.
L’œuvre elle-même est mise « au centre » dans le discours de Reichlin, elle exige donc qu’on s’y engage, qu’on l’écoute, qu’on s’y perde. Cela relativise le classement référentiel et la comparaison transversale contextuelle des projets. Finalement, la somme des analyses et les différents modes d’existence de l’objet architectural doivent être « architecturés » en un tout, au sens traditionnel du terme.

Ce texte est un extrait d’une recension publiée en allemand dans la revue Werk, Bauen+Wohnen, n° 3, 2023.

D’a : Pour vous, l’écriture et le projet ont toujours été deux pratiques indissociables. Reliez-vous ce choix à la période particulière pendant laquelle vous avez fait vos études à Zurich, au milieu des années 1960 ?
Oui, et pour plusieurs raisons : la critique architecturale telle qu’elle était pratiquée à l’ETH à Zurich manquait de fondement. Elle relevait de discours impressionnistes, était établie sur de nombreux clichés issus du modernisme et renvoyait à des critères stylistiques qui m’échappaient. Il y avait peu de place pour la réflexion et la rationalité. Bernhard Hoesli, le compagnon de route de Robert Slutzky pendant les années des Texas Rangers, était la seule exception avec ses critiques aussi incisives que féroces. Son approche m’a marqué durablement.

(...)

Les articles récents dans Le Grand Entretien

Dans l’épaisseur du temps - Entretien avec Laurent Beaudouin (Beaudouin Architectes) Publié le 29/04/2024

L’immeuble des Tiercelins, la première réalisation de cette agence créée à Nancy dès la fin… [...]

Patrimoine émotionnel - Entretien avec Eva Prats et Ricardo Flores, Flores i Prats arquitectes Publié le 01/04/2024

Une panoplie impressionnante de dessins, de maquettes et d’objets collectionnés au fil des anné… [...]

Le droit du sol, Entretien avec Jean-Patrice Calori, Bita Azimi et Marc Botineau (agence CAB) Publié le 03/01/2024

Je sors du métro Place-des-Fêtes, là où les hauts immeubles de la banlieue ont réussi à franc… [...]

La traversée des apparences, entretien avec Carme Pigem, de l'agence RCR Publié le 14/12/2023

Après la visite de plusieurs interventions de RCR à Olot – une ville de plus de 30 000 habitant… [...]

Invariants - Entretien avec Bernard Quirot, BQ+A Publié le 20/11/2023

Bernard Quirot m’attend à la gare de Besançon pour une virée à travers une partie de son œuvr… [...]

Que la lumière soit ! - Entretien avec Alberto Campo Baeza Publié le 11/10/2023

À Madrid, en cette fin d’après-midi d’août, la ville est par endroits complètement déserte,… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
22     01 02
2303 04 05 06 07 08 09
2410 11 12 13 14 15 16
2517 18 19 20 21 22 23
2624 25 26 27 28 29 30

> Questions pro

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…