Camille Fallet « Mettre en valeur les signes de fermeture de l’espace »

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 01/09/2006

Camille Fallet

Article paru dans d'A n°157

Le travail de ce jeune photographe, venu à l’image par l’art contemporain, n’est pas si développé que l’on ne puisse en détailler les contours : il semble se caractériser par un net intérêt pour le logement de masse – social ou non – de la seconde moitié du XXe siècle, dont il dresse un inventaire mêlé de fascination et de répulsion.

Camille Fallet se destinait tout d’abord à la bande dessinée mais après avoir étudié le neuvième art à Angoulême, il s’oriente peu à peu vers la photographie. L’une de ses premières séries photographiques – des mises en scène nocturnes dont l’ambiance décalée évoque le travail de Gregory Crewdson –, qu’il réalise alors qu’il fréquente l’École des beaux-arts de Nantes, conserve encore de la bande dessinée le côté fiction et une structure narrative reliant entre elles des images isolées.


L’ inventaire Anglais

Devenu étudiant au Royal College of Art de Londres, section photographie, son travail va prendre une autre ampleur : à la manière de Walker Evans, il entreprend, avec Vernacular London, une sorte d’inventaire de l’architecture londonienne. On retrouve dans les premières prises de vues de la série toute la grammaire du langage photographique du maître américain : maisons en bande, magasins décrépis, gros plans sur les éléments architectoniques du style victorien, enseignes publicitaires… Progressivement, le regard se détache du vernaculaire pour dériver vers d’autres détails : fractures urbaines, dents creuses et logements sociaux des années 1960-1970.

Bien qu’il photographie la ville au hasard de ses déambulations, sans revendiquer une connaissance particulière de l’histoire de l’architecture, il finit par constituer, presque à son insu, un guide de l’architecture brutaliste anglaise en deux cents images. C’est sans le savoir qu’il fait défiler devant son objectif des bâtiments aussi symboliques que le Robin Hood des Smithson ou les tours d’Erno Goldfinger. Ce refus de l’érudition architectonique est plus une façon de mettre à distance les objets qu’il photographie que le signe d’un désintérêt pour toute tentative d’intellectualisation du bâti : il faut plutôt voir là une forme de « démocratie des images » qui refuserait d’adopter les hiérarchies de valeurs fixées par l’historiographie. Si le logement de masse l’intrigue, c’est – outre le fait que ces constructions véhiculent une esthétique parente de l’art contemporain à laquelle ses études l’ont sensibilisée – parce qu’il y perçoit les indices d’une utopie moderniste qui s’est conclue par un échec : « à travers les rampes, les sols artificiels, les balcons, on voit un projet futuriste qui reste reconnaissable malgré les dégradations ». Paradoxalement, les traces de la décrépitude, l’usure des bétons, sont bienvenues dans les photos de Camille Fallet. Elles apportent une dimension temporelle qui distingue ces décors vides de tout personnage de la maquette d’architecte. À côté de ces images en noir et blanc solennelles et implacables, une seconde partie de Vernacular London montre les habitants supposés de ces cités dans un environnement qui correspond davantage à l’image que l’on se fait des rues du centre de Londres.


Se substituer au spectateur

Après cette série, Camille Fallet s’est intéressé aux petites villes de France, photographiant notamment des lotissements du Sud - Ouest. Sa vision du monde périurbain est empreinte d’une tension déjà palpable sur le projet londonien, tension qui doit beaucoup aux descriptions apocalyptiques de Los Angeles – une ville avec des tours où les ghettos sont constitués de maisons – faites par Mike Davis dans son ouvrage City of Quartz. Avec ces images, il entend prolonger la critique sociale émise par l’écrivain américain. Comme lui, Camille Fallet est sensible aux moindres prémices de privatisation de l’espace et n’est pas loin de considérer chaque construction comme un rempart : village ou cité HLM, il perçoit l’implantation du bâtiment comme un jeu d’enceintes dans le paysage et cherche à mettre en valeur les signes de fermeture. L’effet d’enfermement est d’autant plus vif que Camille Fallet cherche toujours à adopter un point de vue plausible pour l’individu. S’il utilise une chambre à soufflet, il refuse de recourir aux échafaudages ou aux échelles qui complètent souvent l’équipement du photographe se servant de ce type de matériel, afin de « se substituer au spectateur, lui apporter une expérience de ce lieu proche de la présence physique, tout en le dispensant de se rendre sur place ».

Camille Fallet tente de développer, en compagnie de Florent Mulot – un plasticien avec lequel il collabore régulièrement depuis quatre ans –, une entreprise ambitieuse portant sur les villes de l’ensemble du pourtour méditerranéen. Cette version contemporaine du « Grand Tour » est une sorte d’état des lieux de l’urbanisation côtière, selon un fil conducteur qui reste encore à préciser. Les premières images portent aussi bien sur les délaissés urbains (cités des quartiers nord de Marseille) que sur l’architecture chantilly des villes balnéaires du peuple (La Grande-Motte) ou de la jet-set (Monaco). Une nouvelle fois, le thème du logement collectif sera au centre de la série.

Les articles récents dans Photographes

Julien Guinand. Two Moutains : Ashio, Kumano Publié le 20/06/2022

Au Japon, deux montagnes, deux régions éloignées l’une de l’autre, toutes deux victimes de… [...]

Carleton Watkins : Le regard du mammouth Publié le 05/05/2022

Le « mammouth » désignait l’énorme chambre photo­ graphique que Carleton Watkins emportait … [...]

Julien Gracq : L’œil géographique Publié le 29/03/2022

Le grand écrivain était géographe. Dans les années 1950, il entreprit plusieurs voyages en E… [...]

Thomas Henriot : Frontières invisibles Publié le 25/02/2022

Issu d’une grande maison de champagne, Thomas Henriot a entrepris d’explorer le fuseau septentri… [...]

Eric Tabuchi et Nelly Monnier / Atlas des régions naturelles, Vol. 1 Publié le 09/12/2021

Une exposition au Centre d’art GwinZegal de Guingamp, dans le Trégor, rend compt… [...]

Eugène Atget, Voir Paris Publié le 16/11/2021

La Fondation Henri Cartier-Bresson a consacré cet été une expos… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
44 01 02 03 04 05 06
4507 08 09 10 11 12 13
4614 15 16 17 18 19 20
4721 22 23 24 25 26 27
4828 29 30     

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…