Campus Nation de l'Université Sorbonne Nouvelle

Architecte : Christian de Portzamparc
Rédigé par les architectes
Publié le 03/01/2022

Alors que le Conservatoire de Musique fête ses 30 ans, le programme universitaire de Sorbonne Nouvelle a permis à Christian de Portzamparc de mettre en œuvre des lignes fortes, la quintessence de sa pensée, issue d’années d’expérience et de construction dans la ville – ouverture de l’îlot, générosité des espaces communs, maîtrise de la lumière naturelle et des entre-deux, densité, lien avec la ville.…

« Dans les villes il y a le passé immense, le présent toujours en activité et le devenir ou l’on souhaite des transformations. Mon activité d’architecte et d’urbaniste, a toujours été de travailler sur des morceaux de ville pour les changer. 
La pandémie nous a révélé qu’on a besoin d’espace, de verdure, de voir le ciel, de marcher, de se rencontrer… Dès nos premières études sur Sorbonne Nouvelle, notre réflexion a porté beaucoup sur cette histoire d’ouverture, avec ce que j’ai appelé les «îlots ouverts» : faire entrer le soleil, la lumière, tout en préservant une sorte d’intimité. Il y va d’une nécessaire harmonie. 
L’harmonie a deux définitions pour moi : d’abord, quelque chose de difficile a définir qui tient au sens des proportions, au goût pour les contrastes, le grand, le petit, l’arrivée de la lumière tout un ensemble avec des règles… Mais l’harmonie, c’est aussi qu’il n’y ait pas d’inégalités ni de violence. L’espace commun de la ville, même quand il n’a pas été trop prévu à l’avance redevient l’espace de la sociabilité et des rapports entre les gens. C’est très important. Ce besoin de ville, je l’associe au fait que j’ai toujours travaille à réhabiliter la rue et prendre soin des circulations. »

Christian de Portzamparc in La Grande Table - France Culture – Juin 2020 - Penser l’après : « Il faut savoir inclure dans les villes la diversité du monde »

CONFORT D’USAGE
L’architecture crée les conditions du bien-être des étudiants et des professeurs, tant par les formes
courbes, douces et enveloppantes, que par les matériaux, bois, béton, verre.
Les bâtiments qui expriment clairement leurs fonctions, les circulations fluides, les codes couleur par niveau, permettent de se repérer facilement dans l’espace. La lumière pénètre partout et, à l’exception des lieux de spectacle, des studios, des amphithéâtres, toutes les salles de cours, les
bureaux de l’administration, l’escalier, la bibliothèque sont éclairés naturellement.
Au sud, les façades ont fait l’objet d’une attention particulière pour protéger les espaces intérieurs de la chaleur.
Entre les trois bâtiments sont ménagées trois failles, trois ouvertures d’entrée de lumière et de dégagement de vue lointaine dans l’îlot.
En face de la bibliothèque, la trame fine des brise-soleils métalliques des façades contraste avec les fenêtres trapézoïdales ce qui contribue à dilater l’impression d’espace des «volumes d’espace vide» des deux cours jardins.

HALL D’ACCUEIL ET CLOÎTRE
Au pied de la bibliothèque, un parvis protégé́ sous la pointe nord donne accès au hall de l’université́, et permet aussi un accès direct à la bibliothèque.
Sur l’avenue de Saint-Mandé́, le hall d’accueil transparent au plafond perce d’oculi, ouvre sur la cour-jardin, la perspective de la tour de l’escalier au sud, et le cloître, interprétation contemporaine d’un thème de vie collective, concentrée sur l’étude et destinée à favoriser l’échange entre tous.
Sitôt franchie l’entrée du hall, on devine l’intérieur de l’îlot et l’organisation des bâtiments autour du cloître qui se déploie en boucle. Un cheminement évident et lumineux, abrite pour partie, absorbe les flux, guide et donne accès à l’ensemble des fonctions du site – salles de travaux diriges et de cours, amphithéâtres et théâtres, restaurant universitaire, bibliothèque, cafétéria –.
Ce cloître est le lieu de la rencontre et de l’échange entre étudiants, enseignants, personnel administratif, visiteurs et public extérieure à l’université́. Il constitue l’élément fondateur autour duquel sont aménagés les salles de cours et les bureaux dans les bâtiments linéaires qui longent l’avenue de Saint-Mandé́ et les limites est et sud de la parcelle.

LIENS ENTRE LES BÂTIMENTS
Implanté le long de l’avenue de Saint-Mandé́, le bâtiment d’enseignement et d’administration se retourne à angle droit, dessinant un L. 
Perpendiculairement, le long de la limite sud de la parcelle, le bâtiment qui accueille au rez-de-chaussée le restaurant universitaire, s’ouvre sur le jardin par de larges baies vitrées.
Au sous-sol de ce bâtiment et de la bibliothèque, un généreux cheminement éclairé par la cour-jardin, donne accès aux amphithéâtres, aux salles de spectacle, au cinéma.
A l’articulation des deux bâtiments, un imposant escalier elliptique marque la faille, tel un belvédère sur le cloître. Il dessert tous les niveaux, et innerve via des passerelles vitrées, les locaux d’enseignements et d’administration.

LA BIBLIOTHÈQUE, SIGNAL DANS LA VILLE
Au cœur du cloître, au nord-ouest de l’îlot, se love la bibliothèque, identifiable dans le quartier de tous cotes (avenue de Saint-Mandé, rue de Picpus, intérieur de l’îlot) par sa singulière géométrie triangulaire adaptée aux limites irrégulières du terrain.
La bibliothèque, signature de l’université, permet de se repérer sur le site. Sa façade sinueuse, percée de fenêtres trapézoïdales, joue avec la tour cylindrique de l’ONF.
Les trois façades sont traitées avec un enduit satiné blanc cassé.

LES ESPACES INTÉRIEURS
L’articulation et la distribution des locaux concourent à leur qualité. Les aménagements intérieurs découlent d’une adéquation entre distribution, orientation et relation aux espaces extérieurs.
La lumière est partout.
La bibliothèque déploie sur 4 plateaux ses surfaces de travail en plan triangulaire, le 5e plateau, non accessible au public, est celui des bureaux des bibliothécaires. Ses lignes douces de béton et de bois, forment un cocon protecteur. A partir de l’accès central sur les plateaux de lecture, le plan en étoile génère à l’intérieur une gradation de la lumière, entre les différents lieux de travail et de stockage. Les ouvertures de forme trapézoïdales favorisent la pénétration de la lumière au fond du local tout en limitant les pertes thermiques.
D’une manière générale les locaux accessibles aux étudiants sont situés dans les niveaux inférieurs afin de privilégier l’utilisation des escaliers par le plus grand nombre. Les circulations sont larges, ponctués d’alcôves et de bancs en bois dimensionnés pour l’agrément et le confort.
Des codes couleur par étage contribuent à se repérer.
Situés dans les niveaux les plus hauts, les espaces dédiés à l’administration bénéficient de vues dégagées, de lumière naturelle maîtrisée par des systèmes d’occultation pour un confort visuel
optimum ainsi que de terrasses accessibles.
Les vues vers le Couvent de la Congrégation des Sacrés-cœurs et de l’Adoration et du jardin historique sont filtrées, pour préserver la tranquillité des lieux.



Maîtres d'ouvrage : EPAURIF - Établissement Public d’Aménagement Universitaire de la Région Île-de-France pour le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Université́ Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Maîtres d'oeuvres : Architecte : 2PORTZAMPARC - Christian de Portzamparc : Bertrand Beau et Bruno Durbecq directeurs de projet, Tania da Rocha Pitta directrice de travaux, Céline Barda chef de projet, Julien Lissarague, Laure Alcie, Yannick Bouchet Guerguy, Guillermo Lumbreras (3D) // Structure : Igrec // Fluides : Ceris Et Igrec // Façades : VS-A // Acoustique : JB. Ple et Avel // HQE : Greenaffair // Paysage : Meristeme // CSI/SSI : CSD Faces // Cuisines : Convergence // Scénographie : Ducks Sceno // Eclairage : Aartill

Entreprises : OPC : EGIS  //  Bureau de Contrôle : BATIPLUS  //  CSPS : VERITAS  //  AMO HQE : BEHI  //  Structure - VRD - Cloisons : CBC  //  Étanchéité : SARMATES  //  Façades : SIMEON  // Menuiseries intérieures : ROUX FRERES  //  Serrurerie : LOISON  //. Peintures et revêtements de sol : VALLEE  //  Faux-plafonds : SERTAC  //  CVCD : GUIBAN  //  Électricité CFO/Cfa : INEO  //  Électricité scénique : LAGOONA  //  Équipements scéniques : BC CAIRE  //  Ascenseurs : OTIS  //  Cuisines : IDFC  //  Fauteuils : SAVIEX // Mobilier : SAONOISE DE MOBILIERS

Surfaces : 26 000 m2 SU– 35 000 m2 SDP

Date de livraison : décembre 2021

Vue du cloître<br/> Crédit photo : BOREL Nicolas Parvis et l'entrée du bâtiment avenue de Saint-Mandé<br/> Crédit photo : BOREL Nicolas Vue de l'avenue de Saint-Mandé<br/> Crédit photo : BOREL Nicolas Théâtre de plein air - Odéon<br/> Crédit photo : BOREL Nicolas Œuvre 1% - Ivan Argote<br/> Crédit photo : BOREL Nicolas Hall<br/> Crédit photo : BOREL Nicolas Œuvre 1% - Béatrice Casasesus Œuvre 1% - Béatrice Casasesus Bibliothèque<br/> Crédit photo : BOREL Nicolas Passerelle A5<br/> Crédit photo : BOREL Nicolas Œuvre 1% - Matthieu Bonnard, 5-5 Amphithéâtre 500<br/> Crédit photo : BOREL Nicolas Salle de spectacle<br/> Crédit photo : BOREL Nicolas

VOIR ÉGALEMENT

>> Publiés par d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Choix de d'a

028MLJ - Extension et rénovation partielle d'une maison familiale à Mantes-la-Jolie Publié le 16/12/2022

Maîtres d'ouvrages : privéeMaîtres d'oeuvres : Bérénice Curt Architecture, co-traitants : … [...]

Le Majestic - Scène de Montereau Publié le 23/11/2022

Maîtres d'ouvrages : Ville de Montereau-Fault-YonneMaîtres d'oeuvres : Atelier Novembre … [...]

CasArts - Grand Théâtre de Casablanca Publié le 23/06/2022

Maîtres d'ouvrages : Casablanca Aménagement S.A. / Egis Bâtiments InternationalMaîtres d'oeuvres… [...]

20 logements participatifs en volume capable sur un parking silo, Bordeaux Publié le 26/04/2022

Maîtres d'ouvrages : Le COL (Comité Ouvrier du Logement)Maîtres d'oeuvres :  Lemé… [...]

Réhabilitation et extension d'une ancienne ferme en haras d'élevage, Samer Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  C.C. Desvres SamerMaîtres d'oeuvres :  Charlotte Siwiore… [...]

74 logements sociaux Jaurès Petit, Paris 19 Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Paris Habitat OPHMaîtres d'oeuvres :  archi5 (logements … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
52      01
0102 03 04 05 06 07 08
0209 10 11 12 13 14 15
0316 17 18 19 20 21 22
0423 24 25 26 27 28 29
0530 31      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…