[ CE QUE LA GUERRE FAIT À L'ARCHITECTURE ] « Ces images sont de l’artisanat de guerre » Entretien avec Émeric Lhuisset, artiste photographe

Rédigé par Anne-Charlotte DEPINCE
Publié le 23/06/2023

vue de l’exposition « L’Obier rouge » au Centre Pompidou, février 2023.

Dossier réalisé par Anne-Charlotte DEPINCE
Dossier publié dans le d'A n°309

Émeric Lhuisset développe un travail postdocumentaire sur l’image de guerre. Afghanistan, Syrie, Irak et Ukraine, où il mena déjà un premier projet en 2014, sont autant de « théâtres de guerre » où, à travers sa pratique photographique, il remet en jeu nos conceptions du genre héritées des peintres de batailles, de la peinture d’histoire, mais aussi du photoreportage. L’invasion globale en Ukraine et l’observation des images qu’elle génère prolongent sa réflexion sur l’image de guerre en questionnant les rapports troubles des images amateurs à celles des professionnels. En février dernier, le Centre Pompidou, dans le cadre du Festival Hors pistes, lui a consacré un large espace pour y montrer ce nouveau travail. Retour sur sa proposition, « L’Obier rouge ». 

Propos recueillis par Anne-Charlotte Depincé.

D’a : Votre dernière exposition au Centre Pompidou se déploie autour de l’image de guerre amateur en Ukraine. Pouvez-vous nous expliquer votre ancrage avec l’image de guerre et pourquoi ici cette réflexion sur l’image amateur ? 

En étudiant l’histoire de l’image de guerre, je me suis aperçu qu’il y a eu deux grands tournants : la première révolution s’est déroulée entre le XIXe et le XXe siècle, avec l’évolution des techniques photographiques – la pellicule argentique de Kodak et l’appareil photo compact qui vont permettre à n’importe qui de faire de la photographie. Car avant on travaillait à la chambre, un appareil qui pesait plus d’une vingtaine de kilos, avec des négatifs sur une plaque de verre. Les publicités Kodak de la fin du XIXe siècle, d’ailleurs, mettaient en avant le fait que n’importe qui pouvait faire de la photographie. Et en parallèle de cette avancée en photographie va naître la photogravure, permettant de reproduire la photo dans la presse. Avant, la presse utilisait (...) 

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
18  01 02 03 04 05
1906 07 08 09 10 11 12
2013 14 15 16 17 18 19
2120 21 22 23 24 25 26
2227 28 29 30 31   

> Questions pro

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…