Ce qui vient après le "storytelling" urbain

Rédigé par Alain GUILLEUX
Publié le 01/03/2012

Bagnolet 2011, Architecture Action, La domination du design cosmétique sur l'architecture

Article paru dans d'A n°206

Dès lors que tout l'environnement est aménagé, ce qui est le cas aujourd'hui, il n'y a plus d'extérieur, simplement de l'aménagement intérieur qui peut se démoder. La terre comme aménagement intérieur démodable était une révélation des années soixante. Il n'y a plus d'extérieur, et en conséquence le storytelling du marketing et design de produit a depuis géré l'architecture (toujours postmoderne). Le marketing urbain tel que le définissait Michel Wievorka dès 1975 se substitue à la planification et s'exprime sous la forme de récits urbains qui donnent l'illusion d'une théorie autour de thèmes connus : la programmation, le génie du sol ou la réinterprétation historique des références. C'est ce que dénonce Françoise Fromonot dans les derniers d'a et criticat.

Comme la plupart des storytellings du marketing commercial, ces trois outils de promotion totalement interchangeables s'auto-réduisent à un effet de séduction-adhésion. Ils n'engendrent aucune efficacité de l'architecture, aucun urbanisme actif et émancipateur susceptible de déclencher ou transformer des situations.

Mais l'urbanisme n'a pas attendu le post-fordisme pour s'établir comme une invention romanesque. La description de l'urbain et le projet n'ont alors plus la possibilité d'être distingués. Ils sont inscrits l'un dans l'autre, se légitiment et s'alimentent réciproquement. La logique romanesque – ni vrai ni faux, seulement une séduction vraisemblable – implique la confusion entre la réalité inventée et la fiction du projet.


Qu'est ce que le storytelling ?

Littéralement : Raconter une histoire. Parfois traduit en français par communication narrative.

Utilisée en communication, le storytelling est une méthode fondée sur l'application des procédés narratifs qui rappelle les récits ou les contes. Le but du storytelling est d'accroître l'adhésion du public au discours. Le public, souvent las des techniques classiques de communication, est séduit et convaincu par l'utilisation d'histoires et de formules symboliques, équivalent au « il était une fois » des contes enfantins. John Seely-Brown est le premier à avoir publié sur le sujet. Plus tard, Steve Denning théorise le storytelling en communication aux Etats-Unis, dans son ouvrage The Leader's Guide to Storytelling (Jossey-Bass, 2005). En France, le chroniqueur Christian Salmon publie un livre du même titre que sa rubrique au Monde, en 2007 aux éditions de La Découverte.


Lisez la suite de cet article dans : N° 206 - Mars 2012

Les articles récents dans Points de vue / Expos

L'architecture ou l'art de transformer le réel. Par Philippe Prost Publié le 19/10/2022

Si hier encore, à la fin du XXe siècle, patrimoine rimait avec vieilles pierres et monuments hist… [...]

Exposition : Le double pouvoir de l’architecte et l’habitant Publié le 05/09/2022

Dirigé depuis avril 2021 par Fabrizio Gallanti, le centre d’architecture arc en rêve laisse pe… [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (7/9) « Re » comme leitmotiv Publié le 05/09/2022

À la charnière des années 1970 et 1980, alors que fonctionnalisme et style international sont … [...]

Vingt ans pour un bouleversement Publié le 29/06/2022

Sélectionner vingt architectures parmi des milliers d’autres, c’est générer plus de frustr… [...]

Vingt architectures entre singularité et exemplarité Publié le 28/06/2022

Les palmarès sont toujours pris entre deux impératifs contradictoires : couronner l’exception … [...]

Une anamorphose éloquente Publié le 27/06/2022

De quelle situation la vingtaine de réalisations jugées les plus remarquables des vingt derniè… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
44 01 02 03 04 05 06
4507 08 09 10 11 12 13
4614 15 16 17 18 19 20
4721 22 23 24 25 26 27
4828 29 30     

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…