Centre d'art contemporain Les Tanneries

Architecte : Bruno Gaudin
Rédigé par les architectes
Publié le 27/05/2019

Dès le début de la réflexion, il est apparu que le site lui-même, sa géographie, constituait un atout exceptionnel. Situé entre deux bras du Loing, l'ancienne tannerie offre d'abord un paysage végétal à découvrir.

Le Parc le long de la rue des deux Ponts et l'allée de tilleuls qui donne accès au parvis forment un premier espace introductif tandis que depuis la grande halle, on découvre une vaste clairière, un vide hospitalier qui nous invite à la promenade. C'est là une belle pièce extérieure qui sera appropriée par les artistes dès les premières expositions. Le propre de la démarche de conception de ce projet a été de partir d'un lieu en mouvement, puisque des expositions étaient montées en parallèle des études effectuées. S'appuyant ainsi sur la force évocatrice du lieu, sur l'appropriation qu'en faisaient les artistes, sur les échanges avec M. le maire d'Amilly, les Services de la Ville et tous les contributeurs, le programme s'est bâti et précisé au fil du temps. Il ne s'agissait donc pas de voir comment faire rentrer un programme de centre d'art dans un bâtiment mais de trouver l'accord juste entre le site dans toute son ampleur et ce que l'on attend d'une école d'art et d'un espace d'exposition d'art contemporain.

 

L’ancienne « Tannerie » d’Amilly appartenait à un ensemble local d’industries du cuir, comptant dans sa proximité les tanneries de Ferrières et d’Ouzouer-des-champs. Faute de successeurs et en raison de la perte de vitesse de ce type de production, le site fut revendu en juillet 1971. Plusieurs industries sont alors successivement propriétaires des lieux, jusqu’à ce que le site ne soit plus employé que comme un lieu de dépôt et d’entrepôt avant d’être définitivement fermé en 1990. C’est en 2002 que la ville d’Amilly se porte acquéreur du site « de la Tannerie » désormais en friche et décide de créer un centre d’art contemporain. L’agence Bruno Gaudin Architectes a alors étudié un projet visant à mettre en cohérence le programme avec les différents bâtiments industriels présents sur le site.

 

De béton et de bois

Deux matériaux pour construire qui n’en font qu’un. A l’origine, ceux qui ont bâti la grande halle l’ont faite en béton coulé dans des coffrages en planches. La structure porte les traces brutes du bois placé comme il vient pour donner forme au béton. L’empreinte est encore vivante, rugueuse, striée, le bois vit encore au travers de ce négatif. Plus loin, le bois d’une grande porte est comme pétrifié, transformé en pierre, uniformisé par la patine du temps, grisé par le soleil et l’humidité. Bois et béton ont échangé leurs caractères spécifiques et ne forment plus qu’une matière qui donne unité et force au lieu.

 

 

La friche industrielle, un lieu en soi

De la friche industrielle naît un lieu singulier où se rencontrent une nature qui reprend ses droits et une architecture qui se dépouille peu à peu de son lustre. Transformé par l'intervention de l'homme, le site naturel est réinvesti par un univers végétal qui porte la marque de l'activité ancienne. La nature des essences d'arbres et leurs implantations produisent des lieux, nous racontent une histoire.

De son côté, l'architecture se dégrade d'abord puis connait un nouvel état plus ou moins stabilisé et qui révèle ses principaux traits de caractère. « L'Architecture, c'est ce qui fait de belles ruines », l'architecte Auguste Perret désignait ainsi ce qui assoit la pérennité de l'architecture. Les Tanneries semblent lui donner raison.

Ici, ce sont les grandes structures du bâtiment mais aussi les séquences spatiales qui manifestent le caractère du site, sa singularité. Ce sont ces fondements essentiels que nous devons identifier et comprendre, et sur lesquels toute intervention architecturale doit s'appuyer. « Faire de l'architecture signifie visualiser le « Genius loci » : le travail de l'architecture réside dans la création de lieux signifiants qui aident l'homme à habiter ». Cette définition de Christian Norberg-Schulz nous parle de l'Esprit dans lequel nous avons travaillé aux Tanneries. Plus exactement ici, un lieu existe façonné par le temps et l'histoire. Il s'agit tout simplement de « l'entendre » le révéler, le conforter dans son existence.

En 2007, lors de la première visite, nous n'avions pas été seulement touchés par le bâti mais par les rapports et contrastes entre les intérieurs et le « paysage ».

Les qualités propres de l'édifice étant ainsi d'autant plus perceptibles qu'elles sont à l'origine, en opposition avec celles de cet univers végétal fluide et sans cesse en régénération. C'est donc une vision d'ensemble du site des Tanneries qu'il s'agissait de développer et non la seule pensée de l'objet construit, de ses espaces intérieurs clos sur eux-mêmes.

Au-dedans comme au dehors, la démarche que nous avons proposée visait à s'appuyer fondamentalement sur les qualités du site déjà explicitement révélées par les premières expositions réalisées avant les travaux de rénovation.

Cet ensemble immobilier est composé de 4 bâtiments existants indépendants :

Le bâtiment n°1 (sur rue), est le plus visible. Celui-ci accueille le logement du gardien ainsi qu ‘un logement d’artistes en résidence. Les bâtiments n°2, 3 et 4 font partie intégrante du centre d’art contemporain. L’auvent périphérique qui les relie les uns aux autres délimite un parvis minéral qui devient ainsi le cœur du centre d’art. L’accueil, l’école d’art et la grande halle d’exposition composent cette belle place à laquelle ils s’adressent. Seul le bâtiment n°2 offre une façade clairement visible depuis la rue des Ponts et peut ainsi servir de signal. Ce signal est matérialisé par une mise en couleur très marquée de sa façade visible depuis la rue et détourne ainsi le caractère industriel du lieu vers la création artistique. Le parking existant à l’entrée du site a été conservé, la déambulation s’effectue donc à pied depuis l’entrée du site.

Toutes les salles de l’école d’art (bâtiment n°2) donnent directement sur le parvis (sous l’auvent de liaison), le lieu de circulation entre les différents éléments programmatiques. L’accueil (bâtiment n°3) est un espace multifonctions, il est le centre du site et fait également office de café, point-information, lieu de réception lors de vernissages, lieu de repos lors des expositions. Un poêle est installé dans la pièce principale pour accentuer le caractère chaleureux de ce lieu qui se veut être le foyer du centre d’art contemporain. La halle d’expositions (bâtiment n°4) est le bâtiment industriel majeur du site, « le grand vaisseau ». Son rez-de chaussée et sa façade avant ont été conservés dans un état proche de celui de l’existant, afin que ce lieu industriel marqué puisse inspirer librement les artistes. Les escaliers extérieurs en très mauvais état et vecteurs de désordre en façade ont été détruits, remplacés par de nouveaux, ainsi qu’un ascenseur, s’accrochant désormais sur la terrasse circulatoire du premier étage. Ils permettent la déambulation des visiteurs lorsque les expositions sont déployées sur deux niveaux.

 

Les circulations

Plutôt que de placer les distributions verticales à l'intérieur de l'édifice comme il est d'usage habituellement, elles ont été placées à l'extérieur de la grande halle, préservant ainsi la structure interne du grand vaisseau en forme de nef traversante. Les escaliers et l'ascenseur sont donc conçus comme des adjonctions qui viennent accoster la grande coque unitaire. Cette stratégie permet un libre parcours mêlant dedans et dehors.

 

Le grand vaisseau

L'imposante échelle du bâtiment d'exposition et sa qualité particulière autorise une grande liberté d'intervention des artistes. Elle a nécessité une approche architecturale particulière. La dimension et la qualité de ce « vaisseau » sont deux paramètres conjoints qui interdisent une transformation radicale et brutale sur l'ensemble des espaces. Le potentiel suggestif de la halle du rez-de-chaussée a été préservé. Sa grande dimension, sa simplicité, sa nature brute, sa lumière, ses cadrages.

 

A l'opposé de la grande halle non chauffée qui est largement ouverte sur le paysage et en constitue la continuité naturelle, on trouve au premier étage une galerie plus close sur elle-même, chauffée climatisée. Elle permet d'autres natures d'expositions, la présentation d'œuvres plus fragiles, peut-être une autre temporalité. Y ont été installées des cimaises mobiles mais qui évoquent la solidité d'un mur plus que celle d'une installation temporaire. Cet espace fait encore appel à la construction d'origine pour définir son caractère, même si dans cette galerie le blanc domine, fait circuler la lumière et apaise le rythme des structures pour laisser toute leur place aux œuvres.



Maîtres d'ouvrages : Commune d'Amilly
Maîtres d’œuvres : Bruno Gaudin Architectes, Nicolas Reculeau (chef de projet études et chantier) ; 
Entreprises :  CETBA Ingénierie, BET Structure ; <<<<<<ellioth, BET HQE ; Mélanie Drevet, Paysagiste
Surface SDP : 4300 m²
Coût : 5 920 000 euros HT
Date de livraison : 2016

La façade rythmée par la structure de l'ancienne bâtisse<br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji La halle d'exposition, bâtiment industriel majeur du site, appelée "le grand vaisseau"<br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji Le auvent qui relie les trois bâtiments du centre d'art contemporain, et le parvis minéral<br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji Le pignon du bâtiment 4<br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji Dialogue bois et béton<br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji Les circulations verticales sont placées à l'extérieur de l'édifice<br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji Le grand vaisseau, où se trouve la salle d'exposition principale<br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji La grande hauteur du bâtiment permet une  liberté d'intervention<br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji Les cimaises mobiles <br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji La halle d'exposition s'ouvre sur l'extérieur et bénéficie d'une lumière généreuse<br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji Les cimaises viennent se glisser entre les poteaux bétons de la structure existante<br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji La galerie de l'étage est plus close sur elle-même<br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji Lumière zénithale pour la galerie haute<br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji La galerie haute<br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji Les ateliers de l'école d'art<br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji Intégration du mobilier<br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji Intégration du mobilier<br/> Crédit photo : SHIMMURA Takuji Plan de situation<br/> Crédit photo : Bruno GAUDIN Architectes Plan masse<br/> Crédit photo : Bruno GAUDIN Architectes Coupe sur le bâtiment 4, le "grand vaisseau"<br/> Crédit photo : Bruno GAUDIN Architectes

VOIR ÉGALEMENT

>> Publiés par d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Choix de d'a

20 logements participatifs en volume capable sur un parking silo, Bordeaux Publié le 26/04/2022

Maîtres d'ouvrages : Le COL (Comité Ouvrier du Logement)Maîtres d'oeuvres :  Lemé… [...]

Réhabilitation et extension d'une ancienne ferme en haras d'élevage, Samer Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  C.C. Desvres SamerMaîtres d'oeuvres :  Charlotte Siwiore… [...]

74 logements sociaux Jaurès Petit, Paris 19 Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Paris Habitat OPHMaîtres d'oeuvres :  archi5 (logements … [...]

Groupe scolaire Simone Veil, Villejuif Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Ville de VillejuifMaîtres d'oeuvres :  Dominique Coulon … [...]

Groupe scolaire du Moulon, Gif sur Yvette - plateau Saclay Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Établissement Public Paris Saclay (EPAPS)Maîtres d'oeuvres : … [...]

Sciences Po, Hôtel de l'Artillerie, Paris Publié le 24/04/2022

Maîtres d'ouvrages : La Fondation Nationale des Sciences Politiques (FNSP)Maîtres d'oeuvres :… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Septembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
35   01 02 03 04
3605 06 07 08 09 10 11
3712 13 14 15 16 17 18
3819 20 21 22 23 24 25
3926 27 28 29 30   

> Questions pro

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…