Charlotte Perriand : artiste capitale du XXIe siècle

Rédigé par Guillemette MOREL-JOURNEL
Publié le 13/12/2019

Article paru dans le d'A n°277

La Fondation Louis-Vuitton se félicite de consacrer, pour la première fois depuis son ouverture, l’ensemble de ses espaces d’exposition à un seul créateur. Cet « événement » est doublement « exceptionnel » : d’une part il s’agit d’une créatrice ; d’autre part, cette femme s’est consacrée à un art réputé mineur, celui de l’aménagement intérieur et de la conception de mobilier. Voici donc Charlotte Perriand célébrée dans un haut lieu du chic culturel international. Pour le meilleur et pour le pire ?

Exposition

Disons-le d’emblée, l’exposition est magnifique, opulente, passionnante. Elle rassemble une quantité impressionnante d’œuvres – originales, copiées ou reconstituées (parfois spécialement pour l’exposition) – impeccablement mises en scène. À cet égard, le « clou » de l’exposition, ou plutôt les clous car il y en a plusieurs, ce sont les reconstitutions d’espaces, en particulier celles menées sous la houlette de l’architecte suisse Arthur Rüegg, qui en a déjà donné plusieurs exemples magnifiques par ailleurs. Pour la première fois, le visiteur contemporain peut ainsi déambuler – comme il y a tout juste quatre-vingt-dix ans – dans le célèbre stand du Salon d’automne de 1929 intitulé « Équipement intérieur d’une habitation » et co-signé, à l’instar du célèbre mobilier tubulaire qui y est présenté, « Le Corbusier, Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand ». Certes, les dimensions sont identiques, les casiers et les matériaux mis en œuvre aussi fidèles que possible ; mais les bouquets de fleurs sont en plastique, les meubles, des rééditions : tout est neuf et étincelant, comme à l’époque (...)

Les articles récents dans Points de vue / Expos

La politique de l’architecture après la Covid-19 Publié le 12/10/2020

Nombreux sont ceux qui naturellement ont imaginé que l’architecture devait proposer ses… [...]

Si l’échec est un but, la transition écologique du BTP pourrait être un chef-d’œuvre Publié le 12/10/2020

Des conflits d’intérêts, Une « task force », Un rapport secret, Une… [...]

« Frémissements » : Susanna Fritscher au Centre Pompidou-Metz Publié le 25/08/2020

L’installation de Susanna Fritscher investit de ses fils blancs l’intérieur de l’un des … [...]

L’habitat collectif en zugzwang Publié le 25/08/2020

Le zugzwang est une situation du jeu d’échecs dans laquelle le joueur est contraint de jouer… [...]

Miroir grossissant Publié le 30/06/2020

Le confinement fut propice aux imaginaires du monde d’après. Avec le déconfinement, c’est… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
40   01 02 03 04
4105 06 07 08 09 10 11
4212 13 14 15 16 17 18
4319 20 21 22 23 24 25
4426 27 28 29 30 31  

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…