Choix de la librairie Archipel

Rédigé par Librairie ARCHIPEL
Publié le 09/12/2020

AV Monographs, n° 218-219, Kengo Kuma 2014-2019, Éditions Avisa

Article paru dans le d'A n°286

2G, n° 80, Fala Atelier, Éditions Walther König Books, 30 x 23 cm, 160 p., 39,95 euros.

AV Monographs, n° 218-219, Kengo Kuma 2014-2019, Éditions Avisa, 24 x 30 cm, 216 p., 69 euros.

El Croquis, n° 202, Bernardo Bader 2009-2019, Éditions El Croquis, 25 x 34 cm, 304 p., 90 euros.

La recherche architecturale. Repères, outils, analyses, Mathias Rollot, Éditions de l’Espérou, 19 x 12 cm, 327 p., 10 euros.

Critique de l’habitabilité, Mathias Rollot, Éditions Libre et solidaire, 13 cm x 21 cm, 225 p., 18,90 euros.

Le territoire du vivant, un manifeste biorégionaliste, Rollot Mathias, Éditions François Bourin, 14 x 20 cm, 248 p., 20 euros.

L’art d’habiter la terre, La vision biorégionale, de Kirkpatrick Sale, traduit de l’anglais par Mathias Rollot et Alice Weil, avant-propos de Mathias Rollot, Éditions Wildproject, 272 p., 22 euros.

Archipel Librairie propose toute l’année dans ses rayons, et nouvellement sur son site internet, les meilleures publications en architecture, urbanisme, paysage. Archipel confronte ainsi les pratiques, d’agence et de chantier, aux grands enjeux contemporains, qu’ils soient territoriaux, écologiques ou encore numériques. Retrouvez toutes nos chroniques sur Facebook et Instagram !

Discontinuité d’envergure et fragments d’architecture
Cette année, notre vécu de lecteur et de praticien fut bouleversé. Le temps perçu de manière sensiblement différente. Archipel Librairie veut se tourner dans cette sélection vers un format qui a pu retrouver ici toute sa pertinence : la revue.

Les « revues internationales de référence » ont su se réinventer, bravo ! Saluons leur renouvellement éditorial, leur ouverture à une diversité de créateurs et à des enjeux contemporains primordiaux, renouant avec l’audace des premiers numéros.

En témoignent les très réussis 2G, nouvelle formule, et notamment son n° 80 sur l’Atelier fala, jeune agence portugaise basée à Porto, qui se définit humblement et poétiquement « as a naïve architecture practice ». Aussi, le sublime AV Monographs n° 218-219 consacré à Kengo Kuma, avec une profusion et une explosion créative qui englobe toutes les échelles et s’étend sur tous les continents. Encore mieux… et oui, El Croquis ! La série se réinvente et fête son numéro 200 avec Studio Mumbai, en prenant un tournant bienvenu, au-delà des « Pritzker », avec un magnifique n° 202 sur Bernardo Bader !

Beau voyage, superbe moment entre la Copper House II, la résidence Ahmedabad, le Studio textile Ganga Maki jusqu’à des sommets de créativité, la chapelle Salgenreute, le cimetière islamique d’Altach et le jardin d’enfants Susi Weigel.

Discontinuité printemps/été et lectures héroïques
La revue, format habile et réactif, relate ainsi disruptivement les accès créatifs de nos contemporains, tandis que les essais fourmillent et réfléchissent une époque… qui se dérobe ! Tour à tour : grand divertissement, pause étourdie, épreuve intellectuelle, – plus de saisons – une longue discontinuité. Ainsi, prenons le large avec le protéiforme Mathias Rollot, dont on salue la vivacité critique, auteur d’une minutieuse Recherche architecturale pour étudiants, laborantins et arpenteurs des pôles R&D, et d’une revigorante Critique de l’habitabilité qui questionne anthropocentrisme, valorisation ambigüe et à l’envi de la nature, et invite à réinvestir nos « manières d’être en commun », ou à « décoloniser notre imaginaire », selon la formule empruntée à Serge Latouche. Enfin, Le territoire du vivant se présente également en parfaite introduction, grand pédagogue, à l’ouvrage fascinant de Kirkpatrick Sale, L’art d’habiter la terre : bassins-versants, aventures de l’homo sapiens, art d’habiter et art des communs…

Une avancée, au ralenti, pleine d’esprit, liane et fougère, entraves incessantes, plein les coudes, plein les pieds, l’auteur se présente en aventurier, lointain clairon ou fantassin à la torche, au fil de ces lectures d’un autre monde, d’un dernier élan, et ceci, en pleine torpeur : héroïque.

Les articles récents dans Livres

Mener l'enquête : Eyal Weizman, La vérité en ruine, Manifeste pour une architecture forensique Publié le 04/05/2021

Dès son premier ouvrage1, Eyal Weizman s’était attaché à décrire très précisément les… [...]

La sélection des livres de la rédaction Publié le 11/01/2021

» Histoire naturelle de l’architecture» Types courants de l’architecture mineure… [...]

Choix de la librairie Volume Publié le 09/12/2020

Histoire naturelle de l’architecture, Philippe Rahm, 15 x 22,5 cm, 312 p., Éditions du Pavillon… [...]

Choix de la librairie Mollat Publié le 09/12/2020

Los Angeles Standards, Caroline & Cyril Desroche, postface de Frank Gehry, Éditions Poursuite,… [...]

Choix de la librairie Imbernon Publié le 09/12/2020

Do you read me? Bookstores around the world, Marianne Julia Strauss, Gestalten, 21 x 26 cm, 272 p.,… [...]

Histoire naturelle de l’architecture Publié le 09/12/2020

Il y a exactement un an, d’a avait publié un numéro spécial avec l’architecte Philippe Rahm,… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Septembre 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
35  01 02 03 04 05
3606 07 08 09 10 11 12
3713 14 15 16 17 18 19
3820 21 22 23 24 25 26
3927 28 29 30    

> Questions pro

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…