Ciel artificiel : lumière biodynamique au Musée national romain

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 16/11/2011

Article paru dans le d'A n°204

Au-delà de la vision, la lumière joue un rôle fondamental dans la régulation du cycle veille-sommeil (cycle circadien). Elle déclenche, sous certaines conditions, la production d'hormones indispensables à l'équilibre biologique. À la fin des années quatre-vingt, la société iGuzzini a développé des appareils d'éclairage corrigeant les rythmes circadiens altérés par le travail nocturne ou les déplacements intercontinentaux. Peu diffusé dans le monde auquel il était destiné, le système vient de trouver un nouveau domaine d'application dans la muséographie. La vision n'est pas la seule fonction de l'œil. 


Parmi les récepteurs de la rétine, schématiquement décrits sous la forme de bâtonnets et de cônes, une partie sert aussi à la régulation de l'horloge biologique selon un cycle d'environ 24 heures, le cycle circadien (circa die = une heure). Stimulé par un certain type de lumière, l'organisme produit une série d'hormones – sérotonine, mélatonine – qui commandent le rythme veille-sommeil.

Selon les biologistes, le système circadien aurait gardé la mémoire des temps reculés où l'homme, encore chasseur-cueilleur, réglait son activité sur la lumière du jour. Ce système est particulièrement sensible aux lumières dites « froides » et à des températures de couleur élevées, correspondant à celles que l'on observe dans des ciels très bleus. Une autre de ses spécificités est sa faible réactivité : contrairement au système visuel, il a besoin de grandes quantités de lumière pour être stimulé. Ses temps de réaction se mesurent en minutes et non en fractions de seconde. Pour cette raison, il n'est pas sensible aux flashs lumineux pouvant survenir la nuit, lors d'un orage par exemple.


La vie moderne est très perturbante pour le système circadien : les horaires décalés, le travail de nuit, les voyages en avion sont autant de facteurs contribuant à son dérèglement. Le jet-lag, le seasonal affective disorder (SAD, un trouble de l'humeur) en sont des symptômes. Serait-il possible de les corriger en récréant la lumière circadienne ? En 1988, la société italienne iGuzzini a lancé, avec le laboratoire du Lighting Research Center du Renssealer Polytechnic Institute de Troy, un programme de recherche pour la mise au point d'un « système d'illumination variable et de régulation automatique » (Sivra) destiné aux lieux privés de lumière naturelle : sous-marins, laboratoires, espaces souterrains, capsules spatiales, postes de commande d'usines, etc.* Le Sivra était constitué d'un luminaire équipé de vingt-deux tubes fluorescents et d'un module de pilotage électronique commandant le déclenchement de quatre cycles lumineux. Des pics de lumière bloquaient la création de mélatonine, l'hormone qui déclenche le sommeil, aux moments où les employés avaient tendance à s'assoupir. On envisagea d'installer le Sivra dans les avions afin de diminuer les effets du jet-lag. Des problèmes juridiques et administratifs entraînèrent l'abandon de cette application.


Le système a été recyclé depuis dans les espaces où l'on souhaite obtenir un éclairage évoquant la lumière naturelle : boutiques, aéroports… L'évolution des systèmes de gestion automatiques des appareils d'éclairage facilite son emploi : un DMX ou un programme dédié manipulable par tous remplace le système informatique initial, qui tenait de l'usine à gaz.

Sivra a trouvé un nouveau domaine d'application dans la muséographie. L'architecte Stefano Cacciapaglia l'a utilisé pour la nouvelle scénographie des fresques de la villa della Farnesina, dont les fragments sont exposés au Musée national romain. Il n'est plus question de santé, mais de recréer les cycles de variation de la lumière du jour, afin de restituer les conditions originales de vision des fresques. En une centaine de secondes, la température de lumière passe de 2 700 K à 6 500 K. Les lampes – des tubes fluorescents – sont cachées derrière des toiles diffusantes en « os de seiche » recréant un ciel artificiel. S'il paraît ambitieux de réguler le cycle circadien par une projection lumineuse de quelques minutes, le système aura au moins le mérite de réveiller les visiteurs assoupis.


* Le développement de ce projet est rapporté dans More than vision, Editoriale Domus - iGuzzini, mars 2007.


Date du projet : 2010.

Maître d'ouvrage: Musée national romain du Palazzo Massimo alle Terme, Rome.

Maître d'œuvre: Stefano Cacciapaglia, Carlo Celia, avec Anna Marcucci et Marco Tondo. Consultant lumière : Carolina de Camillis, Riccardo Fibbi.

Fabricant: iGuzzini 


Crédits photos: Roberto Lucignani


> Autres produits dans la même catégorie

Sous-sols de paris: terres…

Est-il possible de réemployer les déblais…

La pampille de la marine

Face à la place de la Concorde, l’hôtel de la…

Innover avec la pierre

Au sein du collectif Studiolada, les architectes…

De l'âge de glace à…

Depuis dix ans, Karola Dierichs et Achim Menges…

Tissage de lin en façade…

Situé au 140, boulevard Clichy dans le 18e …

Super, Quercus suber, les…

D’abord et toujours utile pour boucher les…

Inventer la fraîcheur

En écho au concours « faire » et aux ambitions…

Accessibilité : en finir…

Dans le jargon professionnel, on les appelle les …

Quand la céramique…

Depuis 2010, Martin Bechthold dirige un atelier…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

Sous-sols de paris: terres d’avenir ? Publié le 14/05/2019

Est-il possible de réemployer les déblais générés par les chantiers du Grand Paris pour les… [...]

La pampille de la marine Publié le 08/04/2019

Face à la place de la Concorde, l’hôtel de la Marine fait actuellement l’objet d’une… [...]

Innover avec la pierre Publié le 01/03/2019

Au sein du collectif Studiolada, les architectes Christophe Aubertin et Benoît Sindt développent… [...]

De l'âge de glace à l'ère numérique Publié le 10/12/2018

Depuis dix ans, Karola Dierichs et Achim Menges dirigent un laboratoire de recherche fondamentale… [...]

Tissage de lin en façade du cinéma Wepler Publié le 02/11/2018

Situé au 140, boulevard Clichy dans le 18e arrondissement parisien, le cinéma Wepler a fait… [...]

Super, Quercus suber, les nouveaux usages du liège Publié le 01/10/2018

D’abord et toujours utile pour boucher les bouteilles de porto ou de Dom Pérignon, le … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
18  01 02 03 04 05
1906 07 08 09 10 11 12
2013 14 15 16 17 18 19
2120 21 22 23 24 25 26
2227 28 29 30 31   

> Questions pro

PPP annulé pour les écoles marseillaises

Entre novembre 2018 et février 2019, la justice a donné raison par deux fois à des instances régionales et nationales de l’Ordre des…

Conception-réalisation : le conseil de l’Ordre des architectes des Pays de la Loire veille

En novembre dernier, statuant sur le non-respect des procédures de la commande publique, trois arrêts de la cour administrative d’appel de…

Transmettre ou ne pas transmettre son agence

En société ou libéral, quelles sont les questions qu’un architecte doit se poser en matière de transmission ? Daniel Seddiki, expert-comptable…