Cinquante nuances de bleu : un vitrage dynamique pour filtrer la lumière solaire

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 02/05/2013

Le vitrage électrochrome

Article paru dans le d'A n°217

Le vitrage électrochrome développé par Sage propose une manière originale de moduler les apports de lumière solaire. Il intègre une couche micrométrique de céramique qui s'oxyde et se réduit à la demande, devenant plus ou moins sombre. Utilisé depuis dix ans sur des chantiers aux États-Unis, le SageGlass®, qui redonne une nouvelle noblesse à la vitre teintée, est maintenant disponible en Europe. Le contrôle des apports solaires, sujet incontournable concernant tout bâtiment énergétiquement efficient, a suscité plusieurs types de réponses architecturales.



Les deux solutions aujourd'hui les plus répandues sont le brise-soleil vertical ou le store, qui nécessite d'être protégé des vents par une façade rapportée appelée double peau. Le produit développé par Sage se propose de réaliser le contrôle solaire sans le secours de ces appendices, juste par un traitement particulier du verre. Le principe de fonctionnement du procédé se comprend aisément : une couche de céramique épaisse comme le 1/50e d'un cheveu, soit environ un micromètre, est déposée à la surface du verre. Sa présence est imperceptible et ne modifie pas la transparence du vitrage. Le passage d'un courant de 3 volts provoque l'oxydation du tungstène contenu dans la céramique, qui atteint le niveau d'obscurcissement souhaité quelques minutes après son déclenchement. L'inversion des polarités électriques entraîne la réduction de l'oxydation, ramenant la couche céramique à son état transparent. Ce système rappelle le Priva-Lite®, un verre transparent contenant des cristaux liquides sous tension, qui s'opacifie à la rupture du courant électrique. Mais il en diffère par la nature des matériaux utilisés et par le fait qu'il n'interrompt pas la vue vers l'extérieur.


L'obscurcissement contre le réchauffement
Commercialisé depuis plus de dix ans aux États-Unis, le produit commence à être mis en œuvre en Europe. Il est proposé pour tout type d'application : en tertiaire, dans les équipements ou en résidentiel. Il est possible de l'intégrer à des doubles ou triples vitrages jusqu'à une dimension maximale de 1,50 x 3,00 mètres. Le degré de filtrage est gradable. Selon l'obscurcissement, le verre laisse passer de 60 % jusque 2 % à peine du flux de lumière du jour. Il élimine une partie du rayonnement visible et du rayonnement infrarouge, responsable de l'échauffement thermique. Le réglage de l'obscurcissement peut s'effectuer manuellement ou à l'aide d'une GTB commandée par cellule photoélectrique. La division du vitrage en zones permet un réglage fin de la luminosité : jusqu'à trois niveaux d'opacification différents peuvent être obtenus sur un seul panneau vitré, grâce à un système d'adressage activant les courants électriques de façon différenciée. Son installation doit être pensée dès le début du projet si l'on veut en tirer le meilleur parti sur le plan de la consommation énergétique.
Le coût de ce système est-il prohibitif ? Non, si l'on en croit Julien Orillard, business manager chez Sage : « Si on fait le calcul en comparant le coût du Sageglass à celui d'un vitrage classique, le coût de la fenêtre est bien sûr plus élevé avec notre produit. Mais il faut calculer la plus-value en prenant en compte le coût global d'installation et d'entretien d'une façade à double peau », explique-t-il. Quant à la mise sous tension permanente du vitrage sous un courant de 3 volts, nécessaire au maintien de la transparence comme à l'activation de l'opacité, elle n'entraînerait pas de consommation électrique supérieure à celle des moteurs de stores. Et le fonctionnement d'une protection solaire par vitrage électrochrome reste totalement silencieux, contrairement à celui des stores. Sage affirme que sur certains chantiers américains, l'utilisation de ce vitrage a permis de remplacer la climatisation par une simple ventilation naturelle. Voilà qui augurerait un avenir radieux à ce produit mutant…


Fabricant : Sage Europe
Site web : http://www.sage.com/

> Photos

> Autres produits dans la même catégorie

À Croissy-Beaubourg, le…

Les autoconstructeurs et bâtisseurs de maisons…

Béton de chanvre :…

Lorsqu’ils conçoivent ce projet en 2015 pour…

Impression 3D : La…

Depuis la petite dizaine d’années que…

Réemploi in situ : Une…

Quand en 1992 l’agence SCAU remporte le…

De la tuile solaire à…

Après des décennies de développement, la…

Bétons immergés : des…

Le 21 septembre dernier, dans la rade de…

Des ailes pour…

Est-il révolu, le temps où il fallait, dans…

Rendez-vous en bauge…

Comparée au pisé ou aux adobes qui ont fait …

Design itératif : «…

La récente exposition consacrée à…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Le Grand Entretien
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

À Croissy-Beaubourg, le premier ERP en parpaing de chanvre Publié le 18/10/2021

Les autoconstructeurs et bâtisseurs de maisons écologiques sont porteurs d’innovation et de… [...]

Béton de chanvre : l’isolation comme acte d’architecture Publié le 03/09/2021

Lorsqu’ils conçoivent ce projet en 2015 pour Paris Habitat, les architectes Thibaut Barrault et… [...]

Impression 3D : La fabrication additive, toujours d'actualité ? Publié le 23/03/2021

Depuis la petite dizaine d’années que l’impression 3D fait des émules sur le marché… [...]

Réemploi in situ : Une façade en granite transformée en terrazzos Publié le 28/02/2021

Quand en 1992 l’agence SCAU remporte le concours pour la construction du siège de… [...]

De la tuile solaire à l'enveloppe du bâtiment : "Le moment est venu" Publié le 06/01/2021

Après des décennies de développement, la production d’énergie solaire est en train de faire… [...]

Bétons immergés : des infrastructures portuaires biomimétiques Publié le 09/11/2020

Le 21 septembre dernier, dans la rade de Cherbourg, on pouvait assister à l’immersion de… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
39    01 02 03
4004 05 06 07 08 09 10
4111 12 13 14 15 16 17
4218 19 20 21 22 23 24
4325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…