Collège Paul Éluard à Châtillon, réhabilitation et construction d'un gymnase

Rédigé par les architectes
Publié le 23/05/2019

Il a fêté ses 40 ans… Sans fanfare tant il ne correspond plus en matière de fonctionnement et d’aménagement, aux normes actuelles comme au référentiel départemental des collèges des Hauts-de-Seine. Mais en contrepartie, il prévoit de s’offrir pour sa prochaine décennie, et au-delà, de nouvelles lettres de noblesse. Une nouvelle identité même. Une identité qui, en osant creuser en sa partie médiane la « barre » de l’enseignement général, en réfutant les modénatures usuelles des années 70 - leurs panneaux préfabriqués de façades, leurs allèges de béton, leurs revêtements de mosaïque…- et en leur préférant les très actuelles cassettes d’aluminium tout à la fois revêtements parfaitement calepinés et protections d’un efficace système d’isolation par l’extérieur, devrait pouvoir inscrire l’équipement dans une « nouvelle modernité », revendiquée par le conseil général et imposée par une société en quête de « durabilité » et de qualités dites environnementales. C’est pour satisfaire ces quelques essentielles prérogatives, qu’il dessine une toute nouvelle composition. Une composition toutefois volontairement « classique » mais aux vibrations néanmoins résolument contemporaines. Une composition identitaire. Une composition de site d’abord, qui confirme le statut prédominant du bâtiment principal en fond de site. Statut révélé certes par son altimétrie naturelle à plus de 2 m au-dessus du niveau de l’accès principal, rue des Pierrettes, comme par sa centralité exacerbée avec la vaste esplanade qui se libère en son pied, mais aussi par sa mise en scène. Laquelle est "mise en tension" par la présence des deux bâtiments latéraux à rez-de-chaussée (Restauration et SEGPA). Laquelle est "mise en perspective" aussi, par la position du nouveau gymnase, qui étire son plus long côté en façade alignée sur rue et qui depuis celle-ci, semble faire coïncider ses grandes horizontales (sa lignée de colonnade et son attique) avec celles du bâtiment principal… Une composition de site qui positionne également l’ensemble de ses bâtiments restructurés et créés de façon à dessiner un « cloître », à cerner un espace extérieur central, qu’il délimite par une galerie couverte. C’est d’ailleurs cette galerie-ci qui fait office de préau, qui cumule les quelque 600 m² requis par le programme, qui facilite les déplacements.


Une composition de bâtiment ensuite, qui détermine pour l’ensemble des bâtiments réhabilités ou créés une nouvelle mesure, une nouvelle trame verticale – pour une enveloppe isolant le bâtiment par l’extérieur – qui se répercute de pied en tête et se matérialisé par un long « fil d’or » toute hauteur. Et qui, plus spécifiquement pour le bâtiment principal, réussit à identifier sans aucune ambiguïté, un pied, un corps et une tête… Le « pied » ou socle identifie le rez-de-chaussée. Il installe une pierre Terra Negra, massive et résistante aux chocs et autres dégradations. Il est souligné par la galerie du cloître faisant office de casquette protectrice.


Le « corps », quant à lui surligné par une deuxième casquette, réunit deux niveaux d’hier. Il en modifie la perception jusqu’à la dissoudre totalement, puisqu’il étire devant les vitrages et allèges (par ailleurs revêtues de cassettes d’aluminium de couleur également apparentée à la « Terra Negra » de la précédente pierre), une seconde peau de protection solaire. Une peau qui aligne de grands panneaux de métal déployé et aux accents colorés et oscillants entre les effets « champagne » et « or »… Un accent qui renforce l’écriture classique de la composition ici souhaitée et qui énnonce tout en délicatesse que l’ornementation n’est pas totalement à bannir de la modernité. L’alignement obtenu est rythmé par des panneaux fixes de 90 cm de large et de 5,10 m de haut, distant les uns des autres de 90 cm et entre lesquels se glissent des panneaux mobiles, déclinés en deux tronçons – un par niveau – de façon à en « assouplir » la manutention. Lesdits panneaux satisfaisant un simple principe de coulissant actionné au choix, de façon manuelle ou électrique… avec une gestion également au choix, par niveau, par classe ou même par volet… La tête du bâtiment enfin, également surlignée… par une troisième casquette qui séquence l’horizontalité sans chercher à assumer le rôle de fil de vie (pour l’entretien des toitures/terrasses), se contente d’envelopper le dernier niveau. Elle s’habille également de cassettes dont elle marque plus particulièrement les proportions verticales, grâce au « fil d’or » qui les délimite et cadre les ouvrants…


Une composition tripartite donc qui bénéficie par ailleurs de l’effet de scission suggéré par le programme, adopté avec enthousiasme et se traduisant par la création d’une faille… Laquelle creuse seulement et pour moitié de leur surface, les deux derniers niveaux, sans se résoudre à supprimer une partie équivalente de la toiture du dernier niveau, mais en installant en contrepartie une verrière en position intermédiaire (au niveau du plancher du R+2) et en couverture du hall (ouvert quant à lui sur deux niveaux).


Une composition qui se décline sur les trois autres façades, même si celles-ci abandonnent, en toute logique, leurs prérogatives de protections solaires, en supprimant les larges casquettes comme la double peau de métal déployé. Le corps conservant son effet ruban d’or en modifiant juste la couleur de ses cassettes…


Une composition de bâtiment qui, si elle ne se décline pas sur les deux bâtiments à rez-de-chaussée, trouve néanmoins une juste adaptation pour le gymnase. Avec un socle de béton réduit qui lui permet juste d’adapter son terrain de jeux à celui du sol présentant ici une déclivité de quelque 90 cm. Avec un corps de colonnade qui superpose à 1,30 m de distance, une première peau intercalant pilastres en béton et lames de verre, et une seconde intercalant au droit de chaque pilastre un vide et au droit de chaque lame de verre une lame de métal déployé – et en toute cohérence conceptuelle, une lame d’or… L’inversion des vides et transparences ayant été dictée par la volonté de mettre à distance les regards des éventuels passants sur les collégiens en activité sportive. Avec enfin un attique identifiant la rangée de logements venant coiffer le gymnase. Laquelle s’écarte de la façade de façon à dérouler une coursive de distribution (protégée par une casquette/débord de toiture) associée dans son épaisseur à un seuil privatisé intégrant pour chaque logement un cellier qui met à distance « l’habiter » du « passage ».



Maîtres d'ouvrages : Département des Hauts-de-Seine
Maîtres d'oeuvres : Fabienne Bulle (architecte mandataire), SIBAT (BET TCE,économie, environnement), J.P.Lamoureux (acoustique)
Surface SHON : 9 450 m²
Coût : 21 470 000 € HT
Date de livraison : 2018

Collège<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Gymnase<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Entrée principale<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Coursive<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Façade du collège<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Façade du collège<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Détail de façade<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Hall du collège<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Vue sur la distribution<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Vue intérieure<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Une classe<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Le CDI<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Le gymnase<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Le gymnase<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Vue intérieure, gymnase <br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Vue intérieure, gymnase <br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Mur d'escalade, gymnase<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Salle de gym<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Coursive, logements<br/> Crédit photo : ABBADIE  Hervé Plan masse<br/> Crédit photo : dr - Plan RDC<br/> Crédit photo : dr - Coupes<br/> Crédit photo : dr - Façades<br/> Crédit photo : dr - Le collège avant réhabilitation

VOIR ÉGALEMENT

>> Publiés par d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Choix de darchitectures.com

Théâtre d'Évreux (27) Publié le 10/12/2020

Maîtres d'ouvrages : Ville d’EvreuxMaîtres d'œuvres :  OPUS 5 Architectes … [...]

51 Logements et 1 local tertiaire, Charleville-Mézières (08) Publié le 08/12/2020

Maîtres d'ouvrages : Habitat 08Maîtres d'œuvres : ateliergadbois , Cabinet… [...]

Logements boulevard Ney Publié le 07/12/2020

Maîtres d'ouvrages : CDC Habitat Maîtres d'oeuvres : ITAREntreprises : Oriane du Chéné Sibat… [...]

Restaurant universitaire Diderot Saint-Martin d’Hères (38) Publié le 07/12/2020

Maîtres d'ouvrages : Crous Grenoble Rhône-AlpesMaîtres d'oeuvres : CHAPUIS ROYER ARCHITECTURES … [...]

Pavillon Loenen : Un havre de commémoration sereine en pleine nature Publié le 02/12/2020

Maîtres d'ouvrages : The Netherlands War Graves Foundation , La Haye… [...]

Deux tours à La Chapelle International Publié le 02/12/2020

Maîtres d'ouvrages : SogepromMaîtres d'oeuvres : Tour E1 : Brenac & Gonzalez &… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
53    01 02 03
0104 05 06 07 08 09 10
0211 12 13 14 15 16 17
0318 19 20 21 22 23 24
0425 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…