Comme si les modernes n’existaient pas… Entretien avec Terunobu Fujimori

Rédigé par Hiromi MATSUGI et Achille RACINE .
Publié le 15/11/2019

Article paru dans le d'A n°276

L’architecture moderne, il la connaît sans doute mieux que quiconque. À la fois historien et architecte, Terunobu Fujimori est une figure absolument incontournable de la scène architecturale japonaise, dont les investigations sur l’architecture commerciale et banale ont inspiré la jeune génération comme l’atelier Bow-Wow. Pourtant, comme s’il avait été immunisé par ses recherches universitaires, il va produire à partir de l’âge de 44 ans une série de constructions étonnantes et naïves qui interrogent – et agacent – par la liberté qu’elles prennent avec à peu près tout ce qui s’est fait au cours du XXe siècle. L’architecte, que nous sommes allés interviewer dans sa ville natale de Chino, se révèle aussi déroutant et stimulant que son architecture. Peu enclin à théoriser sa pratique, qu’il juge difficilement reproductible, il semble assez peu intéressé par l’écologie ou du moins par ceux qui s’en revendiquent, et rappelle avec malice à celui qui chercherait chez lui un engagement politique combien ceux des architectes modernes (Le Corbusier et plus encore Tange, dont il fut le seul biographe autorisé) ont été fluctuants. Auréolé des branchages qui s’échappent du fauteuil dans lequel il nous répond, Fujimori s’enthousiasme en revanche lorsqu’il évoque le premier style international – le seul qui l’intéresse en tant que concepteur –, celui des hommes du Néolithique…

D’A : Votre premier bâtiment est un petit musée pour lequel vous avez dessiné des murs épais et rudimentaires, des intérieurs confinés, convaincu que l’architecture « transparente et cristalline » ne convenait pas…

Il était difficile pour moi de trouver une architecture qui s’accorde avec les objets de la collection du musée Jinchokan, qui remontent littéralement à la nuit des temps, tout en satisfaisant aux préoccupations muséales contemporaines. La solution, je l’ai trouvée dans un texte de Takamasa Yoshizaka, un disciple de Le Corbusier, qui racontait son émotion devant la simplicité de l’architecture mongole faite de murs de boue et d’un seul pilier, pour ne pas dire un bâton, une simple étoffe pour cacher l’entrée (...)

Les articles récents dans Points de vue / Expos

Charlotte Perriand : artiste capitale du XXIe siècle Publié le 13/12/2019

La Fondation Louis-Vuitton se félicite de consacrer, pour la première fois depuis son ouverture,… [...]

Retour vers le futur : Entretien avec Philippe Rahm Publié le 13/12/2019

Reconnu pour ses travaux sur l’architecture climatique, à travers installations, projets… [...]

Marie-Luce Nadal, graines d’atmosphères Publié le 13/12/2019

Cette artiste travaille sur une ligne de crête entre deux versants, l’un scientifique,… [...]

Combats singuliers, Entretien avec Paulo Mendes da Rocha Publié le 08/10/2019

J’ai rendez-vous à São Paulo avec une proche de Paulo Mendes da Rocha pour visiter… [...]

« J’ai toujours eu de La chance » Entretien avec Henry Ciriani Publié le 05/09/2019

J’ai rendez-vous dans un café de la rue Pascal avec Henri Ciriani, qui m’attend patiemment.… [...]

« Os Ossos da Arquitetura » : montrer ses os, pas ses muscles Publié le 05/09/2019

En invitant sept jeunes équipes d’architectes et d’ingénieurs à confronter leurs… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
01  01 02 03 04 05
0206 07 08 09 10 11 12
0313 14 15 16 17 18 19
0420 21 22 23 24 25 26
0527 28 29 30 31   

> Questions pro

Assistance à maîtrise d’ouvrage : l’hypertrophie des équipes est-elle nécessaire ?

Assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO), maître d’ouvrage délégué (MOD), bataillon de conseillers…, la maîtrise d’ouvrage s’évertue …

Îlot Say, le droit d’auteur l’emporte

Le droit d’auteur des architectes et des artistes étant souvent bafoué*, l’ordonnance de référé rendue le 10 mai 2019 par le tribunal de…

PPP annulé pour les écoles marseillaises

Entre novembre 2018 et février 2019, la justice a donné raison par deux fois à des instances régionales et nationales de l’Ordre des…