Comment gérer la succession d’une agence lorsqu’un architecte décède ?

Rédigé par Christine DESMOULINS
Publié le 27/02/2014

Article paru dans d'A n°224

Quel que soit son statut, la disparition brutale d'un architecte en activité est toujours une situation dramatique. Surtout lorsque s'ajoute l'urgence des décisions de gestion à prendre par des ayants droit plus ou moins bien informés de l'activité de l'agence. Pour tenter d'y voir plus clair, nous avons interrogé François Faucher, juriste au Cnoa, et Alain Mazet, ancien associé de Claude Vasconi. Aujourd'hui économiste, ce dernier avait contribué à gérer la succession des agences de Claude Vasconi et de Christian Hauvette.

DA : La disparition d'un architecte est une situation douloureuse et difficile à gérer dans l'urgence.


François Faucher : C'est d'autant plus délicat quand les ayants droit sont mal informés de l'activité de l'architecte décédé et qu'ils doivent gérer plusieurs types d'urgences avec lesquelles ils ne sont pas familiarisés : la gestion administrative et financière, la gestion du personnel, la gestion des contrats en cours, la gestion des assurances.

Ils doivent très vite recenser les contrats en cours et prendre attache avec le ou les assureurs couvrant les risques professionnels (dommages causés ou dommages subis), afin de prendre connaissance des conditions du maintien des garanties. En matière d'assurance, le décès n'a aucune incidence sur la mise en jeu des responsabilités professionnelles. Les garanties de l'architecte sont maintenues et en cas de survenance d'un sinistre, les ayants droit doivent prendre contact avec l'assureur, comme le ferait tout architecte en activité et collaborer avec l'assureur à la défense des intérêts de l'architecte décédé. La conservation des archives a ici un rôle essentiel.


Lisez la suite de cet article dans : N° 224 - Mars 2014

Les articles récents dans Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ? Publié le 19/10/2022

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marq… [...]

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain Publié le 05/09/2022

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la… [...]

Détruire ou non ? Publié le 28/03/2022

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent ré… [...]

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA Publié le 25/02/2022

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obére… [...]

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot. Publié le 09/12/2021

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spéci… [...]

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ? Publié le 18/10/2021

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en auto… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
05  01 02 03 04 05
0606 07 08 09 10 11 12
0713 14 15 16 17 18 19
0820 21 22 23 24 25 26
0927 28      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…