Comment mourir en beauté ?

Rédigé par XIRAL
Publié le 11/10/2023

Article paru dans d'A n°311

Pour nos proches ou nous-même, nous sommes confrontés lors des rites funéraires à un environnement esthétique que nous maîtrisons peu. Nous sommes rarement préparés mais, surtout, c’est la puissance du lobby funéraire qui dicte ses choix. C’est sur catalogue que ces derniers se font, par l’intermédiaire d’un conseiller funéraire endossant la veste du conseiller commercial. L’offre y est standardisée à des prix prohibitifs et il est difficile d’échapper au kitsch funèbre qu’imposent les professionnels – même si certains surfent sur la vague écolo avec des cercueils en carton, des urnes en papier mâché, en sable ou en maïs, qui ressemblent à des Tetra Pak. Peu de designers se sont emparés du sujet. Le tabou est-il encore trop fort ? Ou les contraintes législatives sont-elles infranchissables ? Voici quelques propositions, plus ou moins récentes, qui questionnent notre rapport à la mort et repensent les objets funéraires en imaginant de nouveaux rites et cimetières plus respectueux pour le défunt, la famille et notre environnement.
MOMTOMB
L’artiste Wolfgang Natlacen crée en 2010 le monument funéraire Momtomb, une « tombe pique-nique » dédiée à sa mère, toujours vivante. La sépulture installée au cimetière de Mons-en-Montois, en Seine-et-Marne, accueille amis et famille pour des déjeuners festifs. L’artiste souhaite rendre ce lieu de recueillement plus vivant, comme cela est pratiqué dans d’autres cultures.
 
CÆLUM
Le designer franco-colombien Felipe Ribon interroge les terrains de l’inconscient et de l’impalpable. À l’occasion d’une carte blanche au musée des Arts décoratifs et du Design de Bordeaux en 2015, le designer dévoile sa collection « æ – objets médiums », une série d’objets destinés à la prise de contact avec l’au-delà. La série d’urnes funéraires Cælum est pensée comme une architecture, la dernière demeure du défunt. L’urne est fabriquée en marbre de Carrare, à partir d’une forme géométrique simple, qui se répète en tournant sur elle-même à 360°. L’effet de torsade crée un mouvement d’élan ascendant perpétuel, symbolisant le passage entre la vie et la mort. La collection extrêmement simple est pensée pour une production industrielle, déclinée en cinq figures géométriques pures, du cercle au pentagone puisque chaque forme génère une torsade différente. Dimensions : Ø 200 x 360 mm.
 
KUNOKAIKU
La photographe et designer américaine Marianna Jamadi constate à la mort de ses parents qu’il existe peu d’alternatives dans le choix des urnes funéraires à conserver chez soi. S’inspirant des cultes funéraires indien et balinais, pays où elle a voyagé, elle imagine « des urnes qui s’intègrent parfaitement à la vie », pour devenir des objets domestiques du quotidien. Sortie fin 2022, cette collection intitulée Kunokaiku, qui signifie en indonésien « ancien » et en finlandais « écho », est fabriquée en grès par l’atelier mexicain studio Menat. L’urne se compose de modules à empiler, le contenant du bas accueillant les cendres. Déclinée en trois tailles, l’urne forme un vase, un bougeoir, un objet sculptural ou une boîte à souvenirs avec laquelle on interagit : elle devient un objet auquel on porte attention.
 

> Photos

> Autres produits dans la même catégorie

[TRAVAILLER] Le monde du b…

Pour ses nouveaux espaces de bureaux à la carte …

[TRAVAILLER] Google à New…

Surélévation d’un terminal des années 1930, …

[MOBILIER DE BUREAU] Comme…

Alors que le monde du travail nécessite des amé…

Back to Milan

Le Fuorisalone et le Salone del Mobile se tenaien…

FULL MÉTAL

Les métaux argentés que sont l’acier inox et …

Une quête d’essentiel -…

Dans le cadre du nouveau cycle d’expositions «&…

Le Campus MaNa, un lieu de…

Inauguré en avril dernier, Campus MaNa est un li…

RETOURNONS DANS LES BOIS

« La pensée sauvage » du philosophe et anthropo…

Le design situé de Nicola…

Diplômé en 2017 de l’École nationale supérie…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Point de vue / Expo / Hommage
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Le Grand Entretien
>> Innovations
>> Produits utiles
>> Questions pro
>> Razzle Dazzle by Mehdi Zannad
>> Techniques

Les articles récents dans D’A Lab - Design

[TRAVAILLER] Le monde du bureau en impression 3D Publié le 03/06/2024

Pour ses nouveaux espaces de bureaux à la carte à Louvain-la-Neuve, en Belgique, Silversquare a s… [...]

[TRAVAILLER] Google à New York, l’entreprise et la ville Publié le 03/06/2024

Surélévation d’un terminal des années 1930, cette opération montre qu’une entreprise a le … [...]

[MOBILIER DE BUREAU] Comment survivre à la flexibilité? Publié le 03/06/2024

Alors que le monde du travail nécessite des aménagements de bureaux de plus en plus flexibles, la… [...]

Back to Milan Publié le 02/06/2024

Le Fuorisalone et le Salone del Mobile se tenaient à Milan du 16 au 21 avril 2024. L’évén… [...]

FULL MÉTAL Publié le 29/04/2024

Les métaux argentés que sont l’acier inox et l’aluminium, matière phare avant-gardiste des a… [...]

Une quête d’essentiel - Guillaume Bloget à la Cité du design de Saint-Étienne Publié le 01/04/2024

Dans le cadre du nouveau cycle d’expositions « Présent<>Futur » de la Cité du… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
22     01 02
2303 04 05 06 07 08 09
2410 11 12 13 14 15 16
2517 18 19 20 21 22 23
2624 25 26 27 28 29 30

> Questions pro

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…