Comment recycler les déchets du second oeuvre des chantiers ?

Rédigé par Anne CHAPERON
Publié le 08/09/2016

Article paru dans le d'A n°248

Sous les bons auspices de Récylum, le projet Démoclès a passé 19 chantiers au peigne fin pour identifier les freins au développement du recyclage des déchets du second œuvre.
En 2005, quatre industriels (General Electric, Havells-Sylvania, Osram et Philips) créent Récylum afin de promouvoir le recyclage des sources lumineuses. Cet éco-organisme implique les  producteurs en amont, dans le financement de la filière ; leur engagement représente un coût de 15 centimes par lampe commercialisée. En 2007, 372 producteurs se lançaient dans la bataille ; aujourd’hui, ils sont 1 414.

À en croire la progression du volume de la collecte, l’initiative a su convaincre : de 460 tonnes de lampes collectées en 2007, Récylum est passé à 4764 tonnes en 2016. À l’heure actuelle, 67 % des Français déclarent recycler leurs lampes.

L’action de Récylum ne se limite pas aux particuliers ; l’organisme s’est rapidement positionné auprès des professionnels. À l’issue de premiers tests effectués sur des chantiers privés en 2009, ses partenariats avec les entreprises de démolition/réhabilitation se multiplient. En 2012, il reçoit un agrément pour les équipements électriques et électroniques professionnels (DEEE Pro) du bâtiment, de l’industrie et du médical.


Démoclès : les acteurs sunissent pour faire grimper les taux

Les objectifs définis par la Commission européenne à l’horizon 2020 sont ambitieux : le taux de collecte des lampes est fixé à 65 %, celui des DEEE Pro entre 25 et 40 %. Pour Vanessa Montagne, directrice partenariats et développement de Récylum, atteindre ces taux implique de faire œuvre collective en étendant le champ d’action au-delà des industries de l’éclairage. C’est là une des raisons d’être du projet Démoclès, lancé en novembre 2014, et dont la coordination est assurée par Récylum. Financé à 50 % par l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), ce projet est une démarche collaborative réunissant huit organismes1 pour faire progresser le recyclage des éléments de second œuvre lors des chantiers de démolition/réhabilitation, de la maîtrise d’ouvrage aux filières de valorisation.

En guise d’introduction, 19 chantiers furent mis à l’étude en Île-de-France et en région Rhône-Alpes, dont six ont fait l’objet de mesures. La quantité et la qualité des déchets du second œuvre ont ainsi pu être évaluées in situ.


Vers une organisation écoresponsable des chantiers ?

Le projet Démoclès a permis d’identifier plusieurs freins au développement de la filière, en amont comme en aval ; quatre groupes de travail ont élaboré des recommandations concrètes et opérationnelles. Laurent Château, référent national déchets BTP, nous en a livré quelques-unes.

D’une manière générale, la maîtrise d’ouvrage s’implique peu dans la question du traitement des déchets, dont elle reporte la responsabilité sur l’entreprise. Pendant les études préalables, un diagnostic déchets spécifique à chaque lot pourrait être mené par la maîtrise d’ouvrage, consigné dans le schéma d’organisation et de l’élimination des déchets de chantier (SOGED) et transmis au maître d’œuvre qui assurerait un suivi tout au long du chantier.

Aujourd’hui, la gestion des déchets est considérée comme une charge commune du chantier, au même titre que le gardiennage, et ne fait pas l’objet d’un chiffrage spécifique. Il est nécessaire de faire exister ce coût. Il pourrait ainsi sortir du compte prorata (qui concerne les dépenses communes du chantier) pour intégrer la DPGF (décomposition du prix global et forfaitaire). Ainsi, un compte interentreprise spécifique serait mis en place, autorisant une répartition financière équitable selon la production de chaque lot.

Plusieurs professionnels se sont déjà mobilisés pour mettre en place une dépose sélective, dissociant les flux sans que cela n’implique de surcoût. En effet, mélangés dans la même benne, les déchets se contaminent mutuellement, nuisant à la qualité de la matière à recycler. En aval, les gestionnaires de l’enlèvement des déchets et de leur acheminement vers les centres de tri doivent encore s’organiser.

Enfin, si la loi sur la transition énergétique de 2015 condamne les pratiques discriminatoires à l’encontre des matériaux de récupération, d’autres freins réglementaires devront être combattus pour développer leur réemploi dans les constructions neuves. Un défi dont on souhaite qu’il rassemble un nombre croissant de concepteurs.

> Autres produits dans la même catégorie

L’UHPS : un composite…

Vous connaissez l’UHPC – le béton fibré…

Questionner la massivité…

« Comment exprimer la massivité du…

Du mur renard au mur…

Depuis 2014, les architectes de l’agence Vous…

HCL : le pouvoir…

1Les premiers développements de la LED étaient…

Céramiques en haute…

Chaque année en septembre, le Cersaie de Bologne…

Drones et robots à la…

Des architectes et ingénieurs danois ont…

La filière bois invente…

Flexibilité, modularité, réversibilité : ces…

La nouvelle mécanique des…

Non seulement concentrés sur l’ergonomie et le…

Sous-sols de paris: terres…

Est-il possible de réemployer les déblais…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Le Grand Entretien
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

L’UHPS : un composite pierre révolutionnaire Publié le 04/05/2020

Vous connaissez l’UHPC – le béton fibré haute performance ? Découvrez l’Ultra… [...]

Questionner la massivité du bois Publié le 03/04/2020

« Comment exprimer la massivité du bois » ? L’architecte Boris Bouchet s’est… [...]

Du mur renard au mur miroir Publié le 03/03/2020

Depuis 2014, les architectes de l’agence Vous Êtes Ici accompagnent le groupe Barrière dans… [...]

HCL : le pouvoir insoupçonné de la LED Publié le 11/12/2019

1Les premiers développements de la LED étaient étroitement liés aux économies d’énergie.… [...]

Céramiques en haute définition - Les innovations du Cersaie de Bologne Publié le 18/11/2019

Chaque année en septembre, le Cersaie de Bologne réunit le meilleur de la production de… [...]

Drones et robots à la rescousse de la planète Publié le 04/10/2019

Des architectes et ingénieurs danois ont développé un programme nommé Break the Grid.… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
18    01 02 03
1904 05 06 07 08 09 10
2011 12 13 14 15 16 17
2118 19 20 21 22 23 24
2225 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

L’architecte face au confinement

Agences vides, gestion d’affaires par visioconférence, chômage partiel, télétravail… Les problèmes sanitaires posés par l’épidémie de…

Retraite, les questions en jeu

Face à l’opposition suscitée par la réforme des retraites, que ce soit dans la rue ou à l’Assemblée nationale où le projet de loi a…

Deux opportunités d’aide à la recherche

Face aux difficultés du métier d’architecte, une aide à la recherche est toujours une opportunité idéale pour orienter, confirmer ou même…