Comment recycler les déchets du second oeuvre des chantiers ?

Rédigé par Anne CHAPERON
Publié le 08/09/2016

Article paru dans le d'A n°248

Sous les bons auspices de Récylum, le projet Démoclès a passé 19 chantiers au peigne fin pour identifier les freins au développement du recyclage des déchets du second œuvre.
En 2005, quatre industriels (General Electric, Havells-Sylvania, Osram et Philips) créent Récylum afin de promouvoir le recyclage des sources lumineuses. Cet éco-organisme implique les  producteurs en amont, dans le financement de la filière ; leur engagement représente un coût de 15 centimes par lampe commercialisée. En 2007, 372 producteurs se lançaient dans la bataille ; aujourd’hui, ils sont 1 414.

À en croire la progression du volume de la collecte, l’initiative a su convaincre : de 460 tonnes de lampes collectées en 2007, Récylum est passé à 4764 tonnes en 2016. À l’heure actuelle, 67 % des Français déclarent recycler leurs lampes.

L’action de Récylum ne se limite pas aux particuliers ; l’organisme s’est rapidement positionné auprès des professionnels. À l’issue de premiers tests effectués sur des chantiers privés en 2009, ses partenariats avec les entreprises de démolition/réhabilitation se multiplient. En 2012, il reçoit un agrément pour les équipements électriques et électroniques professionnels (DEEE Pro) du bâtiment, de l’industrie et du médical.


Démoclès : les acteurs sunissent pour faire grimper les taux

Les objectifs définis par la Commission européenne à l’horizon 2020 sont ambitieux : le taux de collecte des lampes est fixé à 65 %, celui des DEEE Pro entre 25 et 40 %. Pour Vanessa Montagne, directrice partenariats et développement de Récylum, atteindre ces taux implique de faire œuvre collective en étendant le champ d’action au-delà des industries de l’éclairage. C’est là une des raisons d’être du projet Démoclès, lancé en novembre 2014, et dont la coordination est assurée par Récylum. Financé à 50 % par l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), ce projet est une démarche collaborative réunissant huit organismes1 pour faire progresser le recyclage des éléments de second œuvre lors des chantiers de démolition/réhabilitation, de la maîtrise d’ouvrage aux filières de valorisation.

En guise d’introduction, 19 chantiers furent mis à l’étude en Île-de-France et en région Rhône-Alpes, dont six ont fait l’objet de mesures. La quantité et la qualité des déchets du second œuvre ont ainsi pu être évaluées in situ.


Vers une organisation écoresponsable des chantiers ?

Le projet Démoclès a permis d’identifier plusieurs freins au développement de la filière, en amont comme en aval ; quatre groupes de travail ont élaboré des recommandations concrètes et opérationnelles. Laurent Château, référent national déchets BTP, nous en a livré quelques-unes.

D’une manière générale, la maîtrise d’ouvrage s’implique peu dans la question du traitement des déchets, dont elle reporte la responsabilité sur l’entreprise. Pendant les études préalables, un diagnostic déchets spécifique à chaque lot pourrait être mené par la maîtrise d’ouvrage, consigné dans le schéma d’organisation et de l’élimination des déchets de chantier (SOGED) et transmis au maître d’œuvre qui assurerait un suivi tout au long du chantier.

Aujourd’hui, la gestion des déchets est considérée comme une charge commune du chantier, au même titre que le gardiennage, et ne fait pas l’objet d’un chiffrage spécifique. Il est nécessaire de faire exister ce coût. Il pourrait ainsi sortir du compte prorata (qui concerne les dépenses communes du chantier) pour intégrer la DPGF (décomposition du prix global et forfaitaire). Ainsi, un compte interentreprise spécifique serait mis en place, autorisant une répartition financière équitable selon la production de chaque lot.

Plusieurs professionnels se sont déjà mobilisés pour mettre en place une dépose sélective, dissociant les flux sans que cela n’implique de surcoût. En effet, mélangés dans la même benne, les déchets se contaminent mutuellement, nuisant à la qualité de la matière à recycler. En aval, les gestionnaires de l’enlèvement des déchets et de leur acheminement vers les centres de tri doivent encore s’organiser.

Enfin, si la loi sur la transition énergétique de 2015 condamne les pratiques discriminatoires à l’encontre des matériaux de récupération, d’autres freins réglementaires devront être combattus pour développer leur réemploi dans les constructions neuves. Un défi dont on souhaite qu’il rassemble un nombre croissant de concepteurs.

> Photos

> Autres produits dans la même catégorie

Impression 3D : La…

Depuis la petite dizaine d’années que…

Réemploi in situ : Une…

Quand en 1992 l’agence SCAU remporte le…

De la tuile solaire à…

Après des décennies de développement, la…

Bétons immergés : des…

Le 21 septembre dernier, dans la rade de…

Des ailes pour…

Est-il révolu, le temps où il fallait, dans…

Rendez-vous en bauge…

Comparée au pisé ou aux adobes qui ont fait …

Design itératif : «…

La récente exposition consacrée à…

L’UHPS : un composite…

Vous connaissez l’UHPC – le béton fibré…

Questionner la massivité…

« Comment exprimer la massivité du…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Le Grand Entretien
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

Impression 3D : La fabrication additive, toujours d'actualité ? Publié le 23/03/2021

Depuis la petite dizaine d’années que l’impression 3D fait des émules sur le marché… [...]

Réemploi in situ : Une façade en granite transformée en terrazzos Publié le 28/02/2021

Quand en 1992 l’agence SCAU remporte le concours pour la construction du siège de… [...]

De la tuile solaire à l'enveloppe du bâtiment : "Le moment est venu" Publié le 06/01/2021

Après des décennies de développement, la production d’énergie solaire est en train de faire… [...]

Bétons immergés : des infrastructures portuaires biomimétiques Publié le 09/11/2020

Le 21 septembre dernier, dans la rade de Cherbourg, on pouvait assister à l’immersion de… [...]

Des ailes pour Roland-Garros Publié le 12/10/2020

Est-il révolu, le temps où il fallait, dans la précipitation, dérouler une bâche pour… [...]

Rendez-vous en bauge optimisée Publié le 26/08/2020

Comparée au pisé ou aux adobes qui ont fait l’objet de nombreuses recherches et… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
22 01 02 03 04 05 06
2307 08 09 10 11 12 13
2414 15 16 17 18 19 20
2521 22 23 24 25 26 27
2628 29 30     

> Questions pro

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en…

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité architecturale du logement social. Pour la première fois ce…