Construction terre : touchée ou coulée ?

Rédigé par Benoit JOLY
Publié le 08/06/2017

Dalle en terre coulée pour un projet d’habitation, par le Collectif d’architecture participative et écologique (CArPe).

Article paru dans le d'A n°255

Adapter la technique du béton coulé à la terre crue, tel est le voeu formulé depuis quelques années par un réseau de professionnels engagés afin de trouver des vrais débouchés économiques et viables pour la filière. Nous avons fait le point sur les évolutions possibles de mise en oeuvre et de transformation du matériau terre avec Martin Pointet, du bureau d’études BE Terre. La construction en terre n’a pas dit son dernier mot.  

 

D’a: Est-ce que vous pouvez nous rappeler en quoi consistent la technique de la terre coulée et ses avantages supposés ? 

 

Martin Pointet : Nous sommes partis de la volonté d’utiliser la technique du béton coulé afin de baisser les coûts de production. Par exemple, pour faire des murs porteurs massifs en terre crue, on est plutôt autour des 450 à 650 euros du mètre carré, contre 100 à 150 euros pour des voiles béton. Un surcoût essentiellement dû au temps de main-d’oeuvre, même si cette différence est à nuancer, car le ciment est une industrie relativement subventionnée. Il y a aussi une volonté de faciliter le travail, la terre étant une technique de construction exigeant beaucoup de main-d’oeuvre avec une certaine pénibilité. Par exemple, le pisé exige un compactage assez physique. En reprenant les techniques du béton – des coffrages étanches, des mélanges livrés en camion toupie –, on opère un transfert et on s’appuie sur des compétences existantes. 

 

On compte seulement cinq réalisations en terre coulée en France. D’où viennent les blocages ? 

 

Il n’y a pas de réelle filière et les techniques ne sont pas normalisées. Quand on construit en béton, il suffit d’appeler la centrale, de se faire livrer 10 m3 et le tour est joué. Avant de se faire livrer l’équivalent en terre coulée, il faut compter toute une phase en amont d’analyse de la terre, de préparation du matériau, de tests. La reformulation d’une terre peut exiger deux à quatre mois d’études, un délai qui peut être dû aux blocages formulés par les bureaux de contrôle.  

 

Que sont devenues toutes les initiatives lancées par CRAterre il y a quelques années autour de ces questions* ? 

 

La recherche a débouché sur un produit un peu bâtard : un béton d’argile coulé stabilisé avec 3 à 10 % de ciment. Et ça ne satisfait personne : pour les défenseurs de la terre, le matériau perd ses qualités d’inertie et de réversibilité. Pour les professionnels du béton, ça produit un béton « sale », sans performance mécanique spécifique. Mais ça reste un matériau pertinent, qui fait encore l’objet de recherches. L’idée est de s’affranchir du ciment en travaillant sur des phénomènes de gélification, des argiles, des adjuvants naturels, des biopolymères. Parallèlement, nous envisageons d’autres pistes de mise en oeuvre, avec des coffrages perspirants – en canisse ou en bois – qui vont laisser s’évaporer l’eau, l’évaporation étant l’une des principales problématiques du matériau. On observe par conséquent un développement de la filière sèche : au lieu de mettre en oeuvre un matériau à l’état humide sur le chantier, comme le pisé, le torchis ou la bauge, on préfabrique en amont les matériaux pour venir les installer sur le chantier sec. De nombreux produits existent déjà sur le marché européen. Mais en France, les blocages normatifs et culturels sont forts et le réseau de professionnels connaissant bien le matériau est plutôt mal organisé. Par conséquent, la terre est souvent prescrite de travers. On la choisit pour son côté esthétique, et on va lui en demander beaucoup : il faut que ce soit beau, porteur, isolant… Les exigences vis-à-vis de ce matériau sont souvent élevées et ses caractéristiques, comme la régulation hygrothermique, mal utilisées.

 

* De 2010 à 2013, le projet Béton d’Argile Environnemental a rassemblé des chercheurs de trois laboratoires (CRAterre- ENSAG, MATEIS-INSA de Lyon, DGCB-ENTPE), différents acteurs de la filière terre comme des producteurs de matériaux (groupe CB, AKTERRE), des constructeurs (CARACOL), un centre technique (CTMNC), ainsi que les Grands Ateliers de Villefontaine. 

> Photos

> Autres produits dans la même catégorie

À Croissy-Beaubourg, le…

Les autoconstructeurs et bâtisseurs de maisons…

Béton de chanvre :…

Lorsqu’ils conçoivent ce projet en 2015 pour…

Impression 3D : La…

Depuis la petite dizaine d’années que…

Réemploi in situ : Une…

Quand en 1992 l’agence SCAU remporte le…

De la tuile solaire à…

Après des décennies de développement, la…

Bétons immergés : des…

Le 21 septembre dernier, dans la rade de…

Des ailes pour…

Est-il révolu, le temps où il fallait, dans…

Rendez-vous en bauge…

Comparée au pisé ou aux adobes qui ont fait …

Design itératif : «…

La récente exposition consacrée à…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Le Grand Entretien
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

À Croissy-Beaubourg, le premier ERP en parpaing de chanvre Publié le 18/10/2021

Les autoconstructeurs et bâtisseurs de maisons écologiques sont porteurs d’innovation et de… [...]

Béton de chanvre : l’isolation comme acte d’architecture Publié le 03/09/2021

Lorsqu’ils conçoivent ce projet en 2015 pour Paris Habitat, les architectes Thibaut Barrault et… [...]

Impression 3D : La fabrication additive, toujours d'actualité ? Publié le 23/03/2021

Depuis la petite dizaine d’années que l’impression 3D fait des émules sur le marché… [...]

Réemploi in situ : Une façade en granite transformée en terrazzos Publié le 28/02/2021

Quand en 1992 l’agence SCAU remporte le concours pour la construction du siège de… [...]

De la tuile solaire à l'enveloppe du bâtiment : "Le moment est venu" Publié le 06/01/2021

Après des décennies de développement, la production d’énergie solaire est en train de faire… [...]

Bétons immergés : des infrastructures portuaires biomimétiques Publié le 09/11/2020

Le 21 septembre dernier, dans la rade de Cherbourg, on pouvait assister à l’immersion de… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
39    01 02 03
4004 05 06 07 08 09 10
4111 12 13 14 15 16 17
4218 19 20 21 22 23 24
4325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…