Constructions légères, enjeux pesants

Rédigé par Theodora BARNA
Publié le 16/12/2021

Benthem House (1983), Benthem Crouwel Architects

Au Pavillon de l’Arsenal, l’exposition « Construire léger et décarboné » met à l’honneur trente-cinq projets dont le faible impact carbone est une réponse constructive et architecturale aux nouvelles contraintes réglementaires. Fruit du travail de Philippe Rizzotti, et en collaboration avec plusieurs écoles d’architectures (ETH Zürich, ENSAP Lille, ENSA Nancy), elle interroge le rapport entre le poids des constructions et la quantité du carbone dégagé lors de son exécution. D’autres paramètres, telles que la quantité des composants employés et la complexité du chantier, enrichissent l’analyse et mesurent l’efficacité et la flexibilité des ouvrages  présentés. 

L’analyse de ces trente-cinq projets se poursuit de manière chronologique, en prenant comme point de départ la Wichita House (1929-1947) conçue par le pionnier de l’architecture légère, Richard Buckminster Fuller. Autour, les panneaux et les fermes qui composaient autrefois la maison 8x8 BCC « tout bois » de Jean Prouvé et Pierre Jeanneret, sont suspendus aux murs. L’acte de déconstruction est le geste marquant du processus d’analyse mis en place par Philippe Rizzotti. Des axonométries des modules, des composants, et des pièces, réalisées à partir des maquettes numériques, illustrent  les projets. Le chiffrage de chaque matériau employé, avec sa part en masse et en carbone, synthétise ce travail titanesque de dessin en une valeur clé : la quantité de CO2 émise par mètre carré de construction. Cette unité fait écho à la future réglementation environnementale, la RE2020.


Ce processus de décomposition analytique fut préalablement testé par Rizzotti lors de la construction d’une résidence d’artiste mobile et évolutive, la Factatory (2012-2020). Il paraît d'autant plus pertinent à la veille de la RE2020, qui entre en vigueur dès janvier 2022 pour les logements collectifs et les maisons individuelles. Cette réglementation fixe les seuils de quantité de gaz à effet de serre émise à 640 kg de CO2 équivalent par mètre carré pour l’habitat individuel, et 720 kg de CO2 équivalent par mètre carré pour l’habitat collectif. Or, à ce jour, une construction neuve en France émet le double de ces valeurs limites. Si l’utilisation des matériaux bio et géosourcés à faible impact carbone semble une évidence pour réduire les émissions, leur emploi reste aujourd’hui limité. En attendant que ces techniques de construction se généralisent, l’exposition met en valeur une autre voie: l'allègement du poids des bâtiments.


En répondant aux attendus réglementaires, l’analyse des ouvrages exposés court le risque de se restreindre à une vision purement techniciste. Cependant, son enseignement s’affranchit de cette limite. S’il est indéniable qu’une des finalités de l’étude est de chiffrer des projets exemplaires, une autre préoccupation majeure est la constitution d’une boîte à outils pratique. Au-delà des calculs et des pièces cataloguées, l’exposition atteste que les architectes, en absence des réglementations et des outils sophistiqués d’analyse de cycle de vie, parviennent à construire des habitats vertueux et qualitatifs : en employant les matériaux en juste quantité, en rationalisant la construction et en menant le travail en tandem avec les entreprises. Cela s’applique sur une vaste étendue des techniques et des matériaux de construction modernes : charpentes métalliques, ossatures bois, coques en plastique moulé, modules préfabriqués, panneaux CLT… qui illustre le panorama du possible sans faire autorité. Enfin, la démarche de calcul, essentiellement réduite à des multiplications, aspire à vulgariser, et donc démocratiser, des procèdes dont la mise en œuvre est aujourd'hui fastidieuse.

 

Construire léger et décarboné – L’empreinte d’un habitat

Jusqu’au 27 février 2022 au Pavillon de l’Arsenal  (21 boulevard Morland, 75005 Paris)

Entrée gratuite 

Les articles récents dans Actus brèves

Séminaire de Pesmes - derniers jours des inscriptions Publié le 12/06/2024

L’association Avenir Radieux présente la neuvième édition de son séminaire annuel dans le vil… [...]

Les lauréats de la première édition du European Collective Housing Award révélés Publié le 06/06/2024

Début juin, le jury présidé par l’architecte Lauréate du Pritzker Prize 2021 Anne Lacaton a a… [...]

Festival de l’habitat, les architectes à la rencontre des particuliers Publié le 23/05/2024

Promouvant le secteur de la commande des particuliers, l’association Architectes & Particulie… [...]

L’avenir toujours incertain de la Butte-Rouge Publié le 17/05/2024

En 2021, l’architecte et historien Jean-Louis Cohen (1949-2023) défendait encore sa préservatio… [...]

Festival Echelle Un : c’est demain Publié le 15/05/2024

La première édition du Festival Échelle Un se tiendra du 16 au 17 mai 2024 au POUSH à Aubervilli… [...]

Les architectes du pavillon français pour la biennale de Venise 2025 révélés Publié le 06/05/2024

Jakob+Macfarlane, Martin Duplantier et Eric Daniel-Lacombe Architectes représenteront la France à… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
22     01 02
2303 04 05 06 07 08 09
2410 11 12 13 14 15 16
2517 18 19 20 21 22 23
2624 25 26 27 28 29 30

> Questions pro

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…