Construire bio. L'expérience de Marine Jacques en Bourgogne

Rédigé par Karine DANA
Publié le 15/12/2014

Portrait de de Marine Jacques

Dossier réalisé par Karine DANA
Dossier publié dans le d'A n°232

Implanté en Côte-d’Or, l’atelier AZCA est représentatif de ces jeunes agences venues chercher la commande en milieu rural. Ultra déterminés, profitant de la quasi-absence de concurrence, ces nouveaux maîtres d’œuvre ont aussi bénéficié d’un contexte très propice à l’expérimentation en bioconstruction que le marché des viticulteurs vient cristalliser. En détaillant son approche des matériaux instables et vivants, l’architecte Marine Jacques nous explique l’impact économique de ses chantiers, qui sollicitent tous une activité et une production locales.

DA : Dans quel contexte avez-vous monté votre agence et quel est votre cadre d’activité ?

Marine Jacques : J’ai monté l’Atelier Zéro Carbone Architectes (AZCA) avec Emmanuel Dupont en 2009 après avoir travaillé pendant quatre ans à Londres pour Zedfactory, l’agence qui a réalisé la très médiatique opération de logements BedZED dans le sud de la ville. (...)


Article publié dans le dossier « Architectes de campagne », du d'a 232, décembre 2014-janvier 2015


Lisez la suite de cet article dans : N° 232 - Décembre 2014

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
39    01 02 03
4004 05 06 07 08 09 10
4111 12 13 14 15 16 17
4218 19 20 21 22 23 24
4325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…