N° 142 - Décembre 2004

Un éminent critique d’architecture, habitué des jurys de concours prestigieux, racontait récemment que, au cours de ces séances où sont jugés, en quelques heures, plusieurs mois de travail d’une équipe de maîtrise d’œuvre, rares étaient les membres de la docte assemblée à prendre la peine de se lever pour aller étudier les rendus des candidats. Il est vrai que beaucoup d’entre eux n'ont pas été formés à lire un plan, a fortiori une coupe. Ces délibérations se faisant désormais en l’absence des auteurs des projets, on ne s’étonnera pas que les images de simulation produites aient pris une importance capitale. Mais on est saisi par la frénésie avec laquelle ces vues accumulent les moyens de séduction : qu’importe que le projet soit situé dans un territoire sinistre et soit conçu avec des matériaux médiocres, il apparaîtra, sur fond de crépuscule hawaïen, émergeant d’une jungle tropicale agrémentée de quelques cerisiers en fleur du Japon. Des jeunes filles prépubères batifoleront dans une prairie de fleurs printanières. Les façades, déclinant toutes les harmonies de couleurs, seront une dentelle précieuse réfléchissant le ciel flamboyant.
Soit. Il faut séduire. On n’ira pas reprocher à l’architecte cet acte d’allégeance à la vulgarité d’une telle séduction. On reste cependant perplexe sur la dérive du mécanisme de sélection des projets. Mais on ne peut s’empêcher de remarquer que parallèlement se développe, à travers la photographie, une esthétique qui est son exact opposé. Celle des nouveaux gourous de la ville contemporaine ; déshérence, vacuité de l’espace, ciels de plomb, sordide post-industriel y sont le lieu de nouvelles figures de style où la taille des images paraît inversement proportionnelle à ce qui est à voir. Ce qui est pour le moins équivoque, c’est que l’esthétique de cette fascination compatissante pour le « réel » (sic) – cette édition de d’A, sans que nous l’ayons prémédité, en témoigne – est produite par un système qui se complaît à utiliser les jolis chromos promotionnels des concours… Étonnant, non ?

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Parcours

Le Grand Entretien

Points de vue / Expos

Concours

Le dossier du mois

» Le système des concours d’architecture
» Concours et consultations d’architectes en question
» Mérites et limites des procédures publiques
» Quand le privé s’en mêle
» Qu’en disent les architectes?

Publiés par d'a

» Le Grand Théâtre de Lorient

Livres

Innovations

Techniques

Les produits de la rédaction

> L'Agenda

Février 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
05  01 02 03 04 05
0606 07 08 09 10 11 12
0713 14 15 16 17 18 19
0820 21 22 23 24 25 26
0927 28      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…