N° 149 - Octobre 2005

Grouillot, gratteur, nègre : mais qui sont ces architectes affublés de qualificatifs aussi terribles ? Les architectes salariés s’étant désignés eux-mêmes ainsi, on espère qu’il y a plus d’autodérision que de mépris dans ces épithètes. Ils témoignent de l’évolution d’un système apparu il y a deux siècles à peine, celui d’une forme d’exercice professionnel de l’architecture appelé « libéral ». Autrefois étape intermédiaire vers l’acquisition du statut d’architecte, le salariat est aujourd’hui devenu une profession en soi, vécu souvent comme un échec ou une impasse au regard de l’image idéalisée de l’architecte. Ces questions font l’objet de notre dossier d’octobre.Sans que cela n’ait jamais été formulé clairement, dans la plupart des débats qu’a fait naître la réforme de l’enseignement de l’architecture, le statut des architectes salariés s’y dessine toujours en creux. Pour pouvoir porter le titre d’architecte, il faudra désormais, après l’obtention d’une « licence d’exercice », avoir acquis l’expérience technique et réglementaire que ne peuvent pas dispenser les écoles. À défaut de quoi, on ne pourra jamais revendiquer la maîtrise d’œuvre d’un bâtiment. On pourra néanmoins travailler comme salarié en agence, dans des entreprises ou des organismes publics. Or c’est paradoxalement dans cette fonction que le salarié doit assumer toutes les tâches techniques et réglementaires, de la conception au chantier, en passant par les contentieux. Le système semble se mordre la queue et l’on comprend alors que la difficulté à réformer l’enseignement portera toujours sur la question de la redéfinition du statut d’architecte. C’est pourquoi, à l’heure de la co-existence de petits ateliers traditionnels et de la constitution de grandes agences sur le modèle des entreprises, au sein d’une société qui n’a que faire de l’architecture, peut-être faut-il engager une réflexion en profondeur sur l’exercice même de l’architecture, au risque de faire exploser le cadre obsolète dont nous avons hérité.

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Photographes

» Thibaut Cuisset : « Aller à l’essentiel pour ne pas trop en rajouter »

Réalisations

Publiés par d'a

» Réflexions autour de deux réalisations de Diener & Diener et Helmut Federle

> L'Agenda

Janvier 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
01 01 02 03 04 05 06
0207 08 09 10 11 12 13
0314 15 16 17 18 19 20
0421 22 23 24 25 26 27
0528 29 30 31    

> Questions pro

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…

Loi ELAN: comment produire un habitat frugal dont la valeur perçue ne soit pas celle du low cost?

Bernard blanc est directeur général d’aquitanis, l’office public de l’habitat de bordeaux métropole. Ce bailleur très engagé a déjà…