N° 160 - Décembre 2006

Si l’attention et les moyens qu’une civilisation consacre à l’art définissent son degré d’ évolution et de raffinement, nous devons être à l’apogée du règne de l’esprit. Fin novembre à New York, plus de 1,3 milliards de dollars se sont échangés en une semaine de ventes aux enchère s1. Un de Kooning de 1977 a été vendu pour 21 millions d’ euros et un Cézanne pour 25 millions! Cet engouement provoque une pénurie de lieux d’exposition, à en croire le combat auquel se livrent à Venise de grands collectionneurs pour exposer leur patrimoine dont ils ne savent visiblement
plus que faire. À quand un plan quinquennal pour la muséographie d’urgence?
Combien coûte un musée, vous demandez-vous? Eh bien le MAC / VAL, ce beau musée d’ art contemporain du Val-de-Marne construit à dix kilomètres du périphérique parisien, a justement coûté 25 millions d’euros... Avec cette équivalence, un tableau = un musée, l’équation se complique car si des collections ne trouvent pas de lieux d’exposition, on n’a jamais autant construit de musées et certains sont même lancés sans que l’on sache ce qui y sera exposé! Cet emballement, on l’aura compris, n’a rien à voir avec l’ art : à l’heure de la consommation intensive, du jetable et de la globalisation, les musées deviennent les arches de Noé de valeurs sacralisées, mais auxquelles on ne parvient plus à donner un sens dans nos vies quotidiennes. Rêvant de reproduire l’effet Guggenheim de Bilbao, les édiles font de la construction d’un musée la planche de salut d’opérations d’urbanisme, cette ambition tenant parfois même lieu de politique de la ville. Le pire étant lorsque cet esprit de muséification gagne la ville elle-même. Cette folie des musées devrait être, pour les quelque heureux architectes appelés à les concevoir, une opportunité de s’interroger à la fois sur leur rôle dans ce processus culturel et sur les formes que doivent revêtir leurs interventions. Si certains savent magnifiquement renouveler ce questionnement à chaque nouveau projet, d’ autres se contentent de répondre à ce pourquoi ils ont été conviés : reproduire jusqu’à la caricature un style devenu signature.
Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Photographes

» Yves Marchand et Romain Meffre, « De cette architecture qui fait les belles ruines »

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» L’éthique de la plastique, DL et Associés, par Olivier Namias
» Yves Marchand et Romain Meffre «De cette architecture qui fait les belles ruines » par Olivier Namias

> L'Agenda

Janvier 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
52     01 02
0103 04 05 06 07 08 09
0210 11 12 13 14 15 16
0317 18 19 20 21 22 23
0424 25 26 27 28 29 30
0531       

> Questions pro

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…