N° 166 - Septembre 2007

À ne parler que de ça et à se payer de mots, le risque de lasser ou de décourager les tièdes et les septiques s’amplifie. C’est ainsi que le développement durable sert aujourd’hui à vendre aussi bien des yaourts, du PVC que des livrets d’épargne: on ne sait plus à quel saint Bio se fier. Avec son ambition de déclencher une révolution dans les comportements et les mentalités, le ministre de l’Écologie, du Développement et de l’Aména- gement durables n’aura pas le droit de décevoir. Son «Grenelle de l’environnement » devrait aboutir dès la rentrée à des propositions concrètes et détonantes, notamment dans le domaine de l’habitat et de la construction. Pour que cette initiative ne soit pas un fumet écolo de plus, elle devra
résoudre un paradoxe inhérent aux problématiques environnementales: elle ne pourra pas se passer de nouvelles réglementations et de nouveaux labels. Or un tel cadre, par nature, engendre une complexité et des rigidités qui peuvent constituer des obstacles à l’intelligence d’adaptabilité requise pour un développement responsable. L’enchevêtrement et la variabilité des données sociales, techniques, historiques et géographiques composent en effet une infinité d’équations. Ainsi,
telle solution a priori très «durable» peut se révéler inopérante ou contre-productive dans un contexte différent. C’est pourquoi le cadre législatif doit être profondément refonder. Il faut décloisonner ses champs d’application, en le rendant plus incitatif et moins contraignant, chose évidemment plus facile à dire qu’à faire. Enfin, il ne faudrait pas oublier que, contrairement aux êtres vivants, le meilleur critère de «durabilité » d’une architecture reste sa beauté. Un Centre Pompidou –parfait contre- exemple de bâtiment «durable»–, qui sera encore présent dans un siècle, sera toujours plus «durable» qu’une construction techniquement exemplaire d’un point de vue écologique mais dont la laideur et l’inadéquation la condamneront à une rapide démolition: qui se soucie en effet que la villa Savoye soit recyclable? ■
Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Photographes

» Anne Garde, « Les lieux sont porteurs d’une magie noire »

Points de vue / Expos

» Air : Modulor Mix

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» Anne Garde, «Les lieux sont porteurs d’une magie noire» par Olivier Namias
» La puissance de Svayambh ! par Emmanuel Caille
» Air : Modulor Mix par Emmanuel Caille
» Hannetel, Yver, Laforge (HYL) Une fringale de paysages par Françoise Moiroux

> L'Agenda

Août 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
30      01
3102 03 04 05 06 07 08
3209 10 11 12 13 14 15
3316 17 18 19 20 21 22
3423 24 25 26 27 28 29
3530 31      

> Questions pro

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…