N° 173 - Mai 2008

Il n’y a jamais eu autant de chercheurs en architecture et la naissance, enfin, d’un doctorat en architecture confirme cet essor. Mais il est très difficile aujourd’hui de se faire une idée claire de cette production intellectuelle. Quelles portes ouvrent ces réflexions ? Quelles pistes tracent-elles ? Quels outils offrent-elles aux praticiens ? Ont-elles seulement quelque écho ? Il suffit d’écouter les architectes praticiens pour constater l’absence presque totale de références faites à des textes critiques ou théoriques. Un même discours vague et consensuel – mais proféré avec conviction – tente souvent de légitimer des projets pourtant très différents. Poussés par la nécessité de trouver des commandes et accaparés par les difficultés de l’exercice de leur métier, les architectes semblent avoir érigé pragmatisme et opportunisme contextuel en règle. Ils cherchent rarement à étayer leur travail par une pensée construite, qu’elle leur soit propre ou inspirée des recherches contemporaines. Certains n’hésitent pas à légitimer cette attitude par la liberté qu’une telle carence procurerait. Étrange prétention qui renvoie des siècles de génies artistiques au rang de serviles exécutants.
On entend bien, régulièrement, le regret de l’absence de critique et de débat, mais les architectes sont toujours les plus prompts à l’étouffer, et lorsqu’ils s’expriment, à travers des conférences ou des livres autopromotionnels, la prodigalité d’images flatteuses leur tient lieu de réflexion.
S’il est vrai que depuis un siècle, les mésinterprétations de la théorie ont conduit à des résultats contestables, faut-il pour autant renoncer à tout effort de théorisation ? Plus que jamais, les enjeux contemporains requièrent l’invention de nouveaux outils pour déchiffrer et transformer le monde. C’est en les conceptualisant que les architectes pourront légitimer la place à laquelle ils prétendent. C’est pourquoi d’a commence ce mois-ci à s’interroger sur le rôle que tient la théorie aujourd’hui afin d’engager par la suite une série d’enquêtes sur les nouvelles formes et contenus des outils intellectuels de la conception architecturale. EC

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Photographes

» Julius Shulman, soixante-dix ans de photographie d’architecture

Réalisations

Publiés par d'a

» Pont Schanerloch, Autriche
» Pont sur la Frödisch, Autriche
» Pont sur la Ill, Autriche

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» Adelfo Scaranello, un auteur qui ne fait pas d’œuvre par Soline Nivet
» Julius Shulman, soixante-dix ans de photographie d’architecture par Olivier Namias

> L'Agenda

Juillet 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
26   01 02 03 04
2705 06 07 08 09 10 11
2812 13 14 15 16 17 18
2919 20 21 22 23 24 25
3026 27 28 29 30 31  

> Questions pro

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…