N° 187 - Décembre 2009

Soyons urbains

Du pavillon à la barre, une grande diversité d’hybridations typologiques existe. Ces multiples déclinaisons d’habitation sont par défaut rassemblées sous le vocable peu engageant d’«intermédiaire ». Si l’on voulait en déprécier la valeur et l’intérêt, on ne saurait mieux les nommer. À l’aune des nouvelles problématiques écologiques et sociétales, « l’habitat intermédiaire » revient sur le devant de la scène. Il tente de répondre à la nécessité de renforcer la proximité entre chaque logement, tout en offrant à chacun davantage d’intimité et d’espace extérieur domestique. À cette équation – concilier les bienfaits de la vie urbaine avec les avantages de l’intimité pavillonnaire – les réponses apportées se réduisent souvent à un mélange des deux : à des propositions précisément « intermédiaires ». Poussant cette logique jusqu’à l’absurde, James Wine du groupe SITE avait, dans un célèbre dessin, imaginé un $Highrise of homes$ (1981) composé de plateaux de pavillons superposés. Or n’est-ce pas justement en sortant des modèles simplistes de la maison et de l’immeuble collectif, qu’il conviendrait de moduler à l’infini, que des nouvelles formes d’habitation pourront émerger ? Car de la villa à l’immeuble villa de Le Corbusier, le logement reste toujours pensé en termes de cellules individuelles plus ou moins savamment assemblées. L’architecture vernaculaire traditionnelle, et pas seulement en Occident, procède généralement de manière inverse : c’est le milieu, le réseau complexe des relations sociales et les adaptations successives du bâti qui produisaient ces géométries de lieux où communauté et individualité, sacré et profane ont su trouver leur place. L’avènement d’une véritable urbanité en dépend.

Penser en termes de relations avant de penser au logement comme entité juxtaposable, c’est rendre possible, grâce à la contiguïté – et non plus malgré elle – une privacité ouverte, c’est-à-dire une intimité domestique qui ne se fasse pas au prix d’une réclusion et d’une exclusion de son voisinage. C’est pourquoi l’habitat de demain, qu’il soit ou non en ville, ne pourra pas se contenter d’être intermédiaire, il devra être urbain, tout simplement.

Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» Philéas: Architectes tout-terrain

Photographes

» Chen Jiagang, sur la troisième ligne

Points de vue / Expos

» Tirana Dialogues
» Euroméditerranée: une signature en chantier
» L'espace du collectionneur: de l'intime au partage

Concours

» Construire dans la pente: Hébergements pour chercheurs à Villefranche-sur-mer

Le dossier du mois

» Individuels... Mais urbains

Innovations

» Via design 3.0

Le Grand Entretien

» Entretien avec Maryline Desbiolles : Parler, ce n'est pas voir

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» Tirana Dialogues texte de Marc Armengaud

> L'Agenda

Janvier 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
53    01 02 03
0104 05 06 07 08 09 10
0211 12 13 14 15 16 17
0318 19 20 21 22 23 24
0425 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…